• La véracité de Gen. 1-11 est-elle importante pour la foi chrétienne ?

     
     
    À notre époque post-moderniste, il existe un dicton qui dit : "Un pessimiste est un optimiste bien informé". Je crois que c'est juste.
    Il faut pas avoir fait "math stup" pour se rendre compte que la plupart des jeunes d'un pays de tradition chrétienne comme la France n'en ont pas grand chose à fiche de la religion chrétienne désormais. Mais la question se pose : est-ce que ça se limite à la France ?
     

    Le sondeur chrétien américain George Barna

    Prenons le cas de la nation n° 1 mondiale, à savoir les USA (qui, soit dit en passant, doit ce rang au fait qu'elle s'est construite sur des axiomes bibliques). George Barna a découvert que 66% des jeunes ricains rejettent la foi chrétienne dans laquelle ils ont été élevés une fois la majorité atteinte. Vous vous rendez compte aww ? Imaginez que vous éleviez vos enfants dans la foi chrétienne la plus pure, que vous les emmeniez à l'église tous les dimanches, à l'école du dimanche, et tout, et qu'à la fin les 2/3 d'entre eux rejettent tout ça à 18 ans !
    D'après ces jeunes, le christianisme est trop nul, dépassé, inutile dans la vie et ce n'est qu'un mauvais moment à passer pour eux.

    La question se pose donc : comment ça se fait ?



    Pr. Edward Osborne Wilson (1929-)

    Voici ce qu'en dit Ed Wilson, professeur de sociobiologie à Harvard et un des champions de la théorie de l'évolution :
    "Comme beaucoup d'autres personnes en Alabama, j'étais chrétien né de nouveau. À 15 ans, je suis entré dans l'Église Baptiste du Sud avec une grande ferveur et un grand intérêt pour la religion fondamentaliste. J'ai abandonné à 17 ans, quand je suis entré dans l'université d'Alabama et que j'ai appris la théorie de l'évolution."1(L'emphase est de moi) 

    Nous y voilà. La théorie de l'évolution (telle que conçue par Charles Darwin) entreprend d'expliquer l'origine du monde et de la vie tout en évinçant Dieu de l'équation.
    Wilson a perdu toute confiance en la véracité et l'autorité de la Bible, sur la parole d'êtres humains faillibles et pécheurs que le monde considère comme des savants.

    En même temps, c'est pas comme si remettre en question l'autorité de la parole de Dieu était quelque chose de nouveau. Prenez l'exemple d'Alphonse X dit Le Sage (1221-1284), roi de Castille et León et adepte de la scolastique :
    "Si j'avais été présent lors de la création, j'aurais donné quelques conseils utiles pour mieux organiser l'Univers."



    Alfonso X El Sabio

    Voyez-vous ça arf... Un roi catholique de la très catholique Espagne, un champion de la chrétienté face à l'envahisseur maure, qui se croit capable de donner des conseils à un Dieu omniscient...
    D'un autre côté, il a cette excuse que l'Église Catholique, à son époque, a formellement interdit aux fidèles de posséder ou lire la Bible, ce privilège étant réservé au clergé. S'il n'y avait pas eu cette interdiction, il se serait aperçu que la Bible est claire de chez clair : le monde dans lequel nous vivons actuellement n'est pas celui que Dieu a créé à l'origine : le monde que Dieu a créé à l'origine était un monde parfait (Gen. 1:31), mais cette perfection fut détruite à cause de l'humanité, et non pas à cause de Dieu.

    Voyez-vous, à chaque fois ou presque qu'une catastrophe arrive (et on n'en est jamais à court), on invite à la télé des responsables religieux (catholiques en général, allez savoir pourquoi arf) et on leur demande en substance : "Pourquoi est-ce que le Dieu d'amour que vous révérez laisse pareilles atrocités se produire ?" Et le pire de l'histoire, c'est que ces bons messieurs les autorités religieuses sont infichus de donner la bonne réponse mad. Est-ce à dire qu'ils connaissent vraiment pas la réponse ? Ça m'étonnerait quand même, hein no... C'est sans doute qu'ils ont plutôt peur d'être assimilés à l'image de cinglé religieux fondamentaliste complètement en déphasage avec la réalité qui semble attachée au mot "créationniste" sur ce continent frown. Soit dit en passant, quand on pense que notre douce France est censée être un bastion de l'ouverture d'esprit, de la tolérance et de la liberté d'échange d'idées beurk...
    Et pourtant, la réponse est tellement simple qu'elle est à la portée d'un enfant de 7 ans (je le sais, mon neveu au 2degré, à qui j'ai expliqué ça, l'a bien compris, lui wink2) : le mal existe à cause de l'humanité et de ses péchés ; nous avons évincé Dieu de nos établissements d'enseignement, de nos sénats, de nos maisons, et après nous nous étonnons quand nous en subissons les conséquences inévitables, à savoir la décomposition de la société ! C'est typiquement humain, ça, de rejeter la responsabilité de nos fautes sur un autre, ça date carrément d'Éden (Gen. 3:12-13).

    Pour un chrétien qui trouve toute sa joie dans la parole du Seigneur (Ps. 119:103), il n'y a pas 36 000 façons de voir le monde : celui-ci était parfait au moment de la Création, mais il fut corrompu irrémissiblement lors de la Chute, lorsque l'homme pécha, et c'est pour ça que nous avons besoin du Salut :



    Et pourtant, si vous avez remarqué, la plupart des églises, mêmes celles qui prétendent être basées sur la parole de Dieu, ne prêchent que la 3partie et mettent entre parenthèses les 2 1ères (la 1ère en particulier, comme par hasard). C'est pour ça que leur prédication est bancale : le salut, certes, mais être sauvé de quoi ? De la décrépitude et du péché. Et à quel moment est-ce que ces 2 maux sont apparus ? Lors de la chute relatée en Gen. 3. Il est là, le rapport entre Genèse et Évangile, et cette relation est incontournable. Si nous omettons la base, les gens auxquels nous prêchons risquent fort de ne pas comprendre pourquoi ils ont besoin d'être sauvés sleep.
    Même la superproduction hollywoodienne la plus passionnante sera bien fade si on rate le début wink2.

    Ne vous étonnez surtout pas si votre pasteur noie le poisson quand vous l'interrogez à ce sujet : la majorité des églises et des théologiens se moquent de la question des origines comme de l'an 40, ils ont complètement avalé la couleuvre que les savants athées (car il y a aussi des savants qui croient au récit de la Genèse) leur ont présenté.


    Pr. David Tracey

    Voici d'ailleurs ce qu'en dit David Tracey, professeur à l'université de Melbourne et spécialiste de la question religieuse :
    "Dans 10-20 ans, la plupart des grandes dénominations seront à genoux, à prier pour leur survie... Les attitudes dans les églises sont dépassées... leurs chances de survie sont comme celles du Titanic. Les gens ne voient plus de lien entre leur vécu et les enseignements de l'église. C'est une crise énorme. Les gens ont naturellement des aspirations pour le domaine spirituel, mais ils veulent une religion qui soit pertinente. Ils cherchent des raisons de croire. Ils refusent une foi aveugle."2

    Les gens d'aujourd'hui voudraient une foi intellectuelle qui permettrait en quelque sorte de faire le sceau du singe, du rat et de la bergeronnette et passez muscade ! Ils sont sauvés ! Ils ne veulent pas se casser la tête avec toute cette théologie "complexe".
    Et pourtant, qu'est-ce que Dieu dit dans Sa parole ? Où a-t-il promis de graver Sa loi ? Dans notre intellect ou dans notre cœur ?
    Est-ce l'intellect ou le cœur qui est convaincu par le Saint Esprit en premier ? N'est-ce pas le cœur brisé qui crie sa détresse à Dieu ? Et une fois le cœur convaincu, l'intellect suit naturellement. Tout ça est parfaitement rationnel cool.

    Pour nous les chrétiens, la théologie est bien claire : la Bible est l'autorité suprême pour toute question de foi et de vie pratique.
    Mais attention : c'est Dieu Lui-Même, le Créateur et Sustentateur de toutes choses, omnipotent et omniscient qui nous parle là-dedans, et pas juste un ou plusieurs humain(s) ordinaires. Il en a inspiré les quelque 40 auteurs différents pour qu'ils écrivent au signe diacritique près ce qu'Il voulait qu'ils écrivent.
    La Bible déclare elle-même être entièrement la parole de Dieu.
    "Dieu dit", "Voici ce que dit le Seigneur", ce genre de phrase revient quelque 3 000 fois dans la Bible.

    Ça veut dire que la Bible est l'autorité suprême d'un chrétien, non seulement en matière de spiritualité, mais dans tous les domaines qu'elle touche !

    1. Wilson, E. O., The Humanist, 09/1982, p. 40). Revenir au texte.
    2. Tracey, D., Melbourne La Trobe Universite, cité par Lawrence, E., "Losing our Religion", section bonus du dimanche, Sunday Mail, Adelaide, Australie, 29/12/2002. Revenir au texte.

    votre commentaire
  • Création ou évolution ?

     

    • Gen. 1:1 : "Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre." Autrement dit, la Terre était là depuis le début d'après la Bible. Mais ce n'est pas du tout ce que déclare la théorie du Big Bang chère aux frangins Bogdanov. Celle-ci nous dit que l'Univers est né d'une explosion entièrement fortuite et qu'il n'était rempli que de particules très chaudes pendant des centaines de milliers d'années après.

      Qu'en conclure ? C'est très simple : si l'astronomie laïque est vraie, l'astronomie de la Bible est fausse !

      De même, Gen. 6-8 relate le Déluge planétaire qui a eu lieu au temps de Noé. En charriant et déposant des milliards de tonnes de boue et de cadavres d'animaux, il a créé la plupart des couches de roches sédimentaires et de fossiles que nous voyons aujourd'hui sous la terre. Pourtant, s'il faut en croire la géologie évolutionniste, ce Déluge n'a jamais eu lieu (alors que pourtant ils admettent la possibilité qu'un déluge ait recouvert Mars arf), mais les couches sédimentaires se sont déposées ultra-lentement pendant des millions d'années.

      Conclusion ? C'est tout simple : si la géologie laïque est vraie, la géologie de la Bible est fausse !

       
    • Gen. 1:24-25 : "Dieu dit : Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi. Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon." Nous voyons ici que les animaux terrestres ont été créés le 6jour, il y a 6 000 ans de cela (c'est le nombre qu'on obtient en faisant le calcul à partir des chronogénéalogies de la Genèse), les dinosaures y compris (les reptiles marins et volants ne sont pas classifiés parmi les dinosaures). La biologie évolutionniste, par contre, maintient que ceux-ci ont évolué à partir d'une catégories de reptiles inconnue jusqu'à présent (arf), il y a quelque 220 millions d'années de cela.

      La conclusion ? C'est bien simple : si la biologie et la paléontologie laïques sont vraies, la biologie et la paléontologie  de la Bible sont fausses !

       
    • À notre sujet, la Bible dit que l'être humain a été créé à l'image de Dieu il y a environ 6 000 ans de cela, le 6jour, en même temps que les dinosaures (cf. Gen. 1:27). L'anthropologie évolutionniste, elle, déclare que nous sommes les loiiiiiiiinnnntains descendants d'un primate inconnu jusqu'à ce jour, qui aurait vécu il y a 7 millions d'années de cela (Ah carrément ? C'est plus 2 millions d'années maintenant arf ?), soit 58 millions d'années après l'extinction des dinosaures.
      On en conclut quoi ? Élémentaire, mon cher Watson : si l'anthropologie laïque est vraie, l'anthropologie de la Bible est fausse !
       

    Récapitulons : si la Bible est fausse dans autant de domaines aussi fondamentaux, est-elle seulement digne de confiance oh ?
    Où est-il écrit dans la Bible : "Jusque là tu peux m'interpréter comme tu le sens, mais à partir d'ici, prends-moi au sérieux" ? Nulle part !

    Ou alors on évince les parties de la Bible en désaccord avec la science ? Dans ce cas pourquoi ne pas évincer la naissance virginale du Christ ? Pourquoi ne pas évincer le récit de Jésus qui marche sur l'eau ? Pourquoi ne pas carrément évincer la résurrection de Jésus Christ pendant qu'on y est ? Après tout, la science est formelle : quand on est mort, on le reste !
    Il n'y a donc que 2 alternatives logiques valides : soit nous évinçons la Bible entière à cause de la science, soit nous remettons la science à sa place en ne lui donnant pas une autorité supérieure à celle de la parole de Dieu quant il s'agit d'étudier les fondements cette-dernière. Et pourtant, c'est précisément l'erreur dans laquelle tombent un grand nombre d'autorités chrétiennes : ces gens-là accordent plus d'autorité à la science des hommes qu'à la parole de Dieu.


    Clinton Richard Dawkins, "le rottweiler de Darwin"

    Il est très intéressant de jeter un œil sur ce qu'en dit Richard Dawkins, professeur à Oxford et champion de l'athéisme et de l'évolutionnisme, à ce sujet, dans une interview qu'il a accordée à la BBC :
    "Il me semble que c'est une proposition étrange d'adhérer à certaines parties de la Bible, mais pas à d'autres. Après tout, quand il s'agit d'importantes questions d'ordre moral, par quel critère sélectionnons-nous ce qui est valable dans la Bible ? Pourquoi se préoccuper de la Bible du tout si nous avons la capacité de choisir ce qui est juste et ce qui ne l'est pas ?"1

    Clair et net. Franchement, franchement, si même un misothéiste2 enragé comme lui dit une chose pareille, il est grand temps que nous les croyants réalisions qu'il est impossible de mélanger la Bible et l'évolution. C'est d'ailleurs l'argument même qui met à bas toutes les tentatives qu'ont faites les chrétiens en quête de respectabilité (no, cf. 2 Tim. 3:12) pour ce faire. Hélas, la plupart des églises et des chrétiens ont accepté ce mélange beurk. Les passagers pour l'enfer à bord du train de l'Evolution Railway Company, en voituuuure ! Non, sérieux, tout le monde s'y embarque, et ce malgré qu'il y ait écrit "La Bible n'est pas vraie" sur le flanc de la locomotive cry...


    Charles Haddon Spurgeon (1834-1892), "le prince des prédicateurs"

    C'est à croire que certains s'imaginent que la nature est le 67livre de la Bible, mais qu'elle a plus d'autorité que les 66 autres eek ! On peut difficilement en parler mieux que Charles Spurgeon :
    "Nous sommes invités, mes frères, le plus sérieusement du monde, à nous éloigner de la foi ancienne de nos pères à cause de prétendues découvertes de la science. Qu'est-ce que la science ? La méthode par laquelle l'homme essaie de dissimuler son ignorance. Ça ne devrait pas être le cas, et pourtant ça l'est. Ne soyez pas dogmatiques en théologie, mes frères, c'est une abomination ; mais pour les hommes de science, c'est correct. N'affirmez jamais quelque chose haut et fort ; mais les scientifiques peuvent affirmer haut et fort ce qu'ils ne peuvent pas prouver, et peuvent exiger de nous une foi bien plus crédule que ce que nous pouvons bien avoir. En vérité, vous et moi devrions prendre nos Bibles et reformer et remodeler nos croyances selon les croyances toujours mouvantes de soi-disant hommes de science. Quelle sottise est-ce là ! Et bien ! Le cortège de la science -la fausse science- à travers le monde peut-être retracé par des sophismes réduits en bouillie et des théories abandonnées. D'anciens explorateurs adulés sont ridiculisés aujourd'hui ; les naufrages continuels des fausses hypothèses sont sujets à la notoriété universelle. Vous pouvez voir par où les savants sont passés, c'est jonché des débris de leurs suppositions et leurs théories."3


    Louis Berkhof (1873-1957), théologien systématique renommé

    Ceux qui pensent que la science historique élaborée par des gens qui nient la véracité de la parole de Dieu à la base a plus d'autorité que la parole de Dieu feraient bien de revoir leurs priorités : nous, les humains, sommes des êtres déchus, et donc faillibles et pécheurs, aussi avons-nous besoin de la révélation spéciale écrite de Dieu, adjointe à l'éclairage fourni par l'Esprit Saint, pour étudier l'histoire de la vie d'une manière pertinente. Louis Berkhof l'explique bien :
    "Depuis que le péché est entré dans le monde, l'homme ne peut pas amasser de connaissances vivifiantes sur Dieu à partir de Sa révélation générale s'il ne l'examine pas à la lumière des Saintes Écritures, car les éléments de Sa révélation concernant Sa propre personne à l'origine, qui ont été assombris et distordus par le fléau du péché, y sont revus, corrigés et interprétés. [...] À l'origine, Dieu Lui-Même S'est révélé dans Sa création, mais cette révélation d'origine a été assombrie par le fléau du péché. De plus, elle était tout à fait insuffisante dans l'état de choses qui a suivi la chute. Seule la révélation de Dieu sur Lui-Même dans la Bible peut aujourd'hui être estimée adéquate. Elle seule véhicule une connaissance de Dieu qui soit pure, à savoir, sans erreur ni superstition, et cela répond aux besoins spirituels de l'homme déchu. Certains ont tendance à parler de la révélation générale de Dieu comme si c'était une seconde source de révélation, mais comment peut-on adhérer à ce point de vue alors qu'on parle ici de la nature, qui est interprétée à la lumière des Saintes Écritures ?"4

    En clair, que notre raisonnement se fonde sur la parole de Dieu, et non pas sur la fausse science d'hommes qui ne connaissent pas Dieu à la base !

    1. Dawkins, C. R., The Root of all evil, BBC, 16/01/2006. Revenir au texte.
    2. D'après la parole de Dieu, les athées, dans le sens de gens qui ne croient pas en Dieu, n'existent pas (Rom. 1:19-21). Plutôt que de parler d'athées, le terme de "misothéiste" (gens qui détestent Dieu) est donc plus approprié. Revenir au texte.
    3. Spurgeon, C. H., The Sword and the Trowel, p. 197. Revenir au texte.
    4. Berkhof, L., livre d'introduction à "Systematic Theology", pp. 60 et 96. Revenir au texte.

    4 commentaires
  • La Genèse est à la base de l'enseignement et l'œuvre du Christ

     

    Un chrétien, par définition, suit le Christ. Un bouddhiste suit Bouddha, un marxiste suit Karl Marx, mais nous autres les chrétiens, par contre, croyons en Jésus Christ en tant que Seigneur et Sauveur, et nous croyons et suivons ce qu'Il enseigne.
    Ce qui est incroyable dans cette histoire, c'est que quand vous déclarez ça en public, on a droit à des numéros de schtroumpfs moralisateurs qui soutiennent mordicus que vous "manquez d'amour" parce que vous blessez les non-chrétiens !... C'est inouï oh ! Il ne devrait pourtant pas y avoir matière à choquer là-dedans : nous croyons en Jésus Christ car Il est notre unique salut.

    Mais au fait, que nous dit notre salut au sujet du récit de la Genèse ?

     

    • Mc. 10:6 : " Mais au commencement de la création, Dieu a fait l'homme et la femme"
      Non mais attends, t'es à l'ouest, là, Jésus. Les scientifiques sont formels : l'homme est arrivé sur la scène il y a à peine 7 millions d'années (comment ça, à peine happy ?), et non pas "au commencement de la création" parce que ça, c'était il y a 15 milliards d'années. Sérieux, t'es relou, là, tu nous fous la honte avec ton ignorance crasse de la biologie.
      À moins que ce soit la biologie du monde qui ait tout faux ?


      James Hutton et Charles Lyell, pionniers de l'uniformitarisme

       
    • Lc. 17:27 : " Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé est entré dans l'arche, puis le déluge est venu et les a tous fait mourir."
      Non, mais on nage en plein délire, là ! Les géologues sont unanimes (enfin, je crois happy...) : le Déluge planétaire n'a jamais eu lieu ! Le présent est la clé du passé, telle est leur devise. Bon, OK, j'm'en vas m'met'à ton niveau d'bouseux d'la Palestine du Ier siècle : on n'utilise que les processus qu'on peut voir de nos yeux aujourd'hui pour expliquer les évènements du lointain passé. On appelle ça l'uniformitarisme, ce sont James Hutton1 et Charles Lyell2 qui l'ont mis au point au milieu du XIXe siècle.
      Quant au Déluge, c'est qu'un mythe hébreu calqué sur les mythes des peuplades environnantes, notamment l'Enuma Elish babylonienne ! Oui, enfin, j'ai pas étudié la question de près, hein, mais je sais de quoi je parle !
      À moins que ce soit la géologie de ce monde qui se goure ?


    Au risque de me répéter, en tant que disciples du Christ, ne sommes-nous pas censés accepter tout ce que Celui-Ci enseigne ? Si ce n'est pas le cas, est-ce que ça veut seulement dire quoi que ce soit d'être disciples du Christ ? C'est tellement évident que c'est limite une vérité de la Palice.

    Parce qu'après tout, quand on y regarde de près, la plupart des enseignements de Jésus trouvent leur racine dans la Genèse.

    Prenons l'exemple (ou plutôt le sujet qui fâche bad) du mariage. Pourquoi devrait-ce nécessairement être l'union d'un homme et d'une femme pour la vie ? Pourquoi un homme ne pourrait-il pas prendre 10 000 femmes, s'il peut les entretenir ? Pourquoi ne pourrait-on pas épouser une personne du même sexe (même en étant hétérosexuel), comme cela se fait dans ce pays et bien d'autres encore ? Pourquoi 3 hommes ne pourraient-ils pas se marier, comme cela s'est fait en Thaïlande la St-Valentin dernière, ou 3 femmes, comme cela s'est fait tout récemment au Brésil ?



    Pourquoi ne pourrait-on pas épouser un animal ? Ça s'est déjà vu à ce qu'il paraît. Pourquoi un adulte ne pourrait-il pas épouser un enfant ? Ça se fait dans les pays musulmans rétrogrades et ça se profile aussi dans nos démocraties occidentales. Pourquoi ne pas épouser une plante ? Un roc ? C'est bien ce qu'a fait Pygmalion, non smile ? Pourquoi ne pas s'épouser soi-même pour avoir les avantages d'un couple à soi tout seul ?
    La réponse à tout cela est on ne peut plus simple : la définition du mariage est en Mt. 19:5 et Mc. 10:7 : "C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme, et les deux ne feront qu’un"

    Il va de soi que Jésus cite ici Gen. 2:24, donc, logiquement, si le récit de nos origines n'est pas vrai, il n'y a pas de définition objective et immuable du mariage, et ce n'est pas une coïncidence si la pratique et la normalisation de l'homosexualité progressent le plus vite dans les pays qui ont le plus rejeté la version biblique de nos origines beurk.

    Il y a autre chose qui a de plus en plus tendance à disparaître ces dernières années dans nos sociétés post-chrétiennes : les vêtements smile. Est-ce que c'est en accord avec la théorie de l'évolution de se vêtir ? Je ne crois pas, non smile, au contraire, il faudrait plutôt rester nu pour s'exposer aux stimuli extérieurs comme les intempéries, comme ça les générations à venir auront une belle fourrure bien chaude, voire une carapace happy.
    Ce n'est d'ailleurs sans doute pas une coïncidence si les vêtements ont de plus en plus tendance à disparaître en partant du nombril vers le haut et le bas depuis la 2moitié du XXsiècle wink2.

    Mais d'où vient cette façon que nous les humains avons de nous vêtir ?
    Gen. 3:21 : "L'Eternel Dieu fit des habits en peau pour Adam et pour sa femme, et il les leur mit."
    Ce fut là la première mort (au sens biblique du terme3) de l'histoire du monde. Dieu a nécessairement dû tuer un animal pour que sa peau serve à faire des vêtements pour couvrir la nudité d'Adam et Ève. De ce fait, cet animal, cette victime innocente, fut un précurseur du Christ. C'est une théologie tout à fait valide.

    Plus important encore, sur quoi se base l'affirmation de Paul comme quoi "le salaire du péché, c'est la mort" (Rom. 6:23) ? Là encore, ça vient de la Genèse (et pas du blues smile) :
    Gen. 2:17 : "mais tu ne mangeras pas le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras, c’est certain."
    En gros, si on désobéit au Dieu infiniment saint, on mérite la mort.
    Il y en a que ca défrise (des incroyants surtout wink2). Mais prenons cette analogie. Elle n'est pas parfaite, comme toutes les analogies, mais elle illustre bien la problématique d'un crime fini (en apparence) qui entraîne un châtiment infini : est-ce la même chose de mettre un coup de pied à un chien errant et de donner un coup de pied à Emmanuel Macar... oh, pardon : Macron (et ce, quoi qu'on pense de lui smile) ? Bien sûr que non : le 1er vous vaudra peut-être un blâme d'un passant, mais le 2d vous vaudra la prison à coup sûr ! Pourquoi cela ? Parce que Macron, en tant que Président de la République Française, a ce qu'on appelle une sainteté (eeeet oui smile). Je ne veux pas dire par là qu'il a une conduite très pure (je suis pas fou smile) mais qu'ayant été consacré à une fonction extrêmement importante, il s'ensuit qu'il mérite un certain respect (si, si smile, cf. Rom. 13:1-3).


    Emmanuel Macaron
    Emmanuel Macron

    Mais Dieu est incomparablement plus saint que Macron (n'est-ce pas yes?), ne serait-ce que parce qu'Il est notre Créateur et qu'Il a tous les droits sur nous. Il l'est infiniment, au point qu'il est tout à fait normal qu'une faute contre Lui, n'importe laquelle, mérite une punition infinie, et cette punition, en langage commun, nous l'appelons l'enfer.
    Plutôt que de faire une fixette là-dessus, estimons-nous heureux que, dans Son infinie miséricorde, Dieu nous ait fourni le moyen d'échapper à Sa juste colère, et ce moyen, c'est Son Fils Jésus Christ.

    C'est sur l'équation péché-mort-rédemption que repose la foi chrétienne. S'il n'y a jamais eu d'Adam et Ève historiques qui ont commis un péché originel historique dans un jardin d'Éden réel, de quoi Jésus-Christ est-il venu nous sauver à la base ? D'une nature pècheresse mythique eek ? Si le 1er Adam est un mythe, alors le dernier Adam (1 Cor. 15:45) est venu pour rien !
    Et pourtant, nombreux sont les chrétiens (surtout les catholiques, comme par hasard frown) qui s'entêtent comme quoi "les 1ers chapitres de la Genèse ne sont qu'une métaphore, un conte initiatique destiné à nous apprendre le pourquoi de la Création et non le comment", ou je ne sais quelle autre ânerie ronflante du même acabit.
    Si c'est vraiment le cas, nous avons un sacré problème d'ordre logique : les généalogies du début de la Genèse sont célébrissimes pour être une excellente lecture avant de se pieuter, avec tous leurs : "Et quand Untel eut X ans, il engendra Untel, puis il vécut X ans, etc." et, conjointes à la généalogie de Jésus dans Lc. 3, nous permettent de comprendre qu'il y a une lignée continue depuis Adam jusqu'à Jésus Christ. Ainsi, logiquement, si Adam est un mythe, alors Jésus aussi, car les mythes n'engendrent pas de personnages historiques. Ça n'a rien d'alambiqué, c'est factuel au plus haut point.


    G. Richard Bozarth

    Et l'ironie du sort, c'est que ce sont les athées qui le comprennent le mieux ! Voyez plutôt ce qu'en dit Richard Bozarth :
    "Si Adam et Ève n'ont jamais existé, et de surcroît n'ont pas désobéi à Dieu en mangeant du fruit défendu, la venue de Jésus sur Terre et Sa mort sur la croix perdent leur sens. En effet, sans le péché originel, qui aurait besoin d'un Sauveur ? Sans Adam et sa Chute qui a entraîné la mort, le christianisme a-t-il une utilité ? Aucune."4


    Frank Zindler

    Et il est loin d'être le seul. Voici ce qu'en dit Frank Zindler, ancien président par intérim d'American Atheists et misothéiste enragé :
    "La chose la plus dévastatrice que la biologie ait faite au christianisme, toutefois, est la découverte de l'évolution biologique. Maintenant que nous savons qu'Adam et Ève n'ont jamais existé, le mythe central du christianisme est détruit. S'il n'y a jamais eu d'Adam et Ève, il n'y a jamais eu de péché originel. S'il n'y a jamais eu de péché originel, il n'est pas besoin de salut. S'il n'est pas besoin de salut, il n'est pas besoin d'un Sauveur. Et je vous déclare que cela met Jésus, qu'Il soit historique ou pas, au rang des chômeurs. Je pense que l'évolution est bel et bien le coup de grâce pour le christianisme."5

    Ainsi donc, ça ne sert à absolument rien de tordre le récit de nos origines dans tous les sens pour apaiser les athées sous prétexte qu'ainsi ils seront attirés vers Christ. C'est le contraire qui se produit. Les athées ont encore plus de mépris pour ceux qui ne prennent même pas au sérieux leur Livre Saint.

    La Genèse est notre fondation, et si les fondations sont branlantes, notre foi ne sera qu'un colosse aux pieds d'argile (cf. Dan. 2)

     

    1. Je tiens à faire remarquer que Hutton était un déiste. Il a aussi suggéré d'appliquer l'uniformitarisme à la biologie, quelques décennies avant Darwin, allant même jusqu'à proposer la sélection naturelle comme mécanisme moteur : "... si un organisme n'est pas placé dans la situation et les circonstances les mieux adaptées pour sa subsistance et sa propagation alors, en concevant une variété infinie entre les individus de cette espèce, nous sommes assurés que, d'une part les individus qui sont le plus éloignés de la constitution la mieux adaptée sont les plus probables à périr tandis que d'autre part les organismes avec la constitution la mieux adaptée pour les circonstances présentes continueront à être les mieux adaptés en se préservant et en se multipliant» (James Hutton, "An Investigation of the Principles of Knowledge and of the Progress of Reason, from Sense to Science and Philosophy", vol. 2. Revenir au texte.
    2. Le but principal de Lyell, même s'il ne l'a pas dévoilé publiquement, était de "libérer la science de Moïse" (Moïse est l'auteur de la Genèse), et il l'a reconnu clairement dans une lettre adressée à George Poulett Scrope. Revenir au texte.
    3. Dans la Bible, les êtres vivants sont les נֶפֶשׁ חַיָּה (nephesh chayyah), çàd les animaux qui ont "respiration, souffle de vie dans les narines" (Gen. 7:22). Cela n'inclut ni les invertébrés, ni les plantes, ni les cellules de la peau smile. Revenir au texte.
    4. Bozarth, G. R., "The Meaning of Evolution", American Atheist, 20/09/1979, p. 30. Revenir au texte.
    5. Zindler, F., dans un débat contre William Lane Craig intitulé "Atheism vs Christianity. Revenir au texte.

    votre commentaire
  • Il y a science et science !


    Nabuchodinosaure

     

    Vous aimez, Nabuchodinosaure en Hamlet ? To science or not to science, j'attige the question! Il nous fait bien rire sur l'image du dessus, mais il faut garder à l'esprit qu'il est censé ne jamais avoir rencontré d'humain happy, aussi, gardez cette image en tête, elle vous sera utile pour comprendre la suite.


    Bruce Willis

    Et Bruce Willis, vous kiffez ? Moi, perso, yes. "Un jour en enfer" ou "Piège de cristal", en mangeant du chocolat, c'est de la balle cool. Ce gars-là est un super-héros, c'est pour ça qu'il n'était pas dans "Titanic", sinon il aurait sauvé tout le monde happy.
    Mais attention, il a aussi des trucs à dire côté relation entre science et religion :
    "Les religions traditionnelles fonctionnent généralement selon le principe suivant : si l'on ne fait pas de bonnes œuvres et si on agit mal, on se retrouvera à coup sûr en enfer. Malheureusement, avec les connaissances accrues de la science, les gens instruits ne croient plus à l'idée d'un lac de feu et de soufre. Par conséquent, ce que dit la religion traditionnelle n'est plus pris au sérieux. Et les médias nous entraînent vers l'effondrement de la civilisation."1

    La science ? Oui, certes, mais quelle science ?
    J'ai obtenu mon bac S avec mention Assez bien, avec 15/20 en maths, 14/20 en S.V.T. et 14/20 en physique, alors je pense pas faire preuve d'arrogance en déclarant que j'ai quand même quelques notions de base en science. Aussi, je peux vous le dire, il y a 2 sortes de sciences.

    Un exemple : on raconte qu'un jour, Galilée est monté au sommet de la tour de Pise, qui était encore droite à l'époque, avec 2 boulets de canon de tailles différentes. Une fois au sommet, il a les a laissés tomber. Il pensait que ce serait le gros qui toucherait le sol le 1er, conformément à la philosophie aristotélicienne en vigueur à l'époque et à une intuition tout à fait normale. À sa grande surprise, ils touchèrent le sol en même temps. Pensant s'être trompé, il redescendit prendre les boulets, remonta au sommet de la tour et recommença, mais le résultat resta le même. Et il recommença, encore et encore, jusqu'à ce que la fin, la tour penche et qu'il faille arrêter l'expérience happy, mais le résultat resta toujours le même.


    Galileo Galilei

    Qu'est-ce que Galilée a fait là ? De la mécanique expérimentale. Il a fait une expérience. Il a travaillé sur des faits qui se déroulaient devant ses yeux. Il les a observés, les a examinés, les a répétés jusqu'à ce qu'une hypothèse se fasse jour dans son esprit.
    C'est ce genre de science qu'on appelle la science expérimentale, ou science d'observation. C'est une science qui s'occupe de faits qui se déroulent dans le présent, visibles, répétables et sur lesquels on peut faire des expériences.

    C'est grâce à cette science que nous avons obtenu toutes les technologies dont nous jouissons au quotidien aujourd'hui : navettes spatiales, vaccins, TGV, smartphones, lecteurs MP3, ce blog,... La liste est terriblement longue money. Et chacune de ces technologies marcherait tout pareillement, que le monde ait 3 mn ou 80 milliards d'années wink2, car la déduction est étroitement liée au résultat expérimental, et il n'y a que très très peu de place pour les spéculations. L'âge de l'Univers n'a rien à voir avec cette science-là.

    La question de l'âge de l'Univers est du ressort du 2e type de science : la science historique.


    Carcassonne

    Vous aurez reconnu sur la photo la ville de Carcassonne, célèbre pour ses beaux restes d'architecture médiévale.
    Le gouvernement français a financé l'architecte Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879) vers la fin du XIXe siècle pour restaurer les châteaux français datant du Moyen-Âge, on peut voir le résultat sur la photo. C'est mignon tout plein, certes, mais il y a un petit souci, Mme la Marquise : les tours n'avaient pas du tout un toit pointu comme ça, car c'étaient des structures de défense, et il fallait pouvoir tirer des flèches sur les ennemis. Viollet-le-Duc n'a pas reconstitué Carcassonne selon un modèle historique pertinent, mais selon le romantisme qui était à la mode à l'époque. On peut facilement imaginer une princesse en détresse coiffée de son hennin et agitant son mouchoir blanc à une ouverture happy...

    Il est là, le défaut de la science historique : elle utilise des modèles présents pour tenter de reconstituer le passé. Personne ne peut voir le passé à moins de créer une machine à remonter le temps (et dans l'hypothèse où Laureline et Valérian seraient venus visiter le passé, on peut logiquement se poser la question : où sont-ils wink2 ?).
    Il est impossible de faire des expériences sur le passé, et il n'existe aucune preuve directe des évènements du lointain passé, uniquement des preuves indirectes.


    Sir Richard Owen (1804-1892)

    Voici un autre exemple très connu dans les milieux scientifiques : en 1858, sir Richard Owen, le célèbre anatomiste qui a créé le mot "dinosaure" et fondé le British Museum of Natural History (et qui était aussi un farouche adversaire de la théorie de l'évolution par la sélection naturelle de Charles Darwin), se retrouva avec les restes d'un reptile géant qu'il nomma Iguanodon.

    Une fois la reconstitution finie, il se retrouva avec un sacré problème sous la forme d'un unique os pointu. Après s'être creusé la tête pour savoir où il devait placer cet os, il finit par le mettre sur le nez de l'iguanodon. On peut encore voir aujourd'hui la reconstitution de la bébête en question au Crystal Palace du British Museum, on dirait une espèce de rhinocéros reptilien :



    20 ans après, on fit une découverte incroyable dans la mine de charbon de Bernissart (Belgique) : un immense gisement de fossiles de dinosaures, dont 7 étaient des iguanodons, et leur vraie apparence était à peu près celle-ci :

    L'Evangile : évolution ou création ? Épisode 4

    En fait, l'os pointu en question était SON POUCE shocked ! C'est ce qui arrive quand on utilise le présent pour interpréter le passé alors que nos connaissances sur ce dernier sont insuffisantes : il y a toujours des erreurs dans la science historique, que ce soit l'histoire de l'Univers, l'histoire de la vie ou l'histoire des hommes, et dites-vous bien que même les plus grands savants y sont susceptibles.
    Plus le laps de temps qui nous éloigne de l'époque à étudier est élevé, moins les données sont nombreuses et plus il faut formuler d'hypothèses, et ces hypothèses seront nécessairement influencées par des considérations non-scientifiques, à savoir les axiomes philosophiques et religieux (c'est limite la même chose) qui sont ancrés dans l'esprit du scientifique qui mène l'étude.

    En gros, la science historique de l'évolution n'est jamais que la spéculation d'un groupe de savants décidés d'avance à nier l'historicité de la Genèse à la base. Le problème, c'est qu'avec tout le succès de la science expérimentale, les gens se font endoctriner par cette science historique et ont peur de passer pour des dingues s'ils nient que l'évolution est une science fondée sur le roc. On leur cache que cette science est fondée sur les sables mouvants d'une série de spéculations, et pas sur le roc.1
    Ce qu'il faut bien réaliser, c'est que ce ne sont pas les données scientifiques en main qui font l'objet du débat entre créationnistes et évolutionnistes, mais leur interprétation. Si un savant nie, à la base, que le récit de la Genèse est le témoignage de Dieu sur les origines de notre monde (2 Pi. 3:3-7), il tirera des conclusions bien différentes de celles d'un scientifique qui croit que la Bible est la parole de Dieu dans son entièreté.


    Ernst Mayr, naturaliste, explorateur, ornithologue et historien des sciences

    Alors après, il y a pas mal d'évolutionnistes enragés qui nieront la distinction entre science expérimentale et science historique, en prétendant que "c'est une invention rhétorique des créationnistes". Ben voyons, et je suppose qu'une sommité de l'évolutionnisme comme Ernst Mayr (1904-2005) fait de la rhétorique aussi quand il dit :
    "Par exemple, Darwin a introduit l'historicité dans la science. La biologie évolutionniste, en contraste avec la physique et la chimie, est une science historique - l'évolutionniste tente d'expliquer des évènements et des processus qui ont déjà eu lieu. Les lois et les expériences sont des techniques inappropriées pour l'explication d'évènements et processus de ce genre. Au lieu de cela, on construit une narration historique, consistant en une tentative de reconstruction du scénario particulier qui a conduit aux évènements qu'on essaie d'expliquer"2.

    Le vent !

    1. Bruce Willis, "USA Weekend Magazine", Cincinnati Enquirer, February 11–13, 2000, p. 7. Revenir au texte.
    2. Mayr, E., "Darwin’s Influence on Modern Thought", basé sur une conférence que Mayr a donnée à Stockholm lorsqu'il a reçu le Prix Crafoord de l'Académie Suisse Royale, 23/09/1999. Revenir au texte.

    votre commentaire
  • L'évolution est-elle fondée sur le roc ?


    En 1859 fut publié le 1er livre de Darwin, qui devait changer la face du monde pour un siècle et demi, intitulé "De l’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou des lois du progrès chez les êtres organisés" (même si, dans les faits, il n'y explique pas du tout l'origine des espèces d'êtres vivants wink2). Depuis, ce livre a été publié au moins une fois par an quelque part dans le monde.
    Je pourrais dire pas mal de choses sur ce livre, mais j'aimerais surtout faire remarquer ceci : avant Darwin, les savants voyaient l'Univers comme un système fermé, mais pas isolé : Dieu pouvait intervenir miraculeusement quand Il voulait. Là où Darwin a innové, c'est qu'il proposait un Univers isolé : en gros, laissez le temps au temps et n'importe quel processus peut se produire de manière entièrement naturelle, sans avoir besoin d'introduire le paramètre Dieu dans l'équation. À partir de ce moment-là, la façon de voir les origines de nos savants a changé de fond en comble pour toujours.

    Le dernier livre de Darwin, publié en 1872, s'intitulait "La descendance de l'homme et la sélection sexuelle" (je croyais que dans l'évolution, les espèces étaient censées progresser de manière ascendante et non descendre winktongue). Il y a présenté ses idées en anthropologie, et je suppose que nous avons tous déjà vu une image qui ressemblait à ceci :


    Oui, je sais, une blanche vaut 2 noires winktongue

    Vous aurez peut-être remarqué que dans ces images, l'humain qui est le plus à gauche est toujours bronzé alors que celui qui est tout à droite (et donc, censément, le plus évolué) à une belle peau blanche de Caucasien. De qui se moque-t-on, là sarcastic ?

     

    Enfin bref, en gros, l'évolution est censée être à l'origine de toutes les espèces. Alors, certains athées enragés tenteront d'esquiver la question en prétendant que l'évolution darwinienne traite uniquement de la diversification des espèces, et pas de leur origine. Cette citation de l'évolutionniste G. A. Kerkut (1927–2004) est édifiante à ce sujet :
    "Il y a une théorie qui affirme que plusieurs animaux vivants subissent des changements observables au cours du temps, de sorte que de nouvelles espèces se forment. On peut appeler cela la Théorie Spéciale de l'Évolution, et elle peut être démontrée dans certains cas par des expériences. D'un autre côté, il y a la théorie selon laquelle tous les êtres vivants sont venus d'une espèce unique, qui vient elle-même d'une forme inorganique. Cette théorie peut être appelée la Théorie Générale de l'Évolution, et les preuves en sa faveur ne sont pas suffisamment solides pour nous permettre de la considérer autrement qu'une hypothèse de travail. On ne sait pas encore clairement si les changements qui amènent la spéciation sont de la même nature que ceux qui amènent le développement de nouvelles phylæ. La réponse sera trouvée dans des travaux expérimentaux futurs, et non pas par l'affirmation dogmatique comme quoi la Théorie Générale de l'Évolution doit être correcte parce qu'il n'y a rien de satisfaisant qui puisse prendre sa place."1 (Les emphases sont de moi)
    À titre de précision, aucun créationniste qui connait sa Bible n'a de problème avec ce que Kerkut appelle la "Théorie Spéciale de l'Évolution", au contraire, cela permet d'expliquer comment toute la biodiversité d'aujourd'hui est apparue à partir des couples d'animaux qui sont descendus de l'Arche de Noé.


    D'accord, la théorie de l'évolution est intéressante et élaborée. Les gens qui l'ont mise au point n'étaient pas des cakes. Seulement, elle présente plusieurs gros problèmes.

    Si l'évolution est vraie et qu'elle soit aussi omniprésente, on aurait déjà dû la voir indiscutablement en action, n'est-ce pas ? La réponse de Richard Dawkins à ce sujet est révélatrice :
    "L'évolution a été observée, mais pas quand elle s'est produite."2
    No comment happy !

    Si la théorie de l'évolution est aussi importante et transcendante que le système impie veut nous le faire croire, elle devrait pouvoir expliquer tous les processus que nous voyons chez les êtres vivants, non ? Oh, je sais pas moi, la symbiose, par exemple.

    L'exemple de loin le plus classique, limite bateau, de symbiose, c'est, bien entendu, la coopération crocodile-pluvian.


    Rom. 1:20

    Si, par le plus grand des hasards, vous ne savez pas comment ça se passe : après avoir briffé, le crocodile a souvent des fibres de viande entre les crocs. Le problème, c'est qu'il ne sait pas utiliser les brosses à dents smile. C'est là que le pluvian intervient : le croco ouvre grand la gueule, le pluvian mange les fibres de viande (et obtient ainsi un repas à l'œil), et le croco ne lui fait aucun mal en plus. Et pourtant, les animaux ne sont pas dotés de morale.
    Comment expliquer cela d'une manière naturaliste ? On a élaboré des explications formidablement alambiquées, à vous ruiner en Aspégic, mais en fait, elles sont rien moins que satisfaisantes, et ne répondent absolument pas à la question de savoir comment ça a débuté.

    Tiens, ben je m'en vais essayer un coup, moi aussi, d'expliquer ça sans faire entrer un Créateur infiniment intelligent en ligne de compte tongue : un jour, le croco est arrivé avec un drapeau blanc vers le pluvian et lui a dit : "Dis donc, p'tit gars, j'ai un problo avec mes dents. Passons un accord, autrement dit, toi tu es d'accord et moi je suis d'accord. Tu peux manger les fibres entre mes dents et moi je te fais pas de mal, ça roule ?" Le pluvian lui rétorque : "Tu m'prends pour un dindon ? J'exige qu'une partie neutre supervise cette affaire." Alors on a appelé la communauté internationale qui leur a dit : "Émigrez d'abord à Damas, on a besoin de vous pour nous débarrasser de tous ces cadavres de Syriens qui gâchent le paysage"...
    Oui, bon, je plaisante, mais là où je veux en venir, c'est que l'évolution et ses changements insensibles à la chaîne ne permet pas d'expliquer la symbiose.


    Albert Szent-Györgyi de Nagyrápolt (1893-1986)

    Le scientifique évolutionniste hongrois lauréat d'un prix Nobel Albert Szent-Györgyi a dit à ce sujet :
    "Tout ça peut paraître très simple, mais cela exige une série complexe de réactions en chaîne avec un mécanisme nerveux extrêmement compliqué en arrière-plan... et tout ceci a dû se développer simultanément. La probabilité que cela ait pu se former par une série de mutations aléatoires est de ZÉRO ! Je ne peux pas aborder ce problème sans présupposer une pulsion innée dans la matière vivante qui la pousse à vouloir se perfectionner."3 (L'emphase est de moi)

    Une pulsion ? Mais quelle pulsion ? Depuis quand ce qui est inorganique a-t-il une pulsion oh ?


    Gilbert Keith Chesterton (1874-1936)

    Bref, je crois que le mieux, pour conclure, c'est de donner la parole à G. K. Chesterton, le célèbre apologiste qui a inspiré C. S. Lewis, l'auteur des Chroniques de Narnia :
    "Laquelle des deux affirmations suivantes est la plus acceptable ? Dire que Dieu a tout créé à partir de rien ou que le rien s'est organisé lui-même en tout ?"

    Un évolutionniste est bien obligé de croire à la 2affirmation, qu'il croie en Dieu ou pas.

    Il va de soi que les lois, y compris celles de la nature, ne peuvent pas émerger du néant. La théorie de l'évolution repose sur du vide, et Chesterton a fait beaucoup d'efforts pour le démontrer.

     

    1. Kerkut, G.A., "Implications of Evolution", p. 157, 1960. Revenir au texte.
    2. "Battle over evolution", interview de Dawkins, R., par Moyers, B., Now, 03/12/2004, sur PBS. Revenir au texte.
    3. Szent-Gyorgyi, A., "Drive in Living Matter to Perfect Itself," Synthesis 1, vol. 1, 1, pp. 14-26. Revenir au texte.

    votre commentaire
  • Les chrétiens qui promeuvent l'évolution se tirent un missile dans le pied

    Il est affligeant de constater que depuis la publication de "De l'origine des espèces", la plupart des églises ont accepté l'idée que Dieu ait créé la biodiversité actuelle via l'évolution (on appelle ça l'évolutionnisme théiste). Nous avons déjà vu précédemment que c'est une démarche intellectuelle complètement erronée, et que ce sont les athées eux-mêmes qui s'en rendent compte le mieux.
    Au risque de me répéter, je vous sers une autre citation de Richard Bozarth :
    "Le christianisme véritable est - et doit demeurer - entièrement attaché au récit de la Création tel que présenté dans la Genèse et il doit lutter de toutes ses forces contre la théorie de l'évolution."


    Pr. William Provine

    Si, par le plus grand de tous les hasards, après tous ces articles, vous n'êtes toujours pas convaincus, jetez un œil sur ce qu'en dit Will Provine, professeur d'histoire, d'études des technologies et de la science et de sciences biologiques à l'université de Cornell (la 1ère université à avoir été fondée sur des fondements explicitement laïcs) :
    "Permettez-moi de résumer mon point de vue sur ce que la biologie évolutionniste moderne nous dit haut et fort... Il n'existe pas de dieux, pas de buts, pas de forces dirigées, quelles qu'elles soient. Il n'y a pas de vie après la mort. Quand je mourrai, je suis sûr que je resterai mort. C'est la fin pour moi. Il n'y a pas de fondement définitif pour l'éthique, aucun but pour la vie et pas de libre arbitre pour les gens."1

    Voilà le véritable visage de la théorie de l'évolution darwinienne : tue ton prochain pour toi-même ! La survie est la seule règle. Comment harmoniser pareille monstruosité avec les 2 règles d'or (Lc. 10:27) ? Comment imaginer un seul instant qu'un Dieu d'amour ait pu utiliser un processus aussi ignominieusement cruel et dispendieux et dire, une fois fini, que tout cela était très bon (Gen. 1:31) beurk? C'est impossible mad! Pour la enième fois, la foi chrétienne et la théorie de l'évolution sont complètement opposés.


    Pr. Jacques Lucien Monod

    Il n'est pas anodin non plus de remarquer que Jacques Monod, biologiste moléculaire et ami d'Albert Camus, termine son livre, "Hasard et Nécessité", publié en 1970, par ces mots :
    "[...] l’homme finalement se rend compte qu’il est seul dans l’immensité impitoyable de l’univers, duquel il a émergé purement par hasard. Ni son destin, ni son devoir n’ont été consignés par écrit. C’est à lui de choisir : soit le royaume des cieux, soit les ténèbres ici-bas."
    Plus édifiant encore est cet extrait d'une interview entre Monod et Laurie John dans laquelle, selon l’animateur d’ABC Robyn Williams (lui-même athée et anti-créationniste fanatique), Monod révéla sa conviction 'que la vie et l’évolution sont dépourvus d’un but ultime' :
    "John : [...] on pourrait concevoir que Dieu employa le hasard, tant que le schéma était présent pour qu’il l’impose sur les résultats des mutations aléatoires.

    Monod : Si vous voulez supposer cela, alors je n’y suis pas opposé, si ce n’est que cela présente un conflit (non pas scientifique, mais moral). C’est-à-dire que la sélection est le moyen le plus aveugle et le plus cruel de développer des espèces nouvelles et des organismes de plus en plus complexes et perfectionnés …

    John : Cruel ?

    Monod : Je dis : Plus cruel car c’est un processus d’élimination, de destruction. La lutte pour la vie et l’élimination du plus faible est un processus horrible, contre lequel toute notre éthique moderne se révolte. Une société idéale est une société non sélective, dans laquelle le faible est protégé, ce qui exactement l’inverse de la prétendue loi de la nature. Cela m’étonne qu’un chrétien veuille défendre l’idée que ceci est le processus que Dieu a établi plus ou moins dans le dessein d’aboutir à l’évolution." (L'emphase est de moi)


    Pr. Eugenie Scott. Ne vous fiez pas à ses airs de gentille grand-mère, c'est une évolutionniste enragée.

    Et pourtant, les églises continuent à se compromettre de par le monde. Eugenie Scott, présidente du Centre National d'Éducation Scientifique aux USA (ne vous laissez pas tromper par le nom, le but de cette organisation est purement et simplement d'endoctriner tous les élèves de tous les établissements d'enseignement dans la théorie de l'évolution) a dit :
    "Je me considère comme une humaniste, ou une non-théiste. J'ai découvert que les plus grands défenseurs de l'évolution sont les gens des communautés religieuses. Dans une réunion de comité d'école, l'opinion d'un membre du clergé vaut celle de deux biologistes !
    [...]
    Ce que nous [les athées et les membres du clergé] avons en commun, c'est le désir de voir l'évolution enseignée dans les écoles publiques..."2


    Ça on peut dire qu'ils ont réussi cry ! Chapeau bas, l'artiste beurk !


    Et n'allez pas croire que le phénomène se limite à l'Occident. Là, je vais faire quelque chose que je peux me permettre de faire, à savoir parler du rapport entre l'humanisme et l'histoire de mon pays, car j'estime que cet exemple sera particulièrement parlant.


    Quand j'étais encore prof de français dans un lycée protestant, là-bas dans mon pays, à Madagascar, j'ai jeté un œil sur le programme de S.V.T. des 6e, et c'était écrit noir sur blanc : "L'élève doit comprendre qu'il est le produit d'une longue évolution".


    Les grands de ce monde (humains comme démons) sont sur la brèche, ils bossent pour endoctriner l'humanité tout entière dans un mode de pensée humaniste unique.
    Ça vous dit, un petit cours rapide d'histoire chrétienne de Madagascar ?


    Ranavalona Ière de Madagascar (1788-1861)

    Les 1ers missionnaires chrétiens à arriver dans l'île étaient des Britanniques de la London Missionary Society, et ils enseignèrent aux malgaches le christianisme à la sauce congrégationnaliste, favorisés en cela par le roi Radama qui y voyait à raison un moteur de progrès. Comme les valeurs chrétiennes étaient en résonance avec les valeurs malgaches traditionelles de fihavanana, les gens accueillirent très bien la religion nouvelle. Tout cela changea lorsque la reine Ranavalona Ière prit le pouvoir en s'arrogeant purement et simplement le trône, elle et ses partisans, en 1828. Elle fit assassiner le prince Rakotobe, héritier légitime du trône du défunt roi Radama, ainsi que tous les membres de la famille de ce dernier, sauf un qui réussit à fuir aux Comores. Inquiète que le christianisme évince la religion fétichiste de l'adoration aux ancêtres dans laquelle elle fut élevée, elle se mit à interdire le christianisme et à lancer contre les chrétiens une persécution que Néron et Dioclétien n'auraient pas reniée. Les martyrs furent nombreux, embrochés à la sagaie, ébouillantés, brûlés vifs, jetés du haut d'Ampamarinana (une sorte de roche tarpéienne)... On estime que 150 000 personnes sont mortes durant son règne, de quoi faire pâlir Louis XI et Robespierre d'envie. Comme quoi Satan se déchaîne quand on prêche la Bonne Nouvelle là où il règne sans partage bad...


    Rasalama, martyre malgache morte embrochée en 1837

    Si vous voulez en savoir plus sur cette période sombre de notre histoire, qui présente un intérêt particulier pour un chrétien, je vous invite à lire en ligne le livre du missionnaire G. Mondain sur l'histoire de la martyre Rafaravavy Marie (1808-1848), il est édifiant.
    Lorsque Ranavalona II arriva au pouvoir, ce fut un coup de théâtre.


    Ranavalona II de Madagascar (1829-1883)

    Arguant du fait que, selon la religion des ancêtres, les idoles royales lui appartenaient, elle les brûla en public, au nez et à la barbe des gardiens d'idoles qui avaient manipulé Ranavalona Ière pour la pousser aux persécutions, se fit baptiser et se convertit officiellement au protestantisme. "Cujus regio, ejus religio", et bien que la reine n'ait forcé personne, beaucoup se précipitèrent pour se convertir, ce qui entraîna un boom des chrétiens du dimanche (encore que le terme de "dérive constantinienne" employé par certains érudits est passablement exagéré). Les missionnaires furent évidemment ravis (bien que compréhensiblement un peu effrayés ^^), pensant que Madagascar allait enfin prendre son essor grâce aux vertus civilisatrices et motrices de progrès du christianisme qui ne sont plus à prouver. Il y eut effectivement une amorce avec l'interdiction de la réduction en esclavage et la libération de tous les esclaves d'origine mozambicaine (avant même Lincoln). Mais ces beaux espoirs s'effondrèrent sur le long terme.


    Ranavalona III, dernière reine de Madagascar (1861-1917)

    Mais la France lorgnait depuis un bout de temps déjà sur Madagascar. À force de manipulations politiques sous la houlette de Jules Ferry (1832-1893), la reine Ranavalona III se trouva forcée de signer un faf qui faisait de Madagascar un protectorat français en 1895, puis, l'année d'après, comme certains patriotes en toge rouge (les Menalamba) avaient pris le maquis et qu'on pensait que la reine conspirait pour évincer l'impérialiste français, elle fut déposée l'année suivante par le Gal Galliéni et exilée à La Réunion, puis de là en Algérie où elle se laissa miner par le chagrin jusqu'à sa mort en 1917.


    Caricature de la Petite Lune de 1878 : Jules Ferry croquant un prêtre

    Faisons un arrêt sur image un instant sur Jules Ferry avant de continuer. Ce qui fait la célébrité du personnage, c'est bien évidemment qu'il ait été l'artisan de la mise en place de l'école laïque, gratuite et obligatoire (qui n'a pas apporté de réelle amélioration, bien au contraire), mais on oublie souvent qu'il a aussi été un des grands promoteurs de l'expansion coloniale française.
    Il est particulièrement ahurissant de lire cet extrait de son discours à l'Assemblée Nationale du 28/07/1885 :
    "Messieurs, il y a un second point, un second ordre d’idées que je dois également aborder (...) : c’est le côté humanitaire et civilisateur de la question. (...) Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. (...) Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. (...) Ces devoirs ont souvent été méconnus dans l'histoire des siècles précédents, et certainement quand les soldats et les explorateurs espagnols introduisaient l'esclavage dans l'Amérique centrale, ils n'accomplissaient pas leur devoir d'hommes de race supérieure. Mais de nos jours, je soutiens que les nations européennes s'acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation"
    Et pour couronner le tout, Ferry était... je vous le donne en mille... franc-maçon !!!
    Et bien voilà. Le grand mot est lâché. "Races supérieures", non mais on nage en plein délire mad! Si Ferry avait pris la peine de prendre la Bible au sérieux, il aurait su que ça n'existe pas, une race supérieure. Mais bon, un franc-maçon n'est pas censé croire en une vérité absolue sarcastic... De Jules Ferry en 1885 jusqu'à Aristide Briand en 1905 (jusqu'à François Hollande en 2015), les laïcistes ne s'arrêteront que quand toute trace de christianisme aura été éradiquée de la surface de la planète.

                                  
    Joseph Arthur, comte de Gobineau (1816- 1882)    Joseph Simon Gallieni (1849-1916)

    Gallieni est surtout connu pour avoir eu l'idée géniale de réquisitionner des taxis pour y caser du rab de troufion à livrer à la Marne et contribuer ainsi à une victoire décisive pour la 1ère Guerre Mondiale. Mais est-il vraiment le héros que nos manuels d'histoire se plaisent à dépeindre ?
    En 1896, il fut nommé gouverneur général à Madagascar pour faire de la "pacification". Il s'était exprimé ainsi sur sa politique coloniale :
    "Frapper à la tête et rassurer la masse égarée par des conseils perfides et des affirmations calomnieuses, tout le secret d’une pacification est dans ces deux termes. En somme, toute action politique dans la colonie doit consister à discerner et mettre à profit les éléments locaux utilisables, à neutraliser et détruire les éléments locaux non utilisables"3
    Digne de Machiavel, non beurk?

    Il instaura le travail forcé des indigènes, fit déplacer les reliques que constituaient les os des grands rois des temps anciens de la cité d'Ambohimanga vers la capitale pour faire perdre leurs repères aux malgaches, appliqua une politique racialiste qui n'était jamais qu'une version raffinée de "diviser (les ethnies) pour régner", imposa l'enseignement français laïque dans les écoles (qui, ironie du sort, ont été bâties par les missionnaires) et exerça une répression féroce. Il aurait fait de 100 000 à 700 000 morts pour une population de 3 millions. D'après Wikipedia, "ces chiffres doivent toutefois être pris avec beaucoup de précautions ; d'une part, des africanistes français (Daniel Lefeuvre, Bernard Lugan), les considèrent comme étant considérablement exagérés ; d'autre part, la sociologie d'influence française correspond souvent à une activité militante d'extrême-gauche" mais c'est du boniment à la graisse d'oie de Coromandel sans doute introduit par un membre qui n'arrivait pas à concevoir un chiffre pareil et qui a donc décidé d'atténuer ces propos sans déclarer une guerre d'édition ouverte sarcastic et je pencherais plutôt, pour ma part, vers le haut de la fourchette.
    Pour ne pas nous compliquer la vie, prenons la médiane, c-à-d 400 000 pendant les 8 ans pendant lesquels il était gouverneur général de Madagascar pour une population de 3 million. Arrêtez-moi si je m'abuse, mais c'est pas ce qu'on appelle un génocide beurk ? La Palestine fait la une des journaux actuellement mais elle n'a pas le monopole de l'atrocité...

    La question se pose : comment a-t-il trouvé la justification morale pour commettre toutes ces atrocités ? Ce qu'il faut savoir, c'est qu'il s'est énormément inspiré du philosophe Joseph Arthur de Gobineau, qui était lui-même directement influencé par... je vous le donne en mille... le darwinisme.

    Mais la série noire ne s'arrête pas là. Comme je l'ai dit, l'enseignement laïc humaniste a été imposé dans les écoles publiques (et vous n'ignorez pas que même les écoles privées sont bien obligées de faire chorus, bon gré mal gré, dans ce genre de situations), avec la théorie de l'évolution à la base, et, petit à petit, malgré le christianisme sous-jacent, les générations à venir furent endoctrinées dans l'idée que la Bible n'est qu'un conte de fées, que l'homme est le maître ultime de sa destinée et qu'il n'y a pas de norme morale objective.
    Aujourd'hui, c'est le chaos. La colonisation a irrémédiablement plombé tout espoir de développement pour Madagascar, dans quelque domaine que ce soit. La pauvreté est telle que le malgache moyen vit avec moins de 2 $ par jour (d'après l'estimation de la Banque Mondiale, et je peux dire que ce n'est pas exagéré), l'insécurité monte en flèche, les despérados poussent leurs raids jusque dans les banlieues des grandes villes, les journaux relatent au moins un crime sexuel par semaine, l'ivrognerie, la fornication, la pornographie, l'homosexualité, la pédophilie sont devenus monnaie courante,... et Dieu nous punit de l'avoir rejeté en envoyant sauterelles, cyclones toujours plus violents, sécheresse, peste, etc.

    Voilà les effets de la théorie de l'évolution sur un peuple entier. Je vous en conjure, que chacun prenne ses responsabilités et fasse passer ces informations partout où il le pourra. L'important, c'est qu'autant de personnes que possibles changent leur cœur en le donnant à Jésus Christ, c'est ainsi qu'une bande de 12 pauvres types disciples d'un charpentier ont changé tout un empire, puis le monde à long terme. C'est comme ça qu'on améliore un pays, par le réveil spirituel (et non par la "dissidence").

    1. Provine, W. B., Origins Research 16(1), p. 9, 1994. Revenir au texte.
    2. Extrait de Oord, T. J. et Stark, E., "A conversation with Eugenie Scott", Science and Theology News, 01/04/2002. Revenir au texte.
    3. Gallieni, J. S., cité dans Ruscio, A., "Le crédo de l’homme blanc", p. 250-251, 2002. Revenir au texte.

    votre commentaire
  • Effets de la théorie de l'évolution sur la vision du monde des gens


    Mt. 12:33 : " on reconnaît l'arbre à son fruit."
    Le darwinisme est enseigné comme un dogme religieux dans pratiquement tous les établissements du pays, ainsi que la plupart des autres. Nous nous sommes penchés sur le cas particulier des conséquences de cette théorie au niveau d'un pays dans l'épisode précédent, maintenant nous allons examiner celles-ci au niveau individuel.

    Je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler du massacre du lycée Columbine, aux USA, le 20/04/1999. Eric Harris, 18 ans, et Dylan Klebold, 17 ans, ont pris leurs flingues et ont lancé une fusillade qui a coûté la vie a 12 élèves et un prof, et où 24 autres personnes furent blessées, plusieurs d'entre elles grièvement.


    Harris, Klebold et leurs amis de la trench-coat maffia

    La nation américaine fut tétanisée d'horreur sur le moment. Comment une vilénie pareille a-t-elle pu se produire dans la nation la plus chrétienne du monde au niveau statistique (plus grand pourcentage de chrétiens, plus grand nombre d'églises, plus grand nombre d'établissements scolaires chrétiens, plus grand nombre de politiciens se disant chrétiens,...) ? D'accord, le port d'armes est libre aux States, mais ça n'explique pas la raison. Si vous regardez l'article à ce sujet sur Wikipedia, vous y verrez qu'on a formulé pas mal d'hypothèses pour expliquer cela, les unes raisonnables (harcèlement à l'école, maladie mentale,...) les autres farfelues (hard rock, jeux vidéo sarcastic,...). Par contre, ce que vous n'y verrez pas, c'est ce que Harris a écrit dans son journal intime le 26/04/1998 :
    "Un jour, V [Dylan Klebold] et moi nous vengerons et accélérerons la sélection naturelle" (Les italiques sont de moi)

    Il avait même un T-shirt avec "Natural Selection" dessus au moment de la fusillade !
    En gros, ils estimaient que la sélection naturelle est un processus trop lent, et se sont déterminés à l'accélérer eux-mêmes en éliminant les faibles et les cons pour contribuer à un monde meilleur. L'ironie du sort, c'est qu'ils se sont suicidés à la fin sarcastic...


    Cho Seung-Hui (1984-2007)

    Il est intéressant aussi de noter que Cho Seung-Hui, l'étudiant qui a fusillé 32 personnes à l'université Virginia Tech aux USA, a cité ces deux-là comme ses modèles, les considérant comme des martyrs.

    Cassie Bernall ((1981-1999)


    Notons au passage que Cassie Bernall, une des lycéennes de Columbine, qui s'était détourné du satanisme vers le christianisme, s'est vue demander par un des meurtriers, sous la menace du revolver, si elle croyait en Dieu. Elle répondit oui et se fit abattre comme une chienne, devenant ainsi une martyre cry...


    Jeffrey Lionel Dahmer (1960-1994), le cannibale de Milwaukee

    Un autre type hyper-tristement célèbre aux States est Jeffrey Dahmer, considéré comme le serial killer le plus notoire de tous les temps, devant même Charles Manson. Il a tué 17 hommes entre 1978 et 1991. Si vous regardez l'article sur Wikipedia à son sujet, vous y verrez qu'il a fait de la nécrophilie sur certaines de ses victimes et qu'il en a bouffé d'autres. Par contre, ce que vous n'y verrez pas, c'est que Dahmer s'est converti à Christ au Columbia Correctional Institute de Portage (Wisconsin). Voici ce qu'il a dit dans une interview, 3 mois avant sa mort aux mains d'un codétenu armé d'une barre d'haltère :
    "Si une personne pense qu'il n'existe pas de Dieu auquel elle ait à rendre de comptes, alors... alors à quoi ça sert de modifier votre comportement pour qu'il reste dans des normes acceptables ? C'est ce que je croyais en tout cas. J'avais toujours cru que la théorie de l'évolution était vraie, comme quoi nous venons tous des microbes. Que quand on, vous voyez, quand on meurt, ça y est, il n'y a plus rien"1

    Et il a parfaitement raison. Si l'évolution est vraie, et si quelqu'un à la force et la velléité de vous bouffer, vous n'avez pas à lui dire de ne pas faire ça parce que de toute façon il est le plus fort. Il n'y a pas de règle morale dans la théorie de l'évolution.


    Pekka-Eric Auvinen (1989-2007). Sur son T-shirt : "L'humanité est surfaite"

    Alors vous allez peut-être me dire : "Ah oui, mais eux, ce sont des américains, chez eux, c'est de la violence à longueur de journée dans les merdias, partout..." Oui, certes, mais que penser de Pekka-Eric Auvinen, le jeune homme qui a fusillé 8 personnes au lycée de Jokela, en Finlande (un pays qui n'a pas un taux de criminalité très élevé par rapport au reste de l'Europe), et s'est suicidé après ? Voici quelques citations tirées de son blog :
    La vie est une simple coïncidence [...] et le résultat de longs processus d'évolution.
    Vous, les religieux, vos dieux ne sont rien et n'existent que dans votre cerveau.
    Aujourd'hui, le processus de sélection naturelle est totalement erroné [...] Il est temps de remettre la sélection naturelle et la survie du plus adapté sur la bonne voie ! Moi, comme sélecteur naturel, j'éliminerai tous ceux que je vois comme impropres, hontes de la race humaine et échecs de la sélection naturelle.
    Je suis le juge, le jury et le bourreau. Il n'y a pas d'autorité au-dessus de moi.
    Ce monde n'a pas de lois, à part les lois de la nature et les lois de la physique.
    Quelle est la meilleure chose dans la vie ? Elle a une fin. Bon, peut-être qu'il y en a d'autres mais parfois on les perd ou on ne les obtient pas.
    La vie humaine n'est pas sacrée. Les humains ne sont qu'une espèce d'animal parmi de nombreuses autres et ce monde n'a pas été créé spécialement pour les humains. La mort n'est pas un malheur mais quelque chose de naturel parmi les diverses espèces. Tous les humains ne sont pas importants ni ne méritent d'être sauvés.

    Il avait lui aussi cet objectif, à savoir d'accélérer l'évolution, et si Dieu n'existe pas, si seul le plus fort prospère, qu'est-ce qui l'empêche de faire ça ?



    Pourquoi croyez-vous que les enfants dans les écoles n'aient aucun scrupule à poignarder leurs enseignants ? Je crois avoir été assez clair jusqu'ici pour que vous puissiez donner la réponse tout seuls comme des grands. Les gens sont d'un illogisme : ils taxent les attaques contre l'évolutionnisme de conneries et pourtant quand ils récoltent les fruits de l'enseignement évolutionniste, ils sont horrifiés sarcastic... Ça fait régulièrement la une des journaux. On pense par exemple au cas de Will Cornick, le gamin de 16 ans qui a poignardé sa prof d'espagnol, Ann Maguire, 61 ans, dans un collège catholique de Leeds, Angleterre, le 28/04/2014.


    Will Cornick

    Il semblerait qu'il eusse prémédité cet acte depuis 3 ans, et pourtant personne, ni ses proches, ni les profs, ne l'ont vu arriver. Comme Harris et Klebold, comme Auvinen, il ne semblait avoir aucune tendance qui aurait pu le prédestiner à ce meurtre, ses parents étaient apparemment aimants, il était bon en classe, intelligent, n'était pas dans le collimateur des flics,... Voici certaines des choses qu'il a dites après le meurtre :
    "Je n'étais pas choqué, j'étais heureux. Je ressentais de la fierté. C'est toujours le cas.
    Je sais que ce n'est pas civilisé, mais je sais que c'est incroyablement instinctif et humain. Au-delà des générations de la vie, tuer est une voie pour la survie.
    Il s'agit de tuer ou d'être tué. Je n'avais pas le choix. C'était la tuer ou le suicide.
    Je sais que la famille de la victime doit être bouleversée mais je m'en fiche. À mes yeux, tout ça c'est sympa et chouette."2



    Anders Behring Breivik


    Si ça ne vous suffit toujours pas, revenons un peu sur les actes terroristes d'Anders Breivik qui ont défrayé la chronique il y a quelques années : le 22/07/2011, Breivik a fait sauter une bombe, tuant 8 hommes, puis est allé fusiller 165 personnes (minimum, dont 69 sont mortes) au siège de l'Association des Jeunes du parti travailliste sur l'île d'Utøya.
    Il a écrit un livre de 1 518 pages et 77 724 mots intitulé "2083, Déclaration d'Indépendance Européenne" où il expliquait le motif de ses actes de terrorisme, et il y apparaît clairement que c'est sa croyance en l'eugénisme et le darwinisme social et son désir de sauver la race blanche de la "dégénérescence génétique" qui l'ont motivé.

               
    "Adieu à Dieu, de Charles Templeton                 William Franklin Graham Jr

    Bon, alors certains vont peut-être insister en disant : "Mais ce sont des incroyants !" Oui, certes, mais que dire alors de Charles Templeton (1915-2001), le plus grand évangéliste de l'histoire du Canada ?
    C'est lui qui a eu l'idée des Campus Crusades for Christ, et les étudiants et enseignants qui ont trouvé la lumière du Christ grâce à lui se comptent par milliers. Il engrangeait parfois jusqu'à 30 000 personnes par soirée, mais 20 ans après le début de son ministère, il tomba sur "De l'origine des espèces" et le lut, puis finit par accepter la théorie de l'évolution darwinienne. Plus tard, lorsque son ami et collègue américain et évangéliste lui suggéra de prendre des cours de théologie au séminaire de Princeton, il lui répondit dans une lettre :
    "Mais Billy, il n'est simplement plus possible de croire, par exemple, au récit biblique de la création. Le monde n'a pas été créé en 6 jours, il y a quelques milliers d'années ; il a évolué sur des millions d'années. Ceci n'est pas de la spéculation, c'est un fait démontrable."3
    Il a ensuite averti Graham qu'aller prêcher la parole de Dieu comme faisant autorité sans pour autant se poser de questions à son sujet est un suicide intellectuel. Suivant le conseil de Graham, il s'est quand même inscrit à Princeton, ce qui eut pour effet de faire s'écrouler les deniers vestiges de sa foi, car les chrétiens du dimanche qui y enseignent y prônent l'évolutionnisme théiste beurk. Un peu avant sa mort, il publia un livre intitulé "Adieu à Dieu" où il y expliquait les raisons pour lesquels il rejetait la foi chrétienne (pour la plupart le genre d'arguments fumeux qu'utilise l'athée lambda).
    Vous vous rendez compte ? Il est mort en apostat cry!!! Et en plus il a chopé l'Alzheimer avant sa mort...
    Toutefois, il faut avouer qu'il a été parfaitement logique dans sa démarche intellectuelle : comme je l'ai dit et répété, comme vous l'avez sans doute déjà compris, si l'évolution est vraie, Dieu n'existe pas.

    1. Dahmer, J. L., interviewé par Phillips, S., Dateline NBC, 29/11/1994. Revenir au texte.
    2. Rayner, G., "Boy, 16, winked at fellow student before stabbing teacher Ann Maguire to death as she tried to flee", telegraph.co.uk, 03/11/2014. Revenir au texte.
    3. Charles Templeton, Farewell to God, p. vii. Revenir au texte.

    votre commentaire
  • Compromission ou prise au mot ?


    Depuis que les millions d'années et le darwinisme sont devenus à la mode, certains chrétiens ont essayé de rajouter des millions d'années au récit de la Genèse. Et où est-ce qu'ils tentent d'introduire ces millions d'années ? Surprise, surprise... Dans Gen. 1, bien sûr sarcastic, vu que c'est impossible à faire dans les chronogénéalogies de Gen. 5, 11.

    La 1ère de ces tentatives est ce qu'on appelle en anglais la day-age theory, qui consiste à stipuler que chacun des jours de Gen. 1 a duré des millions et des millions d'années (c'est d'ailleurs la thèse que développe Jules Verne par la bouche du naturaliste Pierre Arronax dans son fameux roman "20 000 lieues sous les mers").

    Un jour=un éon ?

    Le mot "yom", qui veut dire "jour" en hébreu (comme dans Yom Kippour), est employé 2301 fois dans l'Ancien Testament, et tout le monde est d'accord sur les différents sens que revêtent chaque occurrence, sauf dans Gen. 1, comme par hasard sarcastic.

    Examinons cette phrase : "Dans les beaux jours des 30 Glorieuses, il fallait 3 jours à mon grand-père pour faire le trajet Paris-Milan en 2 CV en voyageant seulement de jour."
    Que veulent dire les occurrences du mot "jour" à chaque fois ?

    - "Dans les beaux jours des 30 Glorieuses" : ici, le mot "jour" veut dire époque.
    - "Il fallait 3 jours" : ici, le mot jour veut dire "période de 24 h".
    - "En voyageant seulement de jour" : ici, le mot jour veut dire "laps de temps ensoleillé d'une journée"

    Comment savons-nous tout ça ? Grâce au contexte.

    Voyons donc le contexte du mot yom dans la Bible, en dehors de la Genèse :
    - Yom accompagné d'un nombre est utilisé 410 fois (au pluriel et au singulier), et signifie toujours un jour ordinaire de 24 h dans ces moments-là.
    - "Soir" et "matin" ensemble, sans "yom", sont utilisés 38 fois, et signifient toujours un jour ordinaire de 24 h dans ces moments-là.
    - "Soir" ou "matin", avec "yom", sont utilisés 23 fois chacun, et signifient toujours un jour ordinaire de 24 h dans ces moments-là.
    - "Nuit" avec "yom" est utilisé 52 fois, et signifie toujours un jour ordinaire de 24 h dans ces moments-là.

    Et maintenant, regardons ces versets-ci :
    Gen. 1:5 : "Il y eut un soir, et il y eut un matin. Ce fut le premier jour."
    Gen. 1:8 : "Il y eut un soir, et il y eut un matin. Ce fut le second jour."
    Gen. 1:13 : "Il y eut un soir, et il y eut un matin. Ce fut le troisième jour."
    Gen. 1:19 : "Il y eut un soir, et il y eut un matin. Ce fut le quatrième jour."
    Gen. 1:23 : "Il y eut un soir, et il y eut un matin. Ce fut le cinquième jour."
    Gen. 1:31 : "Il y eut un soir, et il y eut un matin. Ce fut le sixième jour."

    Il est donc évident que le mot "yom", dans Gen. 1, ne peut que signifier "jour", et c'est aussi ce que feu James Barr, qui était expert en hébreu et prof à Harvard, et qui ne croyait pas en la véracité de Gen. 1-11, en accord avec ses vues néo-orthodoxes, disait :
    "... il est probable, pour autant que je sache, qu'il n'y a aucun prof d'Hébreu ou d'Ancien Testament dans aucune université de niveau mondial qui ne croie pas que le ou les auteur(s) de Gen. 1-11 n'aient eu l'intention de véhiculer au lecteur les idées que :
    a) la création a eu lieu en une série de 6 jours qui étaient les mêmes que les jours que nous vivons actuellement,
    b) les chiffres contenus dans les généalogies de la Genèse donnent par simple addition une chronologie qui va du commencement du monde jusqu'à des étapes ultérieures de l'histoire de la Bible,
    c) le Déluge de Noé était censé être mondial et avoir éteint toute vie humaine ou animale à part ceux de l'arche.
    "1


    Il a parfaitement raison, et cela suffit à faire s'effondrer toute la rhétorique que les gens qui prétendent que "le récit de la Genèse n'est qu'un mythe/un poème" pourraient pondre. Le récit de la Genèse est clairement historique, quand Moïse l'a rédigé, il entendait clairement véhiculer des évènements qu'il estimait s'être vraiment produits.


    Pr. Marcus Dods

    Même le théologien libéral Marcus Dods, qui enseignait au New College d'Édimbourg au XIXsiècle, a dit quelque chose de semblable :
    "si le mot jour ne veut pas dire 24 heures dans ces chapitres, alors l'interprétation des Saintes Écritures n'a aucun avenir."2

    Quand je soulève la question du rapport entre récit de la Genèse et idée reçue des millions d'années, j'ai droit hyper souvent à une citation de 2 Pi. 3:8 : "Mais s’il y a une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas oublier, c'est qu’aux yeux du Seigneur un jour est comme 1000 ans" Oui, certainement, mais c'est quoi la suite ? "et 1000 ans sont comme un jour.".

    Ps. 90:4 : "Car mille ans sont, à tes yeux, Comme le jour d’hier, quand il n’est plus, Et comme une veille de la nuit."
    À cette époque, une veille durait 3 h. Faut-il croire que pour Dieu, 1 000 ans équivalent à la fois à un jour et à 3 h smile ?
    Quelqu'un voudra peut-être me répondre : "Tout est possible pour Dieu." Et moi, je répondrai : "Non, Dieu est omnipotent. Nuance." Je veux dire par là que ce qui est intrinsèquement impossible est impossible, point barre. L'omnipotence de Dieu veut simplement dire qu'il n'est lié par rien en dehors de Sa propre nature. Leur objection un peu comme le pseudo-problème philosophique à la noix de coco : "Si Dieu est omnipotent, peut-il créer un sandwich trop gros pour qu'Il le finisse ?" mad
    Mais revenons à nos moutons ^^. Si un jour fait vraiment 1 000 ans dans la parole de Dieu, ça voudrait dire que Jonas est resté 3 000 ans dans le bide du grand poiscaille, que les israélites se sont baguenaudés autour de Jéricho pendant 7 000 ans et que Jésus ressuscitera dans 1 000 ans happy.

    Il existe déjà des mots hébreux pour désigner des périodes de temps super longues ou indéfinies, comme olam ou qedem, mais ils n'apparaissent jamais dans Gen. 1. Si vraiment le yom de Gen. 1 implique des milliards d'années, pourquoi ne pas avoir plutôt employé une expression du genre "et après autant d'années qu'il y a de grains de poussière sur la terre" ou "de grains de sable au bord de la mer" ou "d'étoiles dans le ciel" dans la veine des promesses de Dieu à Abraham ? Babylone la Grande nous rabâche souvent qu'il faut prendre Gen. 1 dans ce sens-là, parce que le texte a été censément écrit pour des gens ignares et incultes, mais même des gens ignares et incultes comprennent le sens de ces expressions. Qu'est-ce que c'est que ce Dieu infichu d'être clair eek ?
    Non mais ça, vous voyez, c'est ce qu'on appelle le snobisme chronologique, vous savez cette prétention arrogante qui consiste à croire que tous les êtres humains dans le passé étaient bêtes comme leurs pieds (et ce malgré les pyramides, Stonehenge et autres exploits architecturaux incroyables qu'ils ont accomplis) et que nous autres du XXe et XXIsiècles sommes des génies, alors que l'avancement dont nous disposons n'est que l'héritage du génie de nos prédécesseurs. D'ailleurs, il est génétiquement prouvé que la race humaine n'évolue pas, elle se dégrade génétiquement à un taux à vous faire dresser les cheveux sur la tête, elle va pas tenir 200 ans comme ça, et c'est aussi une preuve indirecte que nous n'avons pas pu être là depuis 7 millions d'années avec un taux de plus de 50 nouvelles mutations par génération oh.
    Une mère qui, quand son enfant lui demande comment il est né, lui répond : "Papa a planté la petite graine et tu as grandi dans mon ventre", lui dit la vérité, mais simplifiée au niveau de l'enfant. Par contre, si elle lui répond : "Tu es né dans un chou" ou "dans une rose" ou "La cigogne t'a apporté", c'est un mensonge pur et simple, et c'est ce que Dieu commet en Gen. 1 si le monde est réellement âgé de milliards d'années.

    Qui plus est, c'est quand même pas compliqué de s'apercevoir que l'ordre des évènements de Gen. 1 est complètement différent de celui de l'uniformitarisme :

    Récit de nos origines en Gen. 1 Spéculations uniformitaristes
    La Terre est créée avant le Soleil et les étoiles Le Soleil et les étoiles sont créées avant la Terre
    La Terre est recouverte d'eau au départ La Terre est une boule de matière en fusion au départ
    La mer vient avant la terre La terre vient avant la mer
    Les 1ers êtres vivants apparaissent sur terre Les 1ers êtres vivants apparaissent au fin fond de l'océan
    Les plantes sont créées un jour avant le Soleil Les plantes sont créées des milliards d'années après le Soleil
    Les animaux terrestres sont créées après les oiseaux Les animaux terrestres sont créés avant les oiseaux
    Les baleines sont créées avant les animaux terrestres Les baleines sont créées après les animaux terrestres

    On ne s'étonnera donc pas trop s'il n'y a plus trop de monde qui y adhère.

    Le restitutionnisme ou théorie du hiatus, et autres théories


    Cette théorie a été élaborée à partir de la version King James et est particulièrement prisée par les chrétiens anglo-saxons. Elle est aussi soutenue par Shora Kuetu.



    Au XVIIe siècle, le célèbre révérend écossais Thomas Chalmers a remarqué qu'il semble y avoir un hiatus entre Gen. 1:1 et 1:2 : "In the beginning God created the heaven and the earth. Andthe earth was without form, and void; and darkness was upon the face of the deep. And the Spirit of God moved upon the face of the waters."(L'emphase est de moi.)
    En d'autres termes, on ne sait pas combien de temps s'est écoulé entre 1:1 et 1:2.
    Chalmers a donc spéculé qu'avant Adam et Ève, il y avait un autre monde, gouverné par Lucifer, mais lorsque celui-ci se rebella, Dieu détruisit ce monde par un déluge. C'est donc ce monde informe et vide que Dieu recrée (ou restitue) en Gen. 1:2-31, il y a 6 000 ans de cela.

    Le souci pour Chalmers (et Kuetu), c'est que les Hébreux n'étaient pas anglais winktongue. Il existe des constructions grammaticales en hébreu ancien qu'on ne retrouve pas en anglais (ni en français d'ailleurs), et parmi elles le waw conjonctif. Si, par exemple, je dis "je poste un article sur mon blog" et "je parle du restitutionnisme dans mon article, ces 2 évènements se passent au même moment, juste que la 2phrase contient des détails plus précis. Et bien, c'est de la même manière qu'un hébreu de l'époque de Moïse aurait lu Gen. 1:1-2

    La meilleure traduction francophone de ces versets est encore la version Ostervald : "Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. Or la terre était informe et vide, et les ténèbres étaient à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu se mouvait sur les eaux" (L'emphase est encore de moi).


    Alors, Shora Kuetu soutient mordicus que l'hébreu "hayetah", qui est traduit par "était" en Gen. 1:2, signifie "devenir", au point de traduire sa Bible de Jésus Christ dans ce sens, alors que même Scofield, l'auteur de la Bible d'études qui porte son nom, se contente d'écrire dans une annotation que ça peut aussi vouloir dire "devient". Déjà, il faut savoir que c'est rare.
    L'exemple typique est Gen. 29:17 : "Léa avait les yeux fragiles, tandis que Rachel était belle à tout point de vue." (Vous l'aurez deviné, l'emphase est de moi smile.) Il n'y a là aucune différence de construction grammaticale qui justifierait qu'on traduise hayetah par "devint" dans l'un et pas dans l'autre.

    Scofield pensait qu'il fallait traduire par "devint" car, pour lui, tohu wa bohu signifiait "chaotique", mais ça signifie simplement "informe et inhabité".
    Alors, quelqu'un va peut-être me balancer à la face Es. 45:18 : "En effet, voici ce que dit l'Eternel, le créateur du ciel, le seul Dieu, qui a façonné la terre, l’a faite et l'affermit, qui l'a créée pour qu'elle ne soit pas déserte, qui l'a formée pour qu'elle soit habitée: C’est moi qui suis l'Eternel et il n'y en a pas d'autre." (Oui, oui, l'emphase est de moi). En gros, l'argument, c'est : "Dieu ne va pas créer quelque chose d'imparfait !" Mais c'est un argument foireux digne d'un imam : on remarque clairement un développement dans le modus operandi de Dieu en Gen. 1, il agit comme un potier qui prend une motte de glaise informe pour la modeler en un magnifique vase.

    Aussi, si, par le plus grand des hasards, Shora Kuetu me lit, loin de moi l'idée de tirer sur lui à boulets rouges, je l'engage charitablement et fraternellement à réviser sa vision du monde pour qu'elle soit en accord plein et complet avec la parole de Dieu, et, partant, sa traduction de Gen. 1:2 dans sa "Bible de Jésus-Christ".

    D'autant plus que cette théorie se tire une balle dans le pied au niveau logique : elle prétend expliquer les strates sédimentaires et les fossiles qu'elles contiennent comme étant le résultat du déluge luciférien ; dans ce cas, la force incommensurable du Déluge noachique, dont la Bible dit très clairement qu'il a recouvert les plus hautes montagnes, aurait dû les pulvériser wink2.


    Hugh Norman Ross

    Il y a encore le créationnisme progressif, dont le principal promoteur est l'astrophysicien Hugh Ross. En gros, d'après cette théorie, Dieu a laissé s'écouler des millions d'années entre chacun de Ses actes créateurs de Gen. 1. À ce moment, on se demande comment les plantes ont fait pour survivre des millions d'années avant que le Soleil soit créé sarcastic...

    Il y a aussi, bien entendu, l'évolutionnisme théiste, et j'en ai parlé de manière assez extensive comme ça pour que nous n'ayons plus à y revenir.


    Meredith G. Kline

    Pour compléter notre analyse, il convient de mentionner Meredith G. Kline et sa "framework hypothesis" : c'est affreusement compliqué, mais en gros, il admet que les jours de la Genèse faisaient bien 24 h, mais il n'accepte pas que ce soit littéral par rapport à l'histoire du monde. Son but réel dans l'élaboration de cette théorie transparaît quand on lit ceci :
    "Réfuter l'interprétation littérale de la semaine de la création dans la Genèse promue par les théoriciens d'une terre jeune est un des motifs majeurs de cet article. Dans le même temps, les indices exégétiques adjoints réfutent aussi l'interprétation jour-éon harmonistique. La conclusion est qu'en ce qui concerne le cadre temporel, au niveau et de la durée et de la séquence des évènements, le scientifique est libéré des contraintes bibliques quand il spécule sur les origines du cosmos."3
    Comprenne qui le peut  erf... Heureusement qu'il existe des savants pour comprendre et réfuter ce genre de galimatias à notre place yes4, 5, 6.

    Le grave problème

    Mieux vaut un petit dessin qu'un grand discours :



    "Oh, Adam, mon chéri, quel monde magnifique, toute cette verdure, tous ces mignons animaux, toutes ces fleurs chatoyantes, tous ces squelettes d'animaux morts dans des circonstances atroces,... Euh, attends, qu'est-ce que je viens de dire là ?"
    "Rassure-toi, Ève, ma bien-aimée, Dieu est formel, ce monde est très bon... Euh, enfin, je crois..."

    Non, mes chers grands ancêtres, tous ces fossiles sous vos pieds signifient logiquement que, finalement, la mort est partie intégrante du monde que Dieu a déclaré comme étant très bon, et à ce moment, Jésus Christ est mort pour rien, puisque la mort existe en Paradis !

    Et nos grands frères dans la foi ?


    Basile le Grand de Césarée

    Basile le Grand a démontré, dans une série de sermons nommée Hexaëmeron, que la création dans Gen. 1 se déroule en 6 jours : les plantes, les poissons, etc. sont apparus en un clin d'œil, les animaux ne s'entredévoraient pas à l'origine, le Soleil a été créé après la Terre, etc. Il s'est aussi opposé à l'idée évolutionniste comme quoi nous venons des animaux.

    Ici, je me permets d'ouvrir une petite parenthèse : n'allons surtout pas nous imaginer que les Juifs étaient les seuls à savoir qu'il existe un Dieu créateur. N'oublions pas que la plupart des mythologies du monde sont des corruptions de la foi en le vrai Dieu noyée sous une bonne dose de paganisme babélien.
    En fait, depuis que le monde est ce qu'il est, il y a toujours eu 2 catégories de gens : ceux qui croient que nous avons été créés par un Créateur omniscient et omnipotent, et ceux qui croient que nous sommes le fruit du hasard et que nous descendons des animaux.
    Les Grecs, les Égyptiens et les Chinois de l'Antiquité avaient en fait une très grande connaissance du Dieu Créateur pour des peuples qui n'avaient pas reçu la révélation spéciale de la parole de Dieu. Ça, évidemment, ça apparaîtra dans les manuels d'histoire quand les poules auront des dents de requin clown...


    Anaximandre de Milet                                                       Lao Tseu

    D'un autre côté, il s'en trouvait toujours pour nier, attaquer et tenter d'évincer cette croyance. Ah, nature pécheresse, quand tu nous tiens bad... Ainsi, figurez-vous qu'Anaximandre, disciple de Thalès (vous savez, celui dont le théorème nous emm... au collège smile), avait formulé une théorie de l'évolution très semblable à celle de Darwin. En fait, elle était si bien formulée qu'il avait sans doute synthétisé les spéculations de ses prédécesseurs.


    Eugene Dennis Rose

    Le prêtre orthodoxe feu Seraphim Rose a étudié les vues des Pères de l'Église sur les 6 jours de la Création et est arrivé à la conclusion qu'ils ne voyaient pas du tout ceux-ci comme des périodes de temps très longues. Ils pensaient simplement qu'ils indiquaient (mais ne symbolisaient pas) chacun un millénaire, soit 6 000 ans d'histoire après lesquels viendraient le Millenium.


    Origène                                          Augustin d'Hippone

    Certains citent Origène et Augustin pour justifier leur assertion comme quoi on n'est pas obligé de prendre le récit de la Création à la lettre, toutefois :

    • ces 2-là étaient des élèves de l'école d'Alexandrie, et donc, ayant baigné dans son ésotérisme et avaient tendance à voir des allégories partout. Leur interprétation n'est pas tirée des Saintes Écritures mais elle est extérieure à la Bible, elle vient de l'idée qu'ils avaient que le Créateur n'allait quand même pas Se rabaisser à Se laisser limiter par un laps de temps (alors que rien ne l'en empêche non plus wink2)
       
    • Ils ne croyaient pas que les jours de la Création étaient le symbole de milliards d'années, ils croyaient que la Création s'était faite en un clin d'œil. De plus, ils soutenaient bel et bien la véracité d'un monde de quelques milliers d'années et la réalité historique du Déluge du temps de Noé.

    Citations choisies de réformateurs


    Martin Luther                                                     Jean Calvin

    Cette idée comme quoi Dieu aurait tout créé en un clin d'œil était populaire au temps des réformateurs Martin Luther et Jean Calvin. Il est très intéressant de voir que les 2 grands réformateurs en avaient des choses à dire au sujet de la littéralité de Gen. 1 :
     

    • Si Moïse a écrit que Dieu a créé les cieux et la terre et tout ce qui s'y trouve, ne lui fais pas dire autre chose et ne t'aventures pas à interpréter le sens du récit en disant que les 6 jours n'en font qu'un. Si tu ne comprends pas comment cette œuvre a pu s'accomplir en 6 jours, laisse au Saint Esprit l'honneur d'être plus érudit que toi. Il t'est en effet demandé de ne pas oublier que tout ce que tu lis dans les Saintes Écritures a été écrit par Dieu Lui-même. Et parce que c'est Dieu qui parle, ce n'est pas ton rôle de Lui faire dire ce que tu aimerais personnellement qu'Il dise."7
      J'aurais difficilement pu mieux l'exprimer yes!

       
    • Ils ne pourront pas réprimer des ricanements quand ils seront informés qu'à peine plus de 5 000 ans se sont écoulés depuis la création de l'Univers.8
    • Même si l'âge de ce monde, qui chemine vers sa toute fin, n'a pas encore atteint 6 000 ans, [...] l'œuvre de Dieu ne s'est pas faite en un clin d'œil, mais en 6 jours.9
    • L'erreur de ceux qui soutiennent que le monde a été créé en un instant est évidente ici. Car c'est une querelle bien trop violente de soutenir que Moïse a distribué sur 6 jours l'œuvre que Dieu aurait accompli en un clin d'œil dans un but didactique. Concluons plutôt que c'est Dieu Lui-même qui a pris 6 jours, dans le but d'accommoder ses œuvres aux les capacités des hommes.10
    • J'ai dit plus haut que 6 jours ont été employés dans la formation du monde ; non pas que Dieu,  pour qui un moment est comme un millier d'années, ait besoin de cette succession de moments, mais pour nous engager à la contemplation de ses œuvres.11
    • Ainsi, le Seigneur, de par l'ordre même de la Création, rend témoignage qu'Il tient la lumière dans Sa main, qu'il peut dispenser sans avoir besoin du Soleil ni de la Lune. Qui plus est, il est certain, de par le contexte, que la lumière a été créée pour être alternée avec les ténèbres [...] Il n'y a, toutefois, pas de doute que l'ordre de leur succession était alterné.12
    • Dieu avait créé la lumière, mais maintenant, il institue un nouvel ordre dans la nature, à savoir que le Soleil serait le dispensateur de la lumière diurne, et que la lune et les étoiles brilleraient la nuit. Et Il les assigne à cet office, pour nous apprendre que toutes les créatures obéissent à Sa volonté, et exécutent ce qu'Il leur enjoint. Car Moïse ne relate rien d'autre que le fait que Dieu a mis en ordre certains instruments pour diffuser sur toute la terre, par changements réciproques, la lumière qui a été créée précédemment. La seule différence est en ceci, que la lumière était dispensée auparavant, mais procède maintenant de corps lumineux ; qui, en accomplissant cet objectif, obéissent aux commandements de Dieu.13
    • À chaque jour, une simple approbation a été donnée. Mais après que l'œuvre artisanale du monde ait été complétée dans toutes ses parties, et ait reçu, si je puis dire, la touche finale, il la déclare être parfaitement bonne ; que nous sachions qu'il y a dans la symétrie des œuvres de Dieu la plus grande perfection, à laquelle rien ne peut être ajouté. 14
    • Ainsi, nous pouvons savoir, que quelles que soient les choses imparfaites qui aient pu être produites, ce ne sont pas des fruits naturels de la terre, mais sont des corruptions qui viennent du péché.
    • Et de ce fait, certains prennent ce qui a été dit précédemment, "Tu mourras", au sens spirituel, croyant que, même si Adam n'avait pas péché, son corps aurait été séparé de son âme. Mais puisque la déclaration de Paul, "tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ", est claire, cette meurtrissure a été infligée par le péché. En vérité, le premier humain serait passé à une vie meilleure, s'il était resté juste ; mais il n'y aurait pas eu de séparation de l'âme avec le corps, pas de corruption, pas de destruction d'aucune sorte, et, en bref, pas de changement violent.15
    • [... Moïse] fait la distinction entre nos premiers parents et le reste de l'humanité, parce que Dieu les a amenés à la vie par une méthode singulière, tandis que les autres ont émergé d'une population précédente, et sont nés de parents.16
    • - "Le déluge fut quarante jours" etc. Moïse insiste copieusement sur ce fait ; dans le but de prouver que le monde entier fut immergé sous les flots.17

     

    Conclusion

    Quand on lit la Genèse d'un cœur simple, sans laisser aucune idée extra-biblique nous influencer, il n'y a pas 36 000 interprétations possible : les jours de Gen. 1 étaient bien des jours ordinaires.

    Disons-nous bien que la parole de Dieu est tout sauf anodine.
    1 Te. 2:13 : "C'est pourquoi nous disons sans cesse à Dieu toute notre reconnaissance de ce que, en recevant la parole de Dieu que nous vous avons fait entendre, vous l'avez accueillie non comme la parole des hommes, mais comme ce qu'elle est vraiment: la parole de Dieu agissant en vous qui croyez."
    Vous savez, la Bible est incomparablement plus qu'une belle pièce de littérature cool
    Pr. 30:5-6 : "Toute parole de Dieu est pure. Il est un bouclier pour ceux qui cherchent refuge en lui. N'ajoute rien à ses paroles! Il te reprendrait et tu apparaîtrais comme un menteur."

     
    Le peuple de Dieu se doit de "faire preuve de respect envers Sa parole" (Es. 66:5) et de garder à l'esprit que "Toute l'Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre." (2 Ti. 3:16)

    Chaque mot, chaque lettre, chaque jambage des manuscrits originaux est là parce que Dieu le Saint Esprit Lui-même l'a voulu (Mt. 5:18), alors écoutons-Le avec respect quand Il nous parle à travers Sa parole, qui sommes-nous pour Lui dicter ce qu'Il a voulu dire ?
    Nous ne nous ferons pas contaminer par le virus du compromis qui vient du système si nous lui barrons la route aux portes du christianisme, à savoir la Genèse.

    Pour finir, j'aimerais vous offrir cette citation du théologien écossais James Denney :
    "La séparation du religieux et du scientifique signifie au final la séparation du religieux et de la vérité ; et cela signifie la mort de la religion parmi les hommes justes."

     

    1. Barr, J., lettre à Watson, D. C. C. du 23/04/1984. Revenir au texte.
    2. Dods, M., Expositor's Bible, p. 4. Revenir au texte.
    3. Meredith G. Kline, "Space and time in the Genesis cosmogeny", Perspectives on Science & Christian Faith, 48(1). Revenir au texte.
    4. Kruger, M. J., "An understanding of Genesis 2:5", CEN Technical Journal 11(1), p. 106-110. Revenir au texte.
    5. Pipa, J. A., "From chaos to cosmos: a critique of the Framework Hypothesis". Prononcé au Far-Western Regional Annual Meeting of the Evangelical Theological Society, USA, 26/04/1996. Revenir au texte.
    6. Résumé par Systematical Theology, de Grudem, W., p. 305, la "framework hypothesis", avec ses problèmes et ses contradictions. Revenir au texte.
    7. Luther, M., in What Martin Luther says, a practical in-home anthology for the active christian, Plass, E. M., p. 1523. Revenir au texte.
    8. Calvin, J., in Institutes of the Christian Religion 2:925, ed. McNeill, J. T., Westminster Press, Philadelphia, PA, USA, 1960. Revenir au texte.
    9. Calvin, J., in Institution of the christian religion, I, p. 160-161. Revenir au texte.
    10. Calvin, J., "Genesis", 1554 ; Banner of Truth, Edinburgh, Royaume-Uni, 1984, p. 78. Revenir au texte.
    11. Ibid, p. 105. Revenir au texte.
    12. Ibid., pp. 76–77. Revenir au texte.
    13. Ibid., p. 83. Revenir au texte.
    14. Ibid., p. 100. Revenir au texte.
    15. Ibid., p. 180. Revenir au texte.
    16. Ibid., p. 227. Revenir au texte.
    17. Ibid., p. 272. Revenir au texte.

    votre commentaire
  • Conclusion et exhortation


    Quand une discussion s'engage sur l'âge du monde, l'incroyant monte régulièrement en épingle la présence des innombrables fossiles renfermés dans les couches de roches sédimentaires sous la terre qui, selon eux, prouvent que la Terre a des milliards d'années. Mais il faut garder à l'esprit que c'est la spéculation des incroyants. Leur raisonnement est circulaire, ils partent du principe qu'ils ont raison pour prouver qu'ils ont raison, c'est un peu comme un certain pseudo-problème philosophique à la noix de coco : "Qui est venu en 1er ? La poule ou l'œuf ?" alors que la parole de Dieu nous apprend que c'est la poule smile.

    Il est tout à fait possible de tirer une autre conclusion : c'est le Déluge qui est la cause de ces strates fossilifères : lorsqu'il a englouti la terre sous des milliards de tonnes d'eau, il a tué tous les animaux qui respirent par des narines à part ceux de l'arche de Noé, les ensevelissant sous la boue qui, sous la pression de l'eau, est devenue le registre fossile géologique que nous voyons actuellement.

    C'est qu'il y en a, des problèmes, avec la paléontologie évolutionniste, même si on les cache aux lycéens wink2. Un exemple : d'après la théorie de l'évolution, l'ordre des fossiles sous la terre est le même que celui de l'apparition des espèces, et les plantes à fleurs sont censées être apparues il y a 200 millions d'années, au début du jurassique, et les plus anciennes plantes à fleurs auraient été retrouvées en Chine. Et pourtant, il y a un endroit en Amérique du Sud (le mont Roraima1) où on trouve des montagnes avec ces couches de grés recouvertes de roches ignées datées à 1,8 milliards d'années. Dans ce cas, le grès en dessous est encore plus vieux si on suit la logique évolutionniste, non yes ? Et pourtant, devinez ce qu'on y a retrouvé ? Du pollen oh !!!
    Vous mordez l'absurdité ? Si les plantes à fleurs ne sont apparues qu'il y a 200 millions d'années, qu'est-ce que du pollen fabrique dans une roche censément vieille de plus d'1,8 milliards d'années oh ??? Au final, il est beaucoup plus logique que ce sont les eaux du Déluge qui l'y ont déposé yes.
    Et dites-vous bien que je n'invente rien, c'est le plus prestigieux des journaux scientifiques, "Nature", qui l'a publié. Et, pour autant que je sache, aucun savant n'est revenu faire de recherches sur cet endroit, après tout ce serait dommage de gâcher une aussi belle théorie pour un peu de pollen clown.
    Et il y a encore plein de faits comme ça qui sont bien plus en accord avec le récit de la Genèse que les spéculations évolutionnistes, mais je ne peux pas les énumérer ici faute de place.

    De la même manière, certains courent partout en clamant : "La science a prouvé que le déluge de Noé est local, il n'a pas recouvert le globe mad !"

    Bon, OK, alors primo, faisons quand même gaffe avec toutes ces histoires de "prouvé scientifiquement" gna gna gna : il y a encore quelques siècles, tout le monde pensait que les souris pouvaient surgir du néant dans un champ de blé ou que les asticots pouvaient surgir spontanément de la viande avariée (génération spontanée, théorie que Pasteur a démoli par une simple expérience), il y a encore 2 siècles, on croyait que le paludisme était dû au mauvais air des marais plutôt qu'à un moustique (d'où son autre nom, malaria) et d'ailleurs ça se reflète dans "5 semaines en ballon" de Jules Verne et "L'île au trésor" de Robert Stevenson, et aujourd'hui, nombreux sont ceux qui croient encore à l'imposture de la loi de la biogenèse de Haeckel.


    Voilà a quoi ressemble un scientifique sérieux et sincère
    (ça se fait de plus en plus rare) qui cherche la vérité

    Sur l'image du dessus, on peut voir que le chien est rarement sur la ligne droite qui le mène au faisan. Il en est de même avec l'homme de science : il est rarement en phase avec la vérité dans sa recherche, mais il s'écarte souvent à gauche à droite, tant qu'il n'a pas atteint son but. Mais tant que son but est de trouver la vérité, évidemment, ça ne pose pas trop de problème yes.

    Mais le problème est là, justement : ça fait bien trois décennies maintenant que la science est devenue une affaire de gros sous. Là encore, je ne brode pas, le journal "Washington Post", se basant sur une étude du journal "Nature", a publié ceci :

    • plus de 5% des scientifiques ayant rempli un questionnaire anonyme ont révélé avoir omis de présenter une partie des résultats parce qu'ils contredisaient leur recherche précédente,
    • plus de 15% d'entre eux ont admis avoir changé l'orientation ou les résultats d'une étude pour satisfaire un commanditaire.
       

    La malhonnêteté intellectuelle est un souci qui couve de longue date en science, et beaucoup suspectent que Gregor Mendel, le moine autrichien dont les expériences de multiplication des plantes ont indiqué avec une précision suspecte les lois fondamentales de la génétique, a bidouillé ses résultats frown...

    Que ce soit bien clair entre nous, je ne cherche pas à tirer à boulets rouges sur les scientifiques, je cherche simplement à les enlever du piédestal sur lequel le commun des mortels les a établis. Nous vivons à une époque où l'intelligence est vénérée par dessus tout, mais selon ce critère, Satan devrait être tout particulièrement vénéré bad. Les scientifiques ne sont ni des anges, ni des voyants extralucides, ni des surhommes, ils sont et restent des humains faillibles et pécheurs yes. En plus ils ont une marmite à faire bouillir, surtout par les temps qui courent.
    La Bible, elle, par contre, est la parole d'un Dieu infaillible, il est donc logique de lui donner une autorité supérieure à la parole d'hommes faillibles yes.

    Secundo, si le Déluge s'est vraiment cantonné à la Mésopotamie, on a de sacrés problèmes.
    D'ordre logique d'abord : il est vrai que le mot erets, traduit par "terre" en Gen. 7-8, ne signifie pas nécessairement "la planète entière", toutefois, si le Déluge était local alors qu'il a submergé les plus hautes montagnes, voilà à quoi il devait ressembler winktongue :



    Si le Déluge était vraiment local :

    • pourquoi a-t-il fallu que Noé construise une arche de la taille du Titanic ?
    • Pourquoi n'a-t-il pas fui ailleurs alors qu'il avait 100 ans pour le faire ?
    • Pourquoi les animaux n'ont-ils pas migré ?
    • Pourquoi les oiseaux ne se sont-ils pas envolé vers d'autres cieux, alors que, par exemple, la sterne arctique peut faire 70 000 km par an ?


    D'ordre théologique ensuite : Dieu a dit clairement qu'il n'enverrait plus un Déluge pareil (Gen. 8:21), alors si le Déluge était local, Il a brisé sa promesse bien des fois, car il y a eu pas mal d'inondations catastrophiques qui ont emporté des millions de vies humaines et animales depuis. Ça se produit régulièrement au Bangladesh.

    Si, par le plus grand des hasards, vous vous entêtez à soutenir mordicus que le Déluge était local après ça :

    • le mot erets est employé 46 fois dans Gen. 1, 6-9. Le parallèle entre la Création et le Déluge est évident (surtout en Gen. 6:6-7) : Dieu défait l'œuvre de Création qu'il a faite pour qu'elle redevienne ce qu'elle était au 2e jour. Ça se voit aussi en Gen. 6:13, où nous voyons que ce ne sont pas seulement les êtres vivants qui tombent sous le coup du jugement de Dieu, mais la terre.
    • L'expression "sur toute la surface de la terre" qui se trouve en Gen. 7:3, 8:9 se trouve aussi en 1:26, 29, où Dieu donne à Adam et Ève respectivement la royauté sur la Terre entière et les végétaux de la Terre entière (et pas seulement ceux de Mésopotamie). On la trouve aussi en Gen. 11:4, où les hommes expriment leur désir de désobéir au commandement que Dieu leur a donné de remplir la Terre, et au v. 9, où Dieu disperse les hommes apostats sur la Terre entière (d'où l'origine des différentes races). On ne retrouve cette expression nulle part ailleurs (rien à voir avec Bonaldi clown) dans la Genèse.
    • L'expression hébraïque traduite par "toute la surface du sol" en Gen. 2:6 apparaît 5 fois dans le récit du Déluge. En Gen. 2:6, elle connote que la Création divine est répandue sur toute la Terre, alors pourquoi n'en irait-il pas de même avec le Déluge smile ?
    • L'expression "toute chair" (kol basar) est employée 12 fois dans le récit du Déluge, et on ne l'y retrouve nulle part ailleurs dans la Genèse (et pas sur Canal + Horizon clown !). Dans le récit du Déluge, elle désigne tout être humain et tout animal qui avait "souffle de vie dans ses narines" qui se trouvait en dehors de l'arche. Ça englobe bien plus que ceux qui vivaient dans une vallée de Mésopotamie !
    • L'hébreu kol chai employé en Gen. 6:19, 8:1, 17 est aussi employé en Gen. 1:28, là où Dieu donne la domination à l'homme sur tous les êtres vivants et toute la Terre.
    • L'expression "sous tout le ciel" en Gen. 7:19 est aussi employée en De. 2:25, 4:19, Job 28:24, 37:3, 41:3 et Dan. 7:27, 9:12 et elle connote à chaque fois l'universalité.
    • Gen. 7:11 et Pr. 8:28 nous parlent des "sources du grand abîme", où l'abîme (tehom) correspond au grand océan qui recouvrait la planète au début de la Création. Notez que ce sont toutes les sources du grand abîme qui ont jailli.
    • Le mot hébreu qui désigne spécifiquement le Déluge est Mabbul (ça n'a rien de maboul clown !). Il apparaît 13 fois dans la Bible, dont une seule occurrence hors de la Genèse, en Ps. 29:10, qui révèle la souveraineté de Dieu lors du Déluge. Dans le Nouveau Testament, c'est cataclysmos.
    • Les commandements de Dieu en Gen. 1 et 9 sont pratiquement identiques. On lit et en Gen. 1:28 et en Gen. 9:1 : "Reproduisez-vous, devenez nombreux et remplissez la terre". Après le Déluge, Dieu donne de nouveau la domination de la Création qu'Il avait engloutie sous les flots à l'humanité (Gen. 9:2) et Il définit de nouveau ce que les humains peuvent manger (Gen. 9:4-5, cf. 1:29-30). Il est donc évident que si Dieu a donné la domination aux humains sur la Terre entière lors de la Création, c'est aussi le cas après le Déluge, qui est en quelque sorte une "Recréation" : Dieu ne donne pas la domination à l'humanité sur une vallée de Mésopotamie mais sur le monde entier.
       

    Et maintenant, donnons la parole au Nouveau Testament :

    • " Ils ne se sont doutés de rien jusqu'à ce que le déluge vienne et les emporte tous. Il en ira de même au retour du Fils de l'homme." (Jésus Christ, en Mt. 24:39)
    • "Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé est entré dans l'arche, puis le déluge est venu et les a tous fait mourir." (Jésus Christ, en Lc. 17:27) 
    • "C'est par la foi que Noé, averti des événements que l'on ne voyait pas encore et rempli d'une crainte respectueuse, a construit une arche pour sauver sa famille. C'est par elle qu'il a condamné le monde et est devenu héritier de la justice qui s'obtient par la foi." (Heb. 11:7)
    • "Il n'a pas épargné non plus l'ancien monde, bien qu’il ait sauvé huit personnes dont Noé, ce prédicateur de la justice, lorsqu'il a fait venir le déluge sur un monde impie." (2 Pi. 2:5) 
    • "et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau"
      (Toutes les italiques sont de moi)

       

    Brèfle, ce que Jésus disait à Nicodème s'adresse aussi à nous : "Si vous ne croyez pas quand je vous parle des réalités terrestres, comment croirez-vous si je vous parle des réalités célestes?" (Jn. 3:12)
    Ça donne à réfléchir, non ? Quoi de plus terrestres qu'un Déluge planétaire, que les origines du monde et de la vie, et tous ces trucs d'anthropologie et de société que j'ai débités pendant ces 9 épisodes ? Si nous ne croyons pas ce que la parole de Dieu dit à propos de ces choses, comment pouvons-nous croire à ce qu'elle dit sur la vie éternelle ? Ces 2 aspects sont liés.

    Martin Luther, d'ailleurs, en disait :
    "J'ai souvent dit que celui qui désire étudier les Saintes Écritures doit s'assurer de rester l'ami des mots simples et ne pas s'en éloigner à moins qu'un article de foi ne l'y oblige à les prendre autrement. Nous pouvons être surs d'une chose, il n'y a jamais eu au monde de paroles plus claires que celles de Dieu."2

    Notre but ultime en ce monde, à nous les chrétiens, est de prêcher la Bonne Nouvelle du Salut. Le problème, c'est qu'en cette période d'apostasie galopante, on nous répond souvent avec des questions tout ce qu'il y a de plus terrestres, voire terre à terre. Et la lumière prodiguée par la croix de notre Sauveur s'en trouve cachée :



    Quelle est la solution ? Elle réside dans 1 Pi. 3:15 : "mais respectez dans votre cœur la sainteté de Dieu le Seigneur. Soyez toujours prêts à défendre l'espérance qui est en vous, devant tous ceux qui vous en demandent raison", et dans 2 Cor. 10:5 : "Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ" : il s'agit de donner les réponses qui conviennent aux questions, car il existe des réponses, et elles sont rarement compliquées. Et la lumière de la croix de notre Seigneur sera de nouveau visible :



    Ne vous laissez pas avoir par le baratin à la graisse d'oie de Coromandel que sortent souvent les incroyants et les chrétiens du dimanche comme quoi la foi c'est personnel et qu'il faut la garder pour soi, ou qu'il ne faut pas mélanger religion et choses matérielles, ce n'est pas ce qu'a enseigné Jésus (ni Mahomet, ni Bouddha, ni Confucius, ni Zoroastre,... d'ailleurs), mais c'est une idée qui a émergé récemment et qui est essentiellement un sous-produit du post-modernisme qui pourrit la société moderne. C'est parce que les différentes dénominations chrétiennes n'ont pas été fichues de s'opposer à ce courant de pensée (ou peut-être devrais-je dire cette quenelle) et qu'elles ont laissé aux hommes de science cette responsabilité qu'elles avaient de répondre aux grandes questions de la vie (Qui sommes-nous ? D'où venons-nous ? Où allons-nous ? et la science n'a pas été faite pour y répondre) que la société est dans cet état aujourd'hui. Un dessin vaut 1 000 mots, alors regardez bien ces images :



    Ps. 11:3 : "Quand les fondements sont renversés, que peut faire le juste?"



    Es. 58:12 : "Grâce à toi, on reconstruira sur d’anciennes ruines, tu relèveras des fondations vieilles de plusieurs générations. On t'appellera réparateur de brèches, restaurateur de sentiers fréquentés."


    Alors, vous allez peut-être me dire que la fin approche à grands pas et que de toute façon on va se faire enlever, mais il est tout à fait normal de souhaiter qu'un maximum de personnes se joignent à nous quand la Seigneur de gloire reviendra. Or, quand nous annonçons la bonne nouvelle dans cette société sécularisée jusqu'à la moelle, en cette ère post-chrétienne nous ne sommes pas du tout dans la même situation que Pierre dans Ac. 2, où il s'adressait à un public qui connaissait les fondements essentiels de la Torah, ainsi que le récit de la Création, mais nous sommes plutôt comme Paul en Ac. 17:22-32, qui s'adressait à un public de païens qui n'y connaissait rien. Et on remarque qu'il a posé les fondements, c-à-d qu'il a explicité la création du monde avant de prêcher la Bonne Nouvelle proprement dite.

    Il va de soi que la théorie de l'évolution est une couleuvre qui vient du diable lui-même, et cette quenelle date de Gen. 3:1
     : "Dieu a-t-il vraiment dit...?" J'espère sincèrement que vous y songerez, et je vous exhorte à le faire. N'hésitez surtout pas à répandre ces infos autour de vous, elles ont le pouvoir de démolir les citadelles de Satan, de raffermir les chrétiens dans leur foi, voire de raser les barrières intellectuelles que certaines personnes ont dressé pour éviter de se convertir à Christ, ça s'est déjà vu à maintes reprises.


    Cette série s'achève ici. Merci infiniment de m'avoir suivi jusqu'au bout. Soyez bénis kiss.

    1. Stainforth, R.M. "Occurrence of pollen and spores in the Roraima Formation of Venezuela and British Guiana", Nature 210(5033):292–294, 16/04/1966. Revenir au texte.
    2. Luther, M., in "What Martin Luther says, a practical in-home anthology for the active christian", Plass, E. M., p. 93. Revenir au texte.

    votre commentaire
  • La Création serait une croyance, mais l'évolution, une science ?

    Vous avez peut être déjà entendu quelque chose de ce genre, et en fait, on peut dire que c'est vrai... à moitié. La 1ère moitié est vraie, à savoir que la Création est une croyance, une foi. En tant que chrétiens, nous acceptons allègrement, voire affirmons, que la Création est une question de foi yes, et ne pouvons d'ailleurs guère faire autrement : nous n'étions pas là quand Dieu a créé la Terre (Job. 38:4), et nous sommes bien obligés de prendre Dieu au mot (ou peut-être devrais-je dire à la Parole) quand Il nous dit qu'Il a créé le monde.

    La Bible elle-même déclare que la Création est une question de foi. "La foi, c'est la ferme assurance des choses qu'on espère, la démonstration de celles qu'on ne voit pas" (Heb. 11:1). Or, quelle est la chose en tête de la liste de ce qu'on doit accepter par la foi (v. 3) ? "Par la foi, nous comprenons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, de sorte que le monde visible n’a pas été fait à partir des choses visibles." Vous voyez ? En tant que chrétiens, nous acceptons que nous croyons en la Création - c'est une profession de foi. Oui, il y a une pléthore de faits scientifiques qui vont dans ce sens, c'est d'ailleurs le sujet de ce blog entier, mais au final, notre foi repose sur la parole de Dieu.

    Mais la 2e partie de la phrase n'est pas vraie no. La théorie de l'évolution est aussi une croyance, une foi, voire carrément une religion, si on tient compte du fait qui conduit l'article Wikipedia sur la religion à dire : "La religion peut être comprise comme une manière de vivre et une recherche de réponses aux questions les plus profondes de l’humanité, en ce sens elle se rapporte à la philosophie.".

    Si vous avez étudié la théorie en terminale, ou que vous avez lu une publication de vulgarisation de l'évolution, vous serez sans doute tombé sur des phrases du genre : "Il se trouve que telle chose est arrivée..." Ce n'est pas de la science, ça, c'est de l'affabulation. Des contes qui n'ont presque jamais de fondement scientifique. Et ils se permettent de critiquer le christianisme comme quoi il reposerait sur des éléments mythiques...

    Pr Stephen Jay Gould
    Pr. Stephen Jay Gould

    Êtes-vous au courant qu'un certain nombre d'experts en paléontologie, au fil des ans, ont reconnu que les fossiles ne fournissent pas la meilleure preuve de l'évolution, bien que ce soient des évolutionnistes engagés ? Une sommité comme feu Stephen Jay Gould a écrit :
    "L'extrême rareté des formes transitionnelles dans le registre fossile persiste comme étant le secret typique de la paléontologie. Les arborescences évolutives qui ornent nos manuels ont des données uniquement sur les bouts et les intersections de leurs branches... Dans chaque zone locale, une espèce n'apparaît pas progressivement par la transformation progressive de ses ancêtres ; elle apparaît d'un seul coup et "entièrement formée"1.
    Il n'a pas modifié son point de vue avant sa mort.

    Dr Ronald Jenner
    Dr Ronald Jenner

    Et si ça vous semble un peu ancien, voici une autre citation plus récente du Dr Ronald Jenner (aucune parenté avec Bruce... euh... Caitlyn.. euh... oh, je sais plus he) :
    "La phylogénie des animaux supérieurs est difficile. [...] Une chose que la forêt phylogénétique résultante a mis en relief est que jamais auparavant nous n'avons été confrontés à de tels trous évidents entre les plans anatomiques de proches parents. À part des découvertes fortuites dans le registre fossile, beaucoup, voire la plupart, de ces tours deviendront vraisemblablement permanentes. Avec notre imagination comme unique passerelle disponible pour franchir ces trous, il semble inéluctable que nos scénarios d'évolution des plans anatomiques resteront à jamais en équilibre précaire sur le bord étroit entre les faits et la fantaisie."2
    Et au passage, si certains vont croire que Jenner est créationniste, Dr Jenner est l'éditeur du journal évolutionniste "The Systematist", un membre du Conseil et Secrétaire de l'European Society of Evolutionary Developmental Biology, et un membre du Conseil d'Administration de l'International Society for Invertebrate Morphology.

    Et dites-vous bien que la sélection naturelle, elle, ne pose aucun problème dans un modèle créationniste biblique, au contraire, elle en est une partie très importante : elle permet d'expliquer une spéciation rapide après que les animaux de l'arche de Noé se soient dispersés sur toute la Terre. Mais, comme son nom l'indique, elle ne peut que sélectionner des traits qui existent déjà, qu'ils soient exprimés extérieurement ou enfouis à l'intérieur du génotype, et pas en créer de nouveaux. Sans une explication viable (et qui fait défaut jusqu'à présent) sur la manière dont de nouvelles informations génétiques s'inscrivant dans une complexité spécifiée sont apparues dans le génome, la sélection naturelle n'aide absolument pas la théorie de l'évolution. Un scientifique a admis : "Bien que la sélection naturelle explique comment les espèces évoluent dans le temps, expliquer comment de nouvelles espèces apparaissent à la base s'est avéré plutôt délicat. "De l'origine des espèces" de Darwin ne dit effectivement rien du tout à propos de l'origine des espèces."

    La nature religieuse de l'évolution

    Dr Michael Escott Ruse
    Dr Michael Escott Ruse

    Lors d'un symposium intitulé "The New Antievolutionism", durant la rencontre annuelle de 1993 de l'Association Américaine pour l'Avancement de la science, le philosophe des sciences canadien renommé Dr Michael Ruse a fait des aveux étonnants sur la nature religieuse de l'évolution. Ces paroles ont stupéfié ses collègues, car il a écrit un livre intitulé "Mais est-ce de la science ?", dénonçant le créationnisme parce qu'il est religieux et qu'il était bien la dernière personne qu'on se serait attendu à voir dévoiler le pot-aux-roses wink2.

    Il semblerait qu'il ait admis que la théorie de l'évolution soit basée sur l'exclusion dogmatique d'un Créateur ou d'une Création miraculeuse ; une dévotion envers le naturalisme, qui est la croyance improuvable selon laquelle l'élément surnaturel n'existe pas ou n'entre pas en ligne de compte.

    Il a dit (les emphases sont de moi) :
    "À un niveau très basique, l'évolution en tant que théorie scientifique se dévoue à une sorte de naturalisme, à savoir qu'à un certain niveau on va exclure les miracles et ces sortes de choses, quoi qu'il arrive"

    Il a continué en défendant sa supposition improuvable par le fait que, de son point de vue, ça marche. Néanmoins, d'après Ruse :
    "L'évolution, comme la religion, consiste à faire certains a priori ou hypothèses métaphysiques qui, à un certain niveau, ne peuvent être prouvés de manière empirique."

    De plus, il a dit qu'on ne peut pas juste dire que l'évolution est une science et la création une religion et point barre. On doit avoir une autre "théorie de la cohérence de la vérité, ou quelque chose comme ça. Je continue à penser qu'on peut exclure la science de la création sur ces motifs."

    Et si ça ne vous suffit pas, regardez plutôt ce qu'il a écrit en 2000 :
    "L'évolution est promue par ses pratiquants comme étant plus qu'une simple science. L'évolution est promulguée comme étant une idéologie, une religion - une alternative laïque à part entière au christianisme, avec un sens et une morale. Je suis un évolutionniste ardent et un ex-chrétien, mais je dois avouer que dans cette complainte précise - et M. [sic] Gish n'est qu'une simple personne parmi de nombreuses à la formuler - les littéralistes ont tout à fait raison. L'évolution est une religion. Cela était vrai de l'évolution au départ, et cela est vrai de l'évolution aujourd'hui encore. [...] L'évolution fut donc créée comme étant une sorte d'idéologie laïque, un substitut explicite pour le christianisme."3

    L'évolutionnisme est un système religieux anti-chrétien qui cherche la signification de l'existence


    La mythologie athée veut que la Terre des origines ait été une boule de matière en fusion, qui a refroidi lentement - il n'y a eu de l'eau liquide que longtemps après (et c'est dans cette eau que la vie est censée être apparue pour la 1ère fois à la suite de réactions chimiques inconnues). Mais ce scénario ignore ce que Dieu a dit, à savoir que la Terre était recouverte d'eau (Gen. 1:2, 6-7, 9-10). Qu'il y ait pareille mécréance n'est pas une surprise pour Dieu :"Sachez avant tout que dans les derniers jours viendront des moqueurs [pleins de raillerie]. Ces hommes vivront en suivant leurs propres désirs et diront: «Où est la promesse de son retour ? En effet, depuis que nos ancêtres sont morts, tout reste dans le même état qu’au début de la création.» De fait, ils veulent ignorer que des cieux ont existé autrefois par la parole de Dieu, ainsi qu'une terre tirée des eaux et au milieu d’elles." (2 Pi. 3:5).

    Lorsqu'on a demandé un jour à Stephen Jay Gould pourquoi le profane devrait s'intéresser à un sujet aussi abscons que la biologie évolutionniste, il a répondu :
    "Parce qu'elle nous dit d'où nous venons, comment nous sommes arrivés ici, et peut-être où nous allons."4

    La théorie de l'évolution a été utilisée pour dépeindre une idée du passé (l'origine de la vie). Par exemple, le Dr. G. B. Ryan a écrit :
    "Il y a environ 3 milliards d'années, lorsque la vie est apparue sur cette planète, la mort est apparue en même temps, et sans doute aussi les agressions. Seule la science-fiction pourrait nous dire comment les 1ères cellules qui flottaient librement ont été agressées ; mais quelle que soit la chose qui les a agressé - la chaleur de la lave, les chutes de pierres ou la foudre -, elles ont dû apprendre à soigner leurs blessures microscopiques."5


    Philip Adams

    L'évolution a aussi été utilisée en tant que base philosophique pour la vie présente. Le journaliste Philip Adams a dit :
    "La morale, c'est tout simplement des expédients... De toute évidence, si vous vivez dans un Univers qui n'a aucun sens, il n'y a, au final, pas de morale absolue."


    Théodore Dobjansky

    Au sujet de l'avenir, sous l'éclairage de la théorie de l'évolution, Théodore Dobjansky a écrit :
    Si l'homme est arrivé à son état actuel à la suite de processus naturels plutôt que d'une volonté surnaturelle, il peut apprendre à contrôler ces processus.

    Ainsi, comme la théorie de l'évolution donne une réponse aux questions de l'origine de l'humanité, des critères de vie et de la direction de l'avenir, c'est bel et bien un système de croyances (une philosophie religieuse), que les observations scientifiques soient en sa faveur ou pas. Dobjansky a aussi affirmé :
    "Le concept de l'évolution, qui est maintenant à la base des sciences de la vie, a fourni de nouvelles réponses révolutionnaires à certains égards aux questions que les hommes ont posé pendant des siècles. Les deux plus importantes en sont : 'Pourquoi suis-je là, quel est le but de l'existence humaine, et quelle est la nature du monde vivant qui nous entoure ?"6

    Il a dit aussi ailleurs :
    "L'évolution est une lumière qui éclaire tous les faits, une trajectoire que toutes les lignes de pensée doivent suivre."
    C'est bien entendu une négation claire des propos de Jésus :"Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura au contraire la lumière de la vie." (Jn. 8:12)

    L'évolutionnisme n'a aucune base scientifique appropriée

    Certains vont peut-être dire que je n'ai pas séparé le concept biologique de l'évolution de la philosophie de l'évolutionnisme. Mais c'est kif-kif, tout du moins en ce qui concerne la question des origines (qui, de toute façon, est le sujet essentiel de la théorie de l'évolution, et ce, quoi qu'en disent les évolutionnistes). La nature même de la science empirique est que pour qu'un concept puisse être considéré comme une théorie, il doit concerner des entités ou des évènements reproductibles et observables. On ne peut pas tester empiriquement des évènements passés qui n'ont pas été observés et archivés par l'homme. On peut seulement spéculer sur les évènements du passé, en utilisant si possible les observations présentes pour étayer ces spéculations.


    Sir Fred Hoyle (1915-2001)             Chandra Wickramasinghe

    Prenez par exemple, le fait qu'il n'y a pas de preuve scientifique établie qui expliquerait l'origine des enzymes et du code génétique à la base. Comme le célèbre astronome Fred Hoyle et le mathématicien Chandra Wickramasinghe l'ont dit :
    "Nous avons reçu la vie (sur Terre) avec les problèmes biochimiques fondamentaux résolus au préalable."7

    Vous savez, les bactéries, qui sont les plus petits êtres vivants capables de se reproduire, sont censées être les formes de vie les plus "primitives" et les plus "simples", mais elles n'ont rien de primitif ni de simple. Elles ont des mécanismes de mitose, de synthèse de protéines, de transduction d'énergie, de synthèse d'ATP (l'unité d'énergie des cellules), et, selon les espèces, de respiration, de photosynthèse et de fixation de l'azote. Et pourtant, malgré les millions de générations de bactéries qui ont existé dans l'histoire et qu'on a observées, directement ou indirectement, on n'a jamais vu de bactérie engendrer autre chose qu'une autre bactérie semblable.

    Hoyle et Wickramasinghe (qui étaient tout sauf théistes) ont porté un coup devastateur à la théorie de l'évolution darwinienne de par leur sublime analyse des défauts actuels du néo-darwinisme : : l'origine de la vie sur Terre par évolution n'a aucun fondement scientifique, en fait, d'après eux, ce n'est pas une théorie scientifique digne de ce nom !

    "Le problème pour la biologie est d'atteindre à un commencement simple. En remontant dans le temps vers l'âge des roches les plus anciennes, soit plus de 80% de la Terre elle-même, les résidus de fossiles d'anciennes formes de vie découverts dans les roches ne révèlent pas un commencement simple. Bien que nous puissions prendre le soin de penser aux bactéries fossiles et aux algues fossiles et microscopiques comme étant "simples" par rapport à un chien ou un cheval, la norme d'information (le contenu) demeure extrêmement élevé. L'essentiel de la complexité biochimique de la vie était déjà présente à l'époque où les plus anciennes roches de la surface de la Terre ont été formées. Ainsi, nous avons aucune idée, même à partir d'une preuve qui pénètre très loin dans le passé, de la façon dont la norme de l'information de la vie (en d'autres termes, le code génétique, etc.) a été mise en place à la base, et donc, la théorie de l'évolution n'a pas de fondement approprié."7


    Francis Harry Compton Crick (1916-2004)

    Même le prix Nobel Francis Crick, un des plus grands théoriciens de la biologie moléculaire moderne8 et co-découvreur de la structure moléculaire en double hélice de l'ADN, "trouve difficile de croire que sur Terre, une accumulation de matière atomique puisse finir par donner l'entité vivante la plus simple - un système auto-réplicant !" (autrement dit par le processus qu'on appelle "évolution chimique").8, 9.

    Le manque d'indices en faveur de l'évolution chimique est bien résumé par le Pr. J. Keosian en 1978 :
    "Toutes les approches actuelles à une solution du problème de l'origine de la vie sont soit hors de propos soit mènent dans une impasse. Là réside la crise."10

    Si seulement ils s'étaient tournés, tous tant qu'ils sont, vers "celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux" (Ap. 14:7), ils l'auraient eu, leur réponse...

    Évidemment, le gradualisme propre au néo-darwinisme n'arrange pas ces personnes, certains paléontologues y compris. En fait, à un colloque international de paléontologues en Allemagne, où se sont retrouvés pour la plupart des évolutionnistes pratiquant la méthode de la cladistique pour obtenir des arbres généalogiques de la vie, l'opinion de la majorité a décidé que :
    "la technique de la cladistique suppose qu'il est très peu probable, quoique pas impossible, que nous puissions un jour trouver un ancêtre (parmi les archosaures, à savoir les ptérosaures, dinosaures et les crocodiles et oiseaux11 d'aujourd'hui), et il se concentre sur l'identification des plus proches parents - groupes frères - par une analyse des caractères dérivés partagés."12


    Niles Eldredge

    En d'autres termes, ils préviennent à l'avance la communauté scientifique de ne pas trop s'attendre à trouver des preuves de l'ascendance des archosaures dans les propositions d'arbres généalogiques évolutionnistes futurs ou passés wink2. Cela, bien entendu, rejoint les observations de l'évolutionniste Niles Eldredge, qui a dit :
    "Les intermédiaires (exigés par le gradualisme darwinien) n'ont pas été trouvés dans le registre fossile.13

    Maintenant, plusieurs évolutionnistes préfèrent dire :
    "... Il est futile de chercher des traces de notre passé animal ..."13

    L'équilibre ponctué a été utilisé pour expliquer pourquoi il n'y a pratiquement pas de chaînons manquants pouvant prouver le gradualisme néo-darwinien. Mais c'est une théorie invérifiable basée, justement, sur l'absence de preuves. En d'autres termes, s'il y a peu ou pas de formes transitionnelles fossiles observables, comment peut-on seulement savoir si elles ont seulement jamais existé ? Nous ne le pouvons pas, puisque les "fossiles transitionnels" ne sont guère qu'hypothétiques. Le Dr J. Turner, un conférencier en génétique évolutionniste à l'université de Leeds, a même commenté que l'équilibre ponctué a attiré une énorme attention parmi les biologistes, "malgré ses très mauvaises fondations scientifiques".13

    Certaines des fondations notoires de l'évolution sont vraiment fortement ébranlées. Nous avons démontré que du point de vue biologique, la théorie de l'évolution n'a pas de réelle fondation. De ce fait, l'évolution ne gagnera jamais les galons de vraie théorie scientifique sur l'origine de l'homme (ni la création d'Adam, d'ailleurs, puisque c'est un évènement impossible à reproduire).


    Sir Karl Raimund Popper

    Comme l'a dit le philosophe des sciences Karl Popper :
    Je suis venu à la conclusion que le darwinisme n'est pas une théorie scientifique vérifiable, mais un programme de recherche métaphysique - un cadre possible pour des théories scientifiques vérifiables.14

    L'évolution est une philosophie religieuse, un système de croyances personnelles pour justifier l'évincement de Dieu dans tous les aspects de la vie. Comme l'a dit l'Apôtre Paul, "ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu" (Rom. 1:28).

    La foi des évolutionnistes

    Vous ne trouvez pas que ce serait un exercice de style amusant que d'appliquer le panégyrique de la foi, à savoir Héb. 11, à la religion de l'évolutionnisme tongue ? Voyons voir ce que ça donne :

    Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. Pour l’avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable.

    C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé dans un Big Bang,  en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait à partir de choses visibles sur lesquelles nous puissions émettre des observations et faire des expériences ; c'est par la foi que nous nous rendons compte que l'Univers lui-même s'est fabriqué à partir de rien.

    Par la foi, nous savons que les étoiles se sont formées à partir de nuages de gaz. Par la foi, nous reconnaissons que les éléments lourds ont été formés à partir d'étoiles qui ont explosé ; nous affirmons avec fierté que nous sommes tous «poussière d'étoile», «fils des st... oh pardon, des étoiles».

    Par la foi, nous affirmons que la vie est apparue d'abord dans une soupe de produits chimiques - bien qu'il n'y ait aucune preuve géologique que cette soupe jamais existé.

    Par la foi, nous acceptons que le code génétique est apparu via un processus chimique aveugle et entièrement aléatoire, que l'information codée a été corrompue par de nombreuses erreurs de copie, et que cela a conduit à la production de types d'organismes nouveaux et mieux adaptés.

    Or sans la foi et une bonne dose d'imagination, il est impossible de comprendre l'évolution ; car il faut que toute personne qui étudie l'évolution croie que c'est vraiment arrivé, car aucun vrai scientifique n'en doute.

    Par la foi, nous affirmons que "le présent est la clé du passé". Nous ne savons pas vraiment à quoi ressemblait le passé, mais cette foi nous aide à ignorer toutes les preuves du Déluge du temps de Noé - une idée aussi saugrenue signifierait que Dieu a jugé le monde et qu'Il pourrait bien le refaire.

    Par la foi, nous affirmons hardiment que la mort est la grande héroïne de l'histoire et que les organismes les moins adaptées doivent être sacrifiés sur l'autel du progrès. Il est nécessaire pour le moins bien adapté de mourir pour faire de la place au plus adapté - il n'y a aucune miséricorde ni préoccupation pour les faibles. La lutte pour l'existence et la mort ont toujours existé, c'est comme ça que c'était, que ça doit être, et que ça sera toujours.

    Par la foi, nous acceptons que nous ne sommes rien d'autre que des animaux. Il n'y a rien d'autre que les mutations aléatoires et la sélection naturelle qui nous ont amené ici il y a environ 100 000 ans et nous ont rendu en mesure d'étudier notre passé évolutif. Nous sommes ici pour un temps limité, nous souffrons, puis nous mourons, et tout s'arrête là.

    Et que dirai-je encore? Je n'ai pas besoin d'en dire beaucoup au sujet de ceux qui sont déjà morts : ils sont morts et enterrés et les produits chimiques qui constituaient autrefois leurs corps sont déjà entrés dans le cycle de la nature. C'est comme pour leurs actes : qu'ils aient eu raison ou tort, qu'ils aient apporté la justice ou l'injustice, qu'ils aient été courageux ou lâches, qu'ils aient violé des femmes ou aient été des maris fidèles, qu'ils aient correctement élevé leurs enfants ou les aient maltraités, qu'ils aient aidé ou tourmenté les autres, qu'ils aient inventé de nouveaux remèdes ou commis un génocide, ça n'a aucune pertinence car il n'y aura pas de résurrection des morts ni de jugement final.

    Ils sont tous morts, et très bientôt nous le serons aussi. Il n'y a aucun sens à l'Univers, et aucun but à la vie.

    Un témoignage contre un mythe

    Le créationnisme se base sur la foi, certes, mais l'évolutionnisme aussi. De plus, ces 2 fois ne sont pas pareilles, l'une est basée sur un récit historique inspiré par le Créateur, qui était là au commencement, cela va de soi, mais l'autre est basée sur un système d'inférences en changement perpétuel, des histoires inventées de toutes pièces, des mythes, quoi (car ils défient parfois la logique et les principes scientifiques connus, comme celui de la biogenèse par exemple).

    1. Evolution’s erratic pace, Natural History 86(5):14, 05/1977. Revenir au texte.
    2. Jenner, R., publicité pour sa conférence :"‘Please mind the gaps: fact and fantasy in the reconstruction of animal body plan evolution", Muséum d'Histoire Naturelle, Londres, 29/06/2012. Revenir au texte.
    3. Ruse, M., "How evolution became a religion: creationists correct?" National Post, pp. B1, B3, B7, 13/05/2000. Revenir au texte.
    4. Time, 05/1983, p. 35. Revenir au texte.
    5. Ryan, G.B., et Majno, G., "Inflammation", p. 5, 1977. Revenir au texte.
    6. Dobzhansky, T., Ayala, F. J., Stebbins, G. L. and Valentine, J. W., "Evolution", 1977. Revenir au texte.
    7. Hoyle, F., et Wickramasinghe, C., "Evolution From Space", pp. xiii-xxii, 81 et 145. Revenir au texte.
    8. Shapiro, R., "Probing the Origin of Life", in Yearbook of Science and the Future, Encyclopaedia Britannica, pp. 8–23, 1984. Revenir au texte.
    9. Ponnamperuma, C., "Panspermia with purpose and intent", une critique de Crick, R., "Life Itself: Its Origin and Nature", New Scientist, 13/05/1982, vol. 94, pp. 435–436. Revenir au texte.
    10. Keosian, J., "The Origin of Life". In : Proc. 2nd ISSOL Meeting, 5th ICOL Meeting, Noda, H., (ed.), pp. 569–574, 1978. Revenir au texte.
    11. Ptdr. Revenir au texte.
    12. Benton, M. J., "Consensus on Archosaurs", Nature, 13/12/1984, vo1. 312, p. 599. Revenir au texte.
    13. Turner, J., "Why We Need Evolution by Jerks", New Scientist, 09/02/1984, vol. 101, pp. 34–35. Revenir au texte.
    14. Popper, K., "Unended Quest; An Intellectual Autobiography", 1976. Revenir au texte.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique