• L'Evangile : évolution ou création ? Épisode 6

    Les chrétiens qui promeuvent l'évolution se tirent un missile dans le pied

    Il est affligeant de constater que depuis la publication de "De l'origine des espèces", la plupart des églises ont accepté l'idée que Dieu ait créé la biodiversité actuelle via l'évolution (on appelle ça l'évolutionnisme théiste). Nous avons déjà vu précédemment que c'est une démarche intellectuelle complètement erronée, et que ce sont les athées eux-mêmes qui s'en rendent compte le mieux.
    Au risque de me répéter, je vous sers une autre citation de Richard Bozarth :
    "Le christianisme véritable est - et doit demeurer - entièrement attaché au récit de la Création tel que présenté dans la Genèse et il doit lutter de toutes ses forces contre la théorie de l'évolution."


    Pr. William Provine

    Si, par le plus grand de tous les hasards, après tous ces articles, vous n'êtes toujours pas convaincus, jetez un œil sur ce qu'en dit Will Provine, professeur d'histoire, d'études des technologies et de la science et de sciences biologiques à l'université de Cornell (la 1ère université à avoir été fondée sur des fondements explicitement laïcs) :
    "Permettez-moi de résumer mon point de vue sur ce que la biologie évolutionniste moderne nous dit haut et fort... Il n'existe pas de dieux, pas de buts, pas de forces dirigées, quelles qu'elles soient. Il n'y a pas de vie après la mort. Quand je mourrai, je suis sûr que je resterai mort. C'est la fin pour moi. Il n'y a pas de fondement définitif pour l'éthique, aucun but pour la vie et pas de libre arbitre pour les gens."1

    Voilà le véritable visage de la théorie de l'évolution darwinienne : tue ton prochain pour toi-même ! La survie est la seule règle. Comment harmoniser pareille monstruosité avec les 2 règles d'or (Lc. 10:27) ? Comment imaginer un seul instant qu'un Dieu d'amour ait pu utiliser un processus aussi ignominieusement cruel et dispendieux et dire, une fois fini, que tout cela était très bon (Gen. 1:31) beurk? C'est impossible mad! Pour la enième fois, la foi chrétienne et la théorie de l'évolution sont complètement opposés.


    Pr. Jacques Lucien Monod

    Il n'est pas anodin non plus de remarquer que Jacques Monod, biologiste moléculaire et ami d'Albert Camus, termine son livre, "Hasard et Nécessité", publié en 1970, par ces mots :
    "[...] l’homme finalement se rend compte qu’il est seul dans l’immensité impitoyable de l’univers, duquel il a émergé purement par hasard. Ni son destin, ni son devoir n’ont été consignés par écrit. C’est à lui de choisir : soit le royaume des cieux, soit les ténèbres ici-bas."
    Plus édifiant encore est cet extrait d'une interview entre Monod et Laurie John dans laquelle, selon l’animateur d’ABC Robyn Williams (lui-même athée et anti-créationniste fanatique), Monod révéla sa conviction 'que la vie et l’évolution sont dépourvus d’un but ultime' :
    "John : [...] on pourrait concevoir que Dieu employa le hasard, tant que le schéma était présent pour qu’il l’impose sur les résultats des mutations aléatoires.

    Monod : Si vous voulez supposer cela, alors je n’y suis pas opposé, si ce n’est que cela présente un conflit (non pas scientifique, mais moral). C’est-à-dire que la sélection est le moyen le plus aveugle et le plus cruel de développer des espèces nouvelles et des organismes de plus en plus complexes et perfectionnés …

    John : Cruel ?

    Monod : Je dis : Plus cruel car c’est un processus d’élimination, de destruction. La lutte pour la vie et l’élimination du plus faible est un processus horrible, contre lequel toute notre éthique moderne se révolte. Une société idéale est une société non sélective, dans laquelle le faible est protégé, ce qui exactement l’inverse de la prétendue loi de la nature. Cela m’étonne qu’un chrétien veuille défendre l’idée que ceci est le processus que Dieu a établi plus ou moins dans le dessein d’aboutir à l’évolution." (L'emphase est de moi)


    Pr. Eugenie Scott. Ne vous fiez pas à ses airs de gentille grand-mère, c'est une évolutionniste enragée.

    Et pourtant, les églises continuent à se compromettre de par le monde. Eugenie Scott, présidente du Centre National d'Éducation Scientifique aux USA (ne vous laissez pas tromper par le nom, le but de cette organisation est purement et simplement d'endoctriner tous les élèves de tous les établissements d'enseignement dans la théorie de l'évolution) a dit :
    "Je me considère comme une humaniste, ou une non-théiste. J'ai découvert que les plus grands défenseurs de l'évolution sont les gens des communautés religieuses. Dans une réunion de comité d'école, l'opinion d'un membre du clergé vaut celle de deux biologistes !
    [...]
    Ce que nous [les athées et les membres du clergé] avons en commun, c'est le désir de voir l'évolution enseignée dans les écoles publiques..."2


    Ça on peut dire qu'ils ont réussi cry ! Chapeau bas, l'artiste beurk !


    Et n'allez pas croire que le phénomène se limite à l'Occident. Là, je vais faire quelque chose que je peux me permettre de faire, à savoir parler du rapport entre l'humanisme et l'histoire de mon pays, car j'estime que cet exemple sera particulièrement parlant.


    Quand j'étais encore prof de français dans un lycée protestant, là-bas dans mon pays, à Madagascar, j'ai jeté un œil sur le programme de S.V.T. des 6e, et c'était écrit noir sur blanc : "L'élève doit comprendre qu'il est le produit d'une longue évolution".


    Les grands de ce monde (humains comme démons) sont sur la brèche, ils bossent pour endoctriner l'humanité tout entière dans un mode de pensée humaniste unique.
    Ça vous dit, un petit cours rapide d'histoire chrétienne de Madagascar ?


    Ranavalona Ière de Madagascar (1788-1861)

    Les 1ers missionnaires chrétiens à arriver dans l'île étaient des Britanniques de la London Missionary Society, et ils enseignèrent aux malgaches le christianisme à la sauce congrégationnaliste, favorisés en cela par le roi Radama qui y voyait à raison un moteur de progrès. Comme les valeurs chrétiennes étaient en résonance avec les valeurs malgaches traditionelles de fihavanana, les gens accueillirent très bien la religion nouvelle. Tout cela changea lorsque la reine Ranavalona Ière prit le pouvoir en s'arrogeant purement et simplement le trône, elle et ses partisans, en 1828. Elle fit assassiner le prince Rakotobe, héritier légitime du trône du défunt roi Radama, ainsi que tous les membres de la famille de ce dernier, sauf un qui réussit à fuir aux Comores. Inquiète que le christianisme évince la religion fétichiste de l'adoration aux ancêtres dans laquelle elle fut élevée, elle se mit à interdire le christianisme et à lancer contre les chrétiens une persécution que Néron et Dioclétien n'auraient pas reniée. Les martyrs furent nombreux, embrochés à la sagaie, ébouillantés, brûlés vifs, jetés du haut d'Ampamarinana (une sorte de roche tarpéienne)... On estime que 150 000 personnes sont mortes durant son règne, de quoi faire pâlir Louis XI et Robespierre d'envie. Comme quoi Satan se déchaîne quand on prêche la Bonne Nouvelle là où il règne sans partage bad...


    Rasalama, martyre malgache morte embrochée en 1837

    Si vous voulez en savoir plus sur cette période sombre de notre histoire, qui présente un intérêt particulier pour un chrétien, je vous invite à lire en ligne le livre du missionnaire G. Mondain sur l'histoire de la martyre Rafaravavy Marie (1808-1848), il est édifiant.
    Lorsque Ranavalona II arriva au pouvoir, ce fut un coup de théâtre.


    Ranavalona II de Madagascar (1829-1883)

    Arguant du fait que, selon la religion des ancêtres, les idoles royales lui appartenaient, elle les brûla en public, au nez et à la barbe des gardiens d'idoles qui avaient manipulé Ranavalona Ière pour la pousser aux persécutions, se fit baptiser et se convertit officiellement au protestantisme. "Cujus regio, ejus religio", et bien que la reine n'ait forcé personne, beaucoup se précipitèrent pour se convertir, ce qui entraîna un boom des chrétiens du dimanche (encore que le terme de "dérive constantinienne" employé par certains érudits est passablement exagéré). Les missionnaires furent évidemment ravis (bien que compréhensiblement un peu effrayés ^^), pensant que Madagascar allait enfin prendre son essor grâce aux vertus civilisatrices et motrices de progrès du christianisme qui ne sont plus à prouver. Il y eut effectivement une amorce avec l'interdiction de la réduction en esclavage et la libération de tous les esclaves d'origine mozambicaine (avant même Lincoln). Mais ces beaux espoirs s'effondrèrent sur le long terme.


    Ranavalona III, dernière reine de Madagascar (1861-1917)

    Mais la France lorgnait depuis un bout de temps déjà sur Madagascar. À force de manipulations politiques sous la houlette de Jules Ferry (1832-1893), la reine Ranavalona III se trouva forcée de signer un faf qui faisait de Madagascar un protectorat français en 1895, puis, l'année d'après, comme certains patriotes en toge rouge (les Menalamba) avaient pris le maquis et qu'on pensait que la reine conspirait pour évincer l'impérialiste français, elle fut déposée l'année suivante par le Gal Galliéni et exilée à La Réunion, puis de là en Algérie où elle se laissa miner par le chagrin jusqu'à sa mort en 1917.


    Caricature de la Petite Lune de 1878 : Jules Ferry croquant un prêtre

    Faisons un arrêt sur image un instant sur Jules Ferry avant de continuer. Ce qui fait la célébrité du personnage, c'est bien évidemment qu'il ait été l'artisan de la mise en place de l'école laïque, gratuite et obligatoire (qui n'a pas apporté de réelle amélioration, bien au contraire), mais on oublie souvent qu'il a aussi été un des grands promoteurs de l'expansion coloniale française.
    Il est particulièrement ahurissant de lire cet extrait de son discours à l'Assemblée Nationale du 28/07/1885 :
    "Messieurs, il y a un second point, un second ordre d’idées que je dois également aborder (...) : c’est le côté humanitaire et civilisateur de la question. (...) Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. (...) Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. (...) Ces devoirs ont souvent été méconnus dans l'histoire des siècles précédents, et certainement quand les soldats et les explorateurs espagnols introduisaient l'esclavage dans l'Amérique centrale, ils n'accomplissaient pas leur devoir d'hommes de race supérieure. Mais de nos jours, je soutiens que les nations européennes s'acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation"
    Et pour couronner le tout, Ferry était... je vous le donne en mille... franc-maçon !!!
    Et bien voilà. Le grand mot est lâché. "Races supérieures", non mais on nage en plein délire mad! Si Ferry avait pris la peine de prendre la Bible au sérieux, il aurait su que ça n'existe pas, une race supérieure. Mais bon, un franc-maçon n'est pas censé croire en une vérité absolue sarcastic... De Jules Ferry en 1885 jusqu'à Aristide Briand en 1905 (jusqu'à François Hollande en 2015), les laïcistes ne s'arrêteront que quand toute trace de christianisme aura été éradiquée de la surface de la planète.

                                  
    Joseph Arthur, comte de Gobineau (1816- 1882)    Joseph Simon Gallieni (1849-1916)

    Gallieni est surtout connu pour avoir eu l'idée géniale de réquisitionner des taxis pour y caser du rab de troufion à livrer à la Marne et contribuer ainsi à une victoire décisive pour la 1ère Guerre Mondiale. Mais est-il vraiment le héros que nos manuels d'histoire se plaisent à dépeindre ?
    En 1896, il fut nommé gouverneur général à Madagascar pour faire de la "pacification". Il s'était exprimé ainsi sur sa politique coloniale :
    "Frapper à la tête et rassurer la masse égarée par des conseils perfides et des affirmations calomnieuses, tout le secret d’une pacification est dans ces deux termes. En somme, toute action politique dans la colonie doit consister à discerner et mettre à profit les éléments locaux utilisables, à neutraliser et détruire les éléments locaux non utilisables"3
    Digne de Machiavel, non beurk?

    Il instaura le travail forcé des indigènes, fit déplacer les reliques que constituaient les os des grands rois des temps anciens de la cité d'Ambohimanga vers la capitale pour faire perdre leurs repères aux malgaches, appliqua une politique racialiste qui n'était jamais qu'une version raffinée de "diviser (les ethnies) pour régner", imposa l'enseignement français laïque dans les écoles (qui, ironie du sort, ont été bâties par les missionnaires) et exerça une répression féroce. Il aurait fait de 100 000 à 700 000 morts pour une population de 3 millions. D'après Wikipedia, "ces chiffres doivent toutefois être pris avec beaucoup de précautions ; d'une part, des africanistes français (Daniel Lefeuvre, Bernard Lugan), les considèrent comme étant considérablement exagérés ; d'autre part, la sociologie d'influence française correspond souvent à une activité militante d'extrême-gauche" mais c'est du boniment à la graisse d'oie de Coromandel sans doute introduit par un membre qui n'arrivait pas à concevoir un chiffre pareil et qui a donc décidé d'atténuer ces propos sans déclarer une guerre d'édition ouverte sarcastic et je pencherais plutôt, pour ma part, vers le haut de la fourchette.
    Pour ne pas nous compliquer la vie, prenons la médiane, c-à-d 400 000 pendant les 8 ans pendant lesquels il était gouverneur général de Madagascar pour une population de 3 million. Arrêtez-moi si je m'abuse, mais c'est pas ce qu'on appelle un génocide beurk ? La Palestine fait la une des journaux actuellement mais elle n'a pas le monopole de l'atrocité...

    La question se pose : comment a-t-il trouvé la justification morale pour commettre toutes ces atrocités ? Ce qu'il faut savoir, c'est qu'il s'est énormément inspiré du philosophe Joseph Arthur de Gobineau, qui était lui-même directement influencé par... je vous le donne en mille... le darwinisme.

    Mais la série noire ne s'arrête pas là. Comme je l'ai dit, l'enseignement laïc humaniste a été imposé dans les écoles publiques (et vous n'ignorez pas que même les écoles privées sont bien obligées de faire chorus, bon gré mal gré, dans ce genre de situations), avec la théorie de l'évolution à la base, et, petit à petit, malgré le christianisme sous-jacent, les générations à venir furent endoctrinées dans l'idée que la Bible n'est qu'un conte de fées, que l'homme est le maître ultime de sa destinée et qu'il n'y a pas de norme morale objective.
    Aujourd'hui, c'est le chaos. La colonisation a irrémédiablement plombé tout espoir de développement pour Madagascar, dans quelque domaine que ce soit. La pauvreté est telle que le malgache moyen vit avec moins de 2 $ par jour (d'après l'estimation de la Banque Mondiale, et je peux dire que ce n'est pas exagéré), l'insécurité monte en flèche, les despérados poussent leurs raids jusque dans les banlieues des grandes villes, les journaux relatent au moins un crime sexuel par semaine, l'ivrognerie, la fornication, la pornographie, l'homosexualité, la pédophilie sont devenus monnaie courante,... et Dieu nous punit de l'avoir rejeté en envoyant sauterelles, cyclones toujours plus violents, sécheresse, peste, etc.

    Voilà les effets de la théorie de l'évolution sur un peuple entier. Je vous en conjure, que chacun prenne ses responsabilités et fasse passer ces informations partout où il le pourra. L'important, c'est qu'autant de personnes que possibles changent leur cœur en le donnant à Jésus Christ, c'est ainsi qu'une bande de 12 pauvres types disciples d'un charpentier ont changé tout un empire, puis le monde à long terme. C'est comme ça qu'on améliore un pays, par le réveil spirituel (et non par la "dissidence").

    1. Provine, W. B., Origins Research 16(1), p. 9, 1994. Revenir au texte.
    2. Extrait de Oord, T. J. et Stark, E., "A conversation with Eugenie Scott", Science and Theology News, 01/04/2002. Revenir au texte.
    3. Gallieni, J. S., cité dans Ruscio, A., "Le crédo de l’homme blanc", p. 250-251, 2002. Revenir au texte.
    « L'Evangile : évolution ou création ? Épisode 5L'Evangile : évolution ou création ? Épisode 7 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :