• L'enfer

    L'enfer


    Pourquoi un Dieu d'amour enverrait-il Ses créatures en enfer ? Question qui a fait couler pas mal d'encre (et d'octets). Les incroyants prétendent que ce serait injuste de la part de Dieu de juger le péché, et plus encore d'envoyer les pécheurs en un lieu de châtiment éternel. On se demande bien par quelle autorité ils se permettent de juger vu qu'ils prétendent ne pas croire en le Dieu qu'ils accusent et qu'ils n'ont aucun critère objectif pour la justice et l'injustice de ce fait wink2. Les croyants aussi se posent souvent la question de savoir si c'est juste pour Dieu d'envoyer en Enfer les gens qui n'ont jamais entendu parler de Jésus Christ et qui n'ont donc jamais eu de chance de croire en Lui.

    Que ce soit bien clair entre nous, je ne fais pas ça de gaieté de cœur. Personne n'aime attarder sa pensée sur un lieu de souffrance éternelle. Toutefois, pour qu'il y ait une Bonne Nouvelle, il faut bien qu'il y ait une mauvaise nouvelle : il faut bien que Jésus Christ soit venu nous sauver de quelque chose de si horrible que ce salut apporte une gloire incommensurable à Dieu.

    Qui va en enfer ?

    Quand les incroyants cités ci-dessus parlent de l'enfer, ils en parlent comme s'il serait peuplé de gens innocents (comme eux, je suppose no). Et pourtant la Bible ne dit nulle part que les innocents passeront une seule seconde en enfer. Au contraire, l'enfer est la réponse de Dieu à l'injustice fondamentale de la vie. Nombreux sont les assassins, les violeurs et autres gangsters qui ne subissent pas de jugement dans leur vie (ce fut le cas de Franco). Chacun sait que ce serait injuste et mauvais s'ils ne rendaient jamais compte de leurs actes, quelque chose dans le cœur humain exige justice.
    Alors, certains doivent se dire qu'ils ne sont pas méchants au point de mériter l'enfer, qu'ils ne sont pas comparables à Hitler, Staline, Mao, Pol Pot ou Gilles de Rais. Mais c'est la parole de Dieu qui nous informe que "selon qu’il est écrit : Il n’y a point de juste, pas même un seul ; nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu ; tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n’en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul ;" (Rom. 3:10-12). Après tout, tout le monde a des griefs envers les autres. Si quelqu'un vous a volé, trompé, fait du mal ou quoi que ce soit d'autre d'injuste, vous exigeriez justice, de par le sens du bien et du mal qui est en vous (et à ce moment, vous êtes d'accord avec le concept d'enfer). Dieu aussi, quand nous Lui faisons des crasses (en d'autres termes quand nous péchons), Il exige justice, comme nous le faisons à notre manière imparfaite.

    Le péché : une rébellion envers notre Créateur plein d'amour

     Le monde que Dieu avait créé au départ pour les humains était parfait. Nous pouvons à peine imaginer actuellement ce que ça pouvait être de vivre dans un endroit sûr et idyllique où l'être humain pouvait obtenir ce qu'il voulait, et où il pouvait avoir une relation privilégiée avec son Créateur qui aurait duré éternellement tant qu'il obéissait à quelques commandements simples (cultiver le jardin, avoir des enfants, ne pas manger du fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal).

    Mais ça ne les a pas empêchés de désobéir au 3e, et le péché a immédiatement brisé leur relation parfaite avec Dieu. Adam et Ève avaient d'ailleurs compris qu'ils avaient mal agi et en avaient honte.

    Dieu étant saint, c-à-d complètement séparé de tout ce qui est péché, et étant leur Créateur, Il avait parfaitement le droit (voire le devoir vu qu'Il est parfaitement juste et saint) de juger leur rébellion en conséquence. Il aurait pu prononcer la peine de mort recta et aurait été parfaitement juste à ce moment. Mais comme Il est aussi parfaitement aimant et miséricordieux, Il n'a pas mis prématurément fin à la race humaine ; Il est omniscient, aussi savait -Il ce qui allait se passer et avait-Il déjà un plan pour racheter la race humaine. Adam et Ève sont morts spirituellement (c-à-d que leur relation parfaite avec Dieu était brisée), mais Ils continueraient à vivre assez longtemps pour avoir des enfants, qui hériteraient de leur penchant pour le péché.

    Dieu, plutôt que de laisser Adam et Ève se contenter des feuilles de figuier qu'ils s'étaient tissées comme vêtement (et qui n'étaient pas des vêtements décents), tua des animaux et fit des vêtements de leurs peaux. Ce fut la 1ère mort, et le sacrifice d'animaux innocents pour la couverture des péchés et le report de la colère de Dieu devrait continuer pendant des milliers d'années.

    Comme Dieu ne voulait pas laisser l'humanité périr (cf. 2 Pi. 3:9), Il a promis à Ève qu'Un de ses descendants vaincrait Satan (Gen. 3:15). On appelle ça le "protévangile", car c'est la 1ère allusion à l'Évangile de la Bible. Le reste de l'Ancien Testament peut se caractériser comme la manière dont Dieu traite le péché, soit en le châtiant directement, soit en accordant un sursis dans Sa grande miséricorde, ainsi que comme la manière dont Il prépare l'arrivée du descendant d'Ève promis.
    Lorsqu'il nous est dit qu'"Adam, âgé de cent trente ans, engendra un fils à sa ressemblance, selon son image" (Gen. 5:3), nous n'avons aucun doute que la nature pécheresse d'Adam est héréditaire.

    Qu'est-ce que le péché ?

    Pour faire simple, c'est tout ce qui n'est pas conforme aux critères parfaits d'un Dieu parfait et saint. Ça peut être quelque action mauvaise que nous faisons ou quelque action bonne que nous ne faisons pas. C'est Dieu qui détermine ces critères, car Il est le Créateur, et ces critères ne sont pas arbitraires, mais ils prennent leur source dans Sa nature. Nous jugeons souvent que tel péché est plus grave que tel autre, mais, aux yeux de Dieu, qui vole un œuf vole un bœuf : tout péché est une offense envers Dieu puisqu'Il est saint.

    Qui plus est, les humains ont une nature pécheresse, un penchant envers le péché. Nous ne pécherons pas toujours à chaque opportunité, ni dans la plus grande mesure, mais tout le monde péchera une fois l'opportunité donnée. En fait, la lutte contre la tendance humaine à faire des choses dont nous n'avons pas envie parce que nous les savons mauvaises (la lutte contre la chair) nous rappelle en permanence que nous sommes rien moins que parfaits et que nous sommes des pécheurs-nés, d'où notre besoin impératif d'un Sauveur.

    À quoi servait l'arbre de la connaissance du bien et du mal ?

    Vous êtes peut-être en train de vous dire que rien de tout cela ne serait arrivé si Dieu n'avait pas planté cet arbre, mais ce serait bien mal comprendre sa fonction. Cultiver le jardin d'Éden allait de soi puisqu'à cette époque la Terre n'était pas difficile à travailler et que nos ancêtres primordiaux se seraient bien mal nourris sans ça. Idem pour ce qui est de remplir la Terre, la solitude est pesante, avoir des relations sexuelles et une famille sont des choses merveilleuses. Par contre, ne pas toucher à un fruit ne semble pas justifié à 1ère vue, et c'est là que se trouve la raison pleine d'amour qui a poussé Dieu à mettre l'arbre de la connaissance du bien et du mal en Éden.

    Dieu a créé l'homme pour avoir une relation privilégiée d'amour avec lui, mais celle-ci ne peut être obtenue que s'il y a libre-arbitre. On peut programmer un cyber-chien ou un tamagotchi pour qu'il nous aime, par exemple, mais ça ne voudra rien dire puisqu'il est programmé pour ça, alors qu'un vrai chien choisit d'aimer son maîmaître ou pas. Dieu voulait que les humains L'aiment pour ce qu'Il est, pas pour ce qu'Il leur a donné. C'est comme avec les meufs he. Mais cela exigeait qu'ils aient eu une chance de choisir de ne pas L'aimer, de se rébeller. L'arbre était là pour donner à l'homme le choix d'obéir à Dieu ou de se rebeller contre lui, et Adam a choisi la 2option.

    Mais heureusement Dieu, dans Sa miséricorde, nous a donné une 2e occasion de faire ce choix en Jésus-Christ.

    Jésus ou l'incarnation de l'Amour de Dieu

    Jésus Christ, 100% homme et 100% Dieu, parent de tous les hommes de par sa descendance d'Adam et Ève, ayant vécu une vie parfaite en obéissant parfaitement à la Loi de Dieu toute Sa vie, était l'accomplissement de la promesse de Dieu : dans Es. 59:20, le mot traduit par Rédempteur est "goel", qui désigne aussi le vengeur du sang ou le membre de la famille qui a le droit de racheter la terre d'un parent. En d'autres termes, le Rédempteur se devait d'être lié à l'humanité par la parenté.

    Il faut bien comprendre que c'était le seul moyen pour l'humanité d'être sauvée. Nous aurons beau nous efforcer de faire le bien, nous ne pouvons pas nous sauver nous-mêmes, il n'y a pas d'autre religion ni de philosophie ni de Dieu qui puisse nous sauver. Si Jésus ne s'était pas laissé crucifier, et s'Il n'avait pas ressuscité le 3jour, nous n'aurions aucun espoir frown.

    Quand une personne se repent de son péché et met sa confiance en Jésus Christ, Dieu accepte le sacrifice du Christ en tant que paiement pour les péchés de cette personne (Es. 53:6) et met à crédit la justice de Jésus à cette personne (2 Cor. 5:21). Cela l'amène à une juste relation avec Dieu, au sens légal du terme : son casier est vierge (on appelle ça la justification). Qui plus est, le Saint Esprit fait Sa demeure en la personne et entame le processus qui va la rendre effectivement juste (on appelle ça la sanctification). De plus, la personne dispose de tout un tas de privilèges qui viennent avec le fait qu'elle est un enfant de Dieu.

    Les rebelles à leur Créateur plein d'amour


    Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde

    Nous ne sommes donc pas blancs comme neige du tout devant Dieu, parce que non seulement nous avons cette nature pécheresse en nous, mais en plus nous coopérons avec elle, et en fait nous aimons ça. Cet aphorisme d'Oscar Wilde l'illustre bien : "Le meilleur moyen de se débarrasser d'une tentation, c'est d'y succomber." Nous sommes donc coupables pour nos péchés. Nous méritons tous d'aller en enfer, pourtant Dieu nous a fourni une échappatoire : ceux qui se repentent et acceptent Jésus Christ comme Seigneur et Sauveur ne sont pas jugés, car le sacrifice de Jésus Christ a payé leur caution. Nous n'y avons aucun mérite (Rom. 5:6, 8) ni aucune part (Jn. 6:44).


    Michel Onfray              Philip Pullman

    Malheureusement, nombreux sont ceux qui ne se repentent pas. Il y a ceux qui n'ont jamais entendu parler de l'Évangile, il y a aussi (surtout) ceux qui en ont entendu parler et qui l'ont rejeté pour une raison ou une autre (des raisons du dernier ridicule souvent sarcastic). Il y a aussi ceux qui descendent dans une haine consciente de Dieu, comme Michel Onfray, le chantre de l'hédonisme français, vous savez, celui qui se fait acclamer sur le plateau d'"On n'est pas couchés" sarcastic, ou Philip Pullman, l'auteur de la trilogie "À la croisée des mondes" (une saga d'heroic fantasy conçue exprès comme une antithèse des Chroniques de Narnia) ; ils Le reconnaissent et L'abominent, comme Satan et les autres anges déchus. Et ce sont eux qui se plaignent comme quoi Dieu est injuste d'avoir créé l'enfer alors qu'ils l'ont choisi eux-mêmes sarcastic...

    Si le sacrifice de Jésus est la seule voie de salut et que qqn la rejette, il va de soi qu'il ne reste que la condamnation pour lui. Dieu ne va jamais aller à l'encontre du libre arbitre de la personne en question.

    L'enfer : un endroit dédié à ceux qui rejettent le Dieu d'amour

    Pour des gens qui aiment autant Dieu que nous, Il est difficile de concevoir qu'il existe des gens qui détestent Dieu au moins autant que nous L'aimons, et pourtant ça existe. Si quelqu'un s'avise d'évangéliser sur un groupe Facebook d'athées, il risque de recevoir la volée d'insultes de sa vie. Si Dieu se montrait à eux, ils ne se repentiraient absolument pas, oh que non noIls lui montreraient le majeur et se damneraient pour l'éternité.

    De même que la personne qui meurt se retrouve finalement entièrement sanctifiée par l'Esprit Saint, il arrive la chose inverse à l'incroyant qui meurt. Il a choisi de renier le Christ dans la vie et il devient incapable de se repentir pour l'éternité, il haïra Dieu pour toute l'éternité. Jésus nous a prévenu que certains ne croiraient pas même s'Il se relevait des morts (Lc. 16:31). L'incroyant ne peut entrer au Paradis car il incarne tout ce qui ne peut en aucun cas entrer au Paradis, et d'ailleurs, s'il se retrouvait dans la présence de Dieu, le pire supplice chinois serait de la gnognotte à côté (un peu comme moi si je devais assister à un concert de Justin Bieber ou Matt Pokora pour l'éternité happy). Il aura perdu la capacité de voir en Dieu autre chose que quelqu'un de terrifiant et de détestable.

    Au final, l'enfer correspond à ce qu'ils ont désiré toute leur vie : un endroit où Sa présence ne Se manifeste plus comme elle Se manifeste en cette vie. Bien sûr, cela signifie aussi qu'aucune des grâces et des bénédictions que Dieu accorde même aux incroyants en cette vie (Mt. 5:45) n'y est.

    Et ceux qui n'ont jamais entendu l'Évangile alors ?

    On se demande souvent pourquoi Dieu enverrait quelqu'un qui n'a jamais eu la chance d'entendre l'Évangile en enfer, mais ce point de vue impliquerait que les gens sont dans un état neutre et qu'ils choisiraient d'être pour ou contre quand ils entendent l'Évangile. Ce n'est pas le cas : tout le monde est en état de rébellion envers Dieu par défaut, et seule l'opération du Saint Esprit peut changer ça. Les gens qui n'ont jamais entendu l'Évangile sont donc rebelles envers Dieu et ils seront jugés par rapport à la révélation de Dieu et de Sa Loi qu'on retrouve dans la nature. D'après Rom. 1:18-28, certaines vérités fondamentales sur Dieu sont évidentes quand on examine la Création, si bien que les gens n'ont aucune excuse. Rom. 2:14-16 nous apprend que les gens ont une conscience (qui vient nécessairement de Dieu) mais qu'ils ne sont même pas fichus de respecter leurs propres critères moraux, et ceux de Dieu encore moins.

    En fait, l'existence de gens qui n'ont jamais entendu parler de l'Évangile devrait nous pousser à le prêcher de manière d'autant plus virulente, plutôt que de perdre notre temps à remettre en question la justice de Dieu : "Faire mourir le juste avec le méchant, en sorte qu’il en soit du juste comme du méchant, loin de Toi cette manière d’agir ! Loin de Toi ! Celui Qui juge toute la terre n’exercera-t-Il pas la justice ?" (Gen. 18:25)

    Le Dieu d'amour est devenu notre Sauveur !



    Si un Dieu d'amour envoie des gens en enfer, c'est vraiment parce que ces gens ont fait de telles décisions qu'ils ne Lui ont pas laissé le choix. L'existence et la réalité d'un jugement éternel à de quoi remettre les idées des incroyants en place, et personne n'a vraiment envie de s'y attarder trop longuement. Mais la personne qui va en enfer a rejeté consciencieusement Christ, qui est mort pour que tous ceux qui se repentent soient sauvés. Alors si un être rebelle et entêté choisit une voie destructive qui le mène en enfer à terme, Dieu n'est pas à blâmer. En fait, nous méritons tous l'enfer de par notre nature pécheresse qui nous sépare de Dieu, mais gloire à Lui pour Jésus ! Amen !

    La bonne nouvelle, c'est que si vous lisez cet article, vous êtes toujours vivant, et si vous n'avez pas encore accepté le Seigneur Jésus Christ dans votre vie, il n'est pas encore trop tard pour échapper au terrible destin qui attend tous ceux qui se rebellent contre leur Créateur, et si vous l'avez déjà fait, profitez du temps qu'il vous reste pour faire passer le message (de l'Évangile) à votre prochain comme si sa vie en dépendait (ce qui est le cas).
    Si vous estimez que vous êtes une bonne personne qui n'a pas besoin d'être sauvée, vous devriez pouvoir répondre facilement à ces questions :
    Avez-vous jamais volé ?
    Avez-vous jamais menti ?
    Avez-vous jamais manqué de respect à vos parents ?
    Avez-vous jamais convoité le bien d'autrui ?
    Avez-vous jamais blasphémé ?
    Avez-vous jamais regardé une femme mariée avec convoitise ?
    Avez-vous jamais haï quelqu'un ?

    Si vous avez répondu non à toutes ces questions, alors félicitations, vous êtes un surhomme happy. Sinon, c'est que vous êtes honnête avec vous-même et vous vous êtes rendu compte que vous avez transgressé la loi du Dieu de justice, et de ce fait perdu tout droit à une éternité de bonheur en Sa présence. Si vous n'acceptez pas Jésus Christ en tant que Seigneur et Sauveur, vous devrez répondre de votre propre chef devant le tribunal divin, et là vous n'aurez clairement pas l'ombre d'une chance. Par contre, si vous croyez, alors "nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste." (1 Jn. 2:1).

    « L'Évangile dans l'espace-tempsFils de Dieu et Néphilim, épisode 1 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    capucine
    Mardi 6 Novembre 2018 à 13:49

    narindra,super!!

    question:Franco s'est repenti?

    petite suggestion:"et ce sont eux qui se plaignent comme quoi Dieu etc.."ne me semble pas correct mais je peux me tromper...c'est mon oreille qui le dit...

      • Mardi 6 Novembre 2018 à 18:30

        Merci de ton commentaire et tes encouragements, Capucine smile

        Je n'ai jamais entendu dire que Franco se soit repenti de quelque manière que ce soit (contrairement à Napoléon dont on sait qu'il est revenu à des sentiments plus chrétiens à Sainte-Hélène). En l'absence de preuve du contraire, partons donc du principe qu'il ne s'est pas repenti jusqu'à la fin ^^

        Ma tournure de phrase me semble correct mais si tu en as une meilleure, je suis preneur yes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :