• L'Evangile : évolution ou création ? Épisode 1

    La véracité de Gen. 1-11 est-elle importante pour la foi chrétienne ?

     
     
    À notre époque post-moderniste, il existe un dicton qui dit : "Un pessimiste est un optimiste bien informé". Je crois que c'est juste.
    Il faut pas avoir fait "math stup" pour se rendre compte que la plupart des jeunes d'un pays de tradition chrétienne comme la France n'en ont pas grand chose à fiche de la religion chrétienne désormais. Mais la question se pose : est-ce que ça se limite à la France ?
     

    Le sondeur chrétien américain George Barna

    Prenons le cas de la nation n° 1 mondiale, à savoir les USA (qui, soit dit en passant, doit ce rang au fait qu'elle s'est construite sur des axiomes bibliques). George Barna a découvert que 66% des jeunes ricains rejettent la foi chrétienne dans laquelle ils ont été élevés une fois la majorité atteinte. Vous vous rendez compte aww ? Imaginez que vous éleviez vos enfants dans la foi chrétienne la plus pure, que vous les emmeniez à l'église tous les dimanches, à l'école du dimanche, et tout, et qu'à la fin les 2/3 d'entre eux rejettent tout ça à 18 ans !
    D'après ces jeunes, le christianisme est trop nul, dépassé, inutile dans la vie et ce n'est qu'un mauvais moment à passer pour eux.

    La question se pose donc : comment ça se fait ?



    Pr. Edward Osborne Wilson (1929-)

    Voici ce qu'en dit Ed Wilson, professeur de sociobiologie à Harvard et un des champions de la théorie de l'évolution :
    "Comme beaucoup d'autres personnes en Alabama, j'étais chrétien né de nouveau. À 15 ans, je suis entré dans l'Église Baptiste du Sud avec une grande ferveur et un grand intérêt pour la religion fondamentaliste. J'ai abandonné à 17 ans, quand je suis entré dans l'université d'Alabama et que j'ai appris la théorie de l'évolution."1(L'emphase est de moi) 

    Nous y voilà. La théorie de l'évolution (telle que conçue par Charles Darwin) entreprend d'expliquer l'origine du monde et de la vie tout en évinçant Dieu de l'équation.
    Wilson a perdu toute confiance en la véracité et l'autorité de la Bible, sur la parole d'êtres humains faillibles et pécheurs que le monde considère comme des savants.

    En même temps, c'est pas comme si remettre en question l'autorité de la parole de Dieu était quelque chose de nouveau. Prenez l'exemple d'Alphonse X dit Le Sage (1221-1284), roi de Castille et León et adepte de la scolastique :
    "Si j'avais été présent lors de la création, j'aurais donné quelques conseils utiles pour mieux organiser l'Univers."



    Alfonso X El Sabio

    Voyez-vous ça arf... Un roi catholique de la très catholique Espagne, un champion de la chrétienté face à l'envahisseur maure, qui se croit capable de donner des conseils à un Dieu omniscient...
    D'un autre côté, il a cette excuse que l'Église Catholique, à son époque, a formellement interdit aux fidèles de posséder ou lire la Bible, ce privilège étant réservé au clergé. S'il n'y avait pas eu cette interdiction, il se serait aperçu que la Bible est claire de chez clair : le monde dans lequel nous vivons actuellement n'est pas celui que Dieu a créé à l'origine : le monde que Dieu a créé à l'origine était un monde parfait (Gen. 1:31), mais cette perfection fut détruite à cause de l'humanité, et non pas à cause de Dieu.

    Voyez-vous, à chaque fois ou presque qu'une catastrophe arrive (et on n'en est jamais à court), on invite à la télé des responsables religieux (catholiques en général, allez savoir pourquoi arf) et on leur demande en substance : "Pourquoi est-ce que le Dieu d'amour que vous révérez laisse pareilles atrocités se produire ?" Et le pire de l'histoire, c'est que ces bons messieurs les autorités religieuses sont infichus de donner la bonne réponse mad. Est-ce à dire qu'ils connaissent vraiment pas la réponse ? Ça m'étonnerait quand même, hein no... C'est sans doute qu'ils ont plutôt peur d'être assimilés à l'image de cinglé religieux fondamentaliste complètement en déphasage avec la réalité qui semble attachée au mot "créationniste" sur ce continent frown. Soit dit en passant, quand on pense que notre douce France est censée être un bastion de l'ouverture d'esprit, de la tolérance et de la liberté d'échange d'idées beurk...
    Et pourtant, la réponse est tellement simple qu'elle est à la portée d'un enfant de 7 ans (je le sais, mon neveu au 2degré, à qui j'ai expliqué ça, l'a bien compris, lui wink2) : le mal existe à cause de l'humanité et de ses péchés ; nous avons évincé Dieu de nos établissements d'enseignement, de nos sénats, de nos maisons, et après nous nous étonnons quand nous en subissons les conséquences inévitables, à savoir la décomposition de la société ! C'est typiquement humain, ça, de rejeter la responsabilité de nos fautes sur un autre, ça date carrément d'Éden (Gen. 3:12-13).

    Pour un chrétien qui trouve toute sa joie dans la parole du Seigneur (Ps. 119:103), il n'y a pas 36 000 façons de voir le monde : celui-ci était parfait au moment de la Création, mais il fut corrompu irrémissiblement lors de la Chute, lorsque l'homme pécha, et c'est pour ça que nous avons besoin du Salut :



    Et pourtant, si vous avez remarqué, la plupart des églises, mêmes celles qui prétendent être basées sur la parole de Dieu, ne prêchent que la 3partie et mettent entre parenthèses les 2 1ères (la 1ère en particulier, comme par hasard). C'est pour ça que leur prédication est bancale : le salut, certes, mais être sauvé de quoi ? De la décrépitude et du péché. Et à quel moment est-ce que ces 2 maux sont apparus ? Lors de la chute relatée en Gen. 3. Il est là, le rapport entre Genèse et Évangile, et cette relation est incontournable. Si nous omettons la base, les gens auxquels nous prêchons risquent fort de ne pas comprendre pourquoi ils ont besoin d'être sauvés sleep.
    Même la superproduction hollywoodienne la plus passionnante sera bien fade si on rate le début wink2.

    Ne vous étonnez surtout pas si votre pasteur noie le poisson quand vous l'interrogez à ce sujet : la majorité des églises et des théologiens se moquent de la question des origines comme de l'an 40, ils ont complètement avalé la couleuvre que les savants athées (car il y a aussi des savants qui croient au récit de la Genèse) leur ont présenté.


    Pr. David Tracey

    Voici d'ailleurs ce qu'en dit David Tracey, professeur à l'université de Melbourne et spécialiste de la question religieuse :
    "Dans 10-20 ans, la plupart des grandes dénominations seront à genoux, à prier pour leur survie... Les attitudes dans les églises sont dépassées... leurs chances de survie sont comme celles du Titanic. Les gens ne voient plus de lien entre leur vécu et les enseignements de l'église. C'est une crise énorme. Les gens ont naturellement des aspirations pour le domaine spirituel, mais ils veulent une religion qui soit pertinente. Ils cherchent des raisons de croire. Ils refusent une foi aveugle."2

    Les gens d'aujourd'hui voudraient une foi intellectuelle qui permettrait en quelque sorte de faire le sceau du singe, du rat et de la bergeronnette et passez muscade ! Ils sont sauvés ! Ils ne veulent pas se casser la tête avec toute cette théologie "complexe".
    Et pourtant, qu'est-ce que Dieu dit dans Sa parole ? Où a-t-il promis de graver Sa loi ? Dans notre intellect ou dans notre cœur ?
    Est-ce l'intellect ou le cœur qui est convaincu par le Saint Esprit en premier ? N'est-ce pas le cœur brisé qui crie sa détresse à Dieu ? Et une fois le cœur convaincu, l'intellect suit naturellement. Tout ça est parfaitement rationnel cool.

    Pour nous les chrétiens, la théologie est bien claire : la Bible est l'autorité suprême pour toute question de foi et de vie pratique.
    Mais attention : c'est Dieu Lui-Même, le Créateur et Sustentateur de toutes choses, omnipotent et omniscient qui nous parle là-dedans, et pas juste un ou plusieurs humain(s) ordinaires. Il en a inspiré les quelque 40 auteurs différents pour qu'ils écrivent au signe diacritique près ce qu'Il voulait qu'ils écrivent.
    La Bible déclare elle-même être entièrement la parole de Dieu.
    "Dieu dit", "Voici ce que dit le Seigneur", ce genre de phrase revient quelque 3 000 fois dans la Bible.

    Ça veut dire que la Bible est l'autorité suprême d'un chrétien, non seulement en matière de spiritualité, mais dans tous les domaines qu'elle touche !

    1. Wilson, E. O., The Humanist, 09/1982, p. 40). Revenir au texte.
    2. Tracey, D., Melbourne La Trobe Universite, cité par Lawrence, E., "Losing our Religion", section bonus du dimanche, Sunday Mail, Adelaide, Australie, 29/12/2002. Revenir au texte.
    L'Evangile : évolution ou création ? Épisode 2 »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :