• Noël, épisode 1

    Un peu de démystification

    Salut tout le monde ! Noël approche et nous espérons tous sincèrement que les jihadistes ne viendront pas y fourrer leur nez. Pour marquer le coup, je vais publier une courte série d'articles traitant de différents sujets en rapport avec Noël.

    Toutefois, avant même que de pouvoir passer un joyeux Noël, il va d'abord falloir s'assurer que c'est bien conforme à la volonté de Dieu. Aussi, ce 1er épisode consistera-t-il à réfuter les arguments des grinchs qui refusent de fêter Noël et veulent pousser les autres à faire de même (Rom. 14:12-13).

    Grinch ? Vous avez dit grinch ? Un mot sur la satire biblique

    Je suis tout à fait conscient que certaines personnes qui me lisent et qui me voient comparer certains chrétiens à des "grinchs" vont monter sur leurs grands chevaux en m'accusant de manquer d'amour et d'agir en mauvais chrétien. Leur intention est peut-être bonne, mais cette accusation complètement erronée.

    Je sais que le problème, quand on dénonce une fausse doctrine, est qu'on sape la crédibilité des personnes qui l'enseignent. On se retrouve à heurter inopinément les sentiments de la personne car des questions de réputation, de fierté et tout ça, sont en jeu. Toutefois, les personnes qui enseignent aux chrétiens à haïr la fête consacrée à la naissance du Sauveur n'ont aucun scrupule à le faire sur la scène publique (notamment YouTube), il faut donc bien que je publie ma réfutation sur la scène publique.

    Quoi qu'il en soit, mon utilisation du grinch est purement motivée par la fantaisie, dites-vous bien que je ne "clashe" pas pour le plaisir. D'autre part, il y a un précédent biblique qui légitime des critiques bien plus tranchantes encore que mes critiques les plus tranchantes.

    Jésus a souvent réprimandé ses adversaires. Mat. 23 est un exemple-type, et les Pharisiens ont dû en ressortir rouges comme des pivoines wink2.

    Ses Apôtres, élus par Ses soins, ont souvent réprimandé les enseignants de fausses doctrines, en fait, Paul a même réprimandé Pierre lorsque celui-ci a entraîné d'autres disciples dans son hypocrisie (Gal. 2:11-14), Paul a commandé a Timothée de reprendre ceux qui agissent mal (2 Tim. 4:2), et 2 Cor. 10:5 dit : "Nous renversons les raisonnements et tout obstacle qui s'élève avec orgueil contre la connaissance de Dieu, et nous faisons toute pensée prisonnière pour qu'elle obéisse à Christ."

    Les fausses croyances sont parfois carrément tournées en dérision dans la Bible, comme le fit Élie face aux prophètes de Baal (1 Ro. 18:27) happy, pour un plus grand bien : mettre à nu l'influence destructrice et néfaste des fausses doctrines.


    "Criez plus fort ! C’est un dieu. Il est occupé ! Il règle peut-être une affaire importante, ou bien il est en voyage, ou alors il dort, et il faut le réveiller !"

    Certains jeux de mots dans la Bible sont aussi des moqueries envers une certaine personne ou un certain système qui se dresse contre la révélation de Dieu. Ainsi, Gen. 11:9 dit : "C'est pourquoi on l'appela du nom de Babel, car c'est là que l'Éternel confondit le langage de toute la terre, et c'est de là que l'Éternel les dispersa sur la face de toute la terre." Certains sceptiques accusent la Bible de se tromper ici, car "Babili" veut dire "porte des dieux", alors que "confusion", c'est "balal", mais il n'y a pas d'erreur : le jeu de mots est intentionnel. Les humains ont cru prétentieusement qu'ils pouvaient faire leur petit truc sans que Dieu S'en mêle, et Celui-ci les a remis à leur place ; on ne se souviendrait de leur grand-œuvre que pour la confusion qui y serait associée cool.

    Les personnes dont je parlais plus haut ont tendance à essayer d'esquiver ces arguments en déclarant qu'Élie, Jésus et les Apôtres avaient une autorité que nous n'avons pas, mais cela prouve qu'elles méconnaissent le contexte historique. La culture occidentale moderne est une culture de victimisation où il est tabou d'offenser les catégories de victimes déterminées par l'élite libérale dirigeante, mais les anciens forums publics (ainsi que certains espaces d'expression publique moderne d'ailleurs) étaient régis par le paradigme du défi et de la riposte, et dans le milieu culturel du Nouveau Testament, c'était un phénomène central, qui devait se jouer en public. L'objectif de chaque partie était de saper l'honneur ou le statut social de l'autre dans un échange qui répond à égale mesure à l'adversaire (et qui donc le défie en retour)1. Ainsi, quelqu'un d'honorable, dans cette culture, plutôt que de simplement se défendre, contre-attaque.

    Nous avons de nombreux exemples, dans les Évangiles, où Jésus refuse de se défendre mais déplace le débat sur une contre-question, et va jusqu'à manquer de respect à l'adversaire si nécessaire. Par exemple, en Mt. 21:23-27, Mc. 11:27-33 et Lc. 20:1-8, Jésus entre dans le temple, et les chefs des prêtres et les scribes viennent pour essayer de le pièger en Lui demandant par quelle autorité Il agit. Jésus répond avec une contre-question au sujet de Jean-Baptiste. Ses adversaires refusant de Lui répondre, Il refuse aussi de leur répondre, ce qui est un manque de respect.

    Dans Mt. 22:15-22, Mc. 12:13-17 et Lc. 20:22-26, les Hérodiens et les Pharisiens font collusion pour essayer de piéger Jésus en lui demandant s'il fallait payer l'impôt à César : s'Il répondait "oui", Il était traître à la nation juive, s'Il répondait "non", Il était officiellement séditieux. Jésus pose donc une contre-question à propos du propriétaire de la pièce. Son fameux : "Rendez donc à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu" est une dénonciation de l'hypocrisie et de la déloyauté de Ses adversaires.

    Un autre exemple est Mt. 12:5 : "Ou n'avez-vous pas lu dans la loi que, les jours de sabbat, les prêtres violent le sabbat dans le temple sans se rendre coupables ?" Peu de gens remarquent que le "n'avez-vous pas lu" est un énorme manque de respect envers ces spécialistes de la Loi. Pour que vous compreniez bien, c'est pareil que si on demandait à Bernard Loiseau s'il y connaît quelque chose en cuisine ou si on demandait à David Douillet s'il a eu sa ceinture noire dans une pochette-surprise. Mais dans le paradigme du défi et de la riposte, c'est une réponse appropriée au défi d'honneur posé par les Pharisiens à Jésus au sujet du comportement de Ses disciples. Jésus leur répond du tac au tac en les attaquant sur le domaine qui faisait leur fierté.

    Il y a plein d'autres endroits où Jésus fait montre d'un talent considérable pour riposter, se révélant ainsi un prophète plein d'honneur et d'autorité.

    Et maintenant, entrons dans le vif du sujet en donnant la parole à notre invité, j'ai nommé, le grinch !

    Le grinch : "Ce n'est pas biblique de fêter l'anniversaire de Jésus ou qui que ce soit d'autre : à chaque fois qu'un anniversaire a été fêté dans la Bible, il y a eu un malheur !"

    Tu fais sans doute allusion à Gen. 40:20, l'anniversaire du Pharaon où celui-ci décapita son panetier, et à Mt. 14:6 et Mc. 6:21, l'anniversaire d'Hérode, où Jean-Baptiste fut décapité, grinch. Désolé d'avoir à te le dire, mais :

    • 2 exemples éloignés de 1 700 ans l'un de l'autre ne suffisent pas à établir une règle no,
    • les anniversaires n'étaient pas la cause des malheurs qui sont arrivés, mais uniquement les moments où ils sont arrivés,
    • et même si on suit ta logique, seuls les despotes et les tyrans ne devraient pas avoir le droit de fêter d'anniversaire smile.

    .

    De toute façon, il ne faut pas s'étonner qu'il y ait aussi peu d'anniversaires dans la Bible : à cette époque, seuls des gens riches et puissants avaient la possibilité de suivre de manière précise l'écoulement des jours. C'est pour ça que les personnages de la Bible ne fêtaient pas d'anniversaire, pas parce que c'était illicite ou un péché. C'est pour ça aussi qu'on a peu de précisions sur la date de naissance de Jésus dans la Bible.

    Le grinch : "Pourquoi alors que certains Pères de l'Église ont déclaré que fêter des anniversaires, c'est mal ? Dans ta gueule !"

    Certains ? Es-tu seulement capable d'en citer un seul arf ?

    Non ? Et bien moi, si. Il n'y en a qu'un et un seul qui ait dit que les anniversaires sont mauvais : Origène, dans un commentaire sur le Lévitique, mais, bien que je respecte Origène en tant qu'intellectuel et théologien, il n'était pas parfait et à suivi exactement le même raisonnement illogique que le tien à ce moment-là.

    Le grinch : "C'est ça, fais bien ton malin, mais ce que tu sais pas, c'est que le 25 décembre a été choisi comme date pour l'anniversaire de Jésus parce que ça correspondait à la date de naissance de certains dieux païens. Eeet ouais, et tous ceux qui fêtent Noël sont des sorciers et des satanistes ! Là !"

    Bon, OK, je vois le genre, il y a du travail.

    James Patrick Holding a effectué des recherches extensives à ce sujet, recherches dont il publie d'ailleurs le résultat dans son livre "Shattering the Christ myth: did Jesus not exist?" Sa conclusion est qu'il n'y a aucun dieu païen dont l'anniversaire ait été célébré le 25 décembre. Il va même jusqu'à dire qu'il n'y a que les dingues pour croire ce genre de truc. Et si tu as l'intention de faire le malin avec les mystères mithraïques, sache qu'il n'y a aucune preuve qu'on en ait célébré le 25 décembre no.

    Le grinch : "OK, OK, admettons, mais quand même, Noël est correlé aux Saturnales, qui étaient un festival romain où les gens allaient de maison en maison tout nus en chantant, se goinfraient, mangeaient de la nourriture cuite en forme de gens, s'échangeaient des cadeaux paillards et où les hommes couchaient entre eux ! Il est aussi corrélé à Sol Invictus, la fête païenne du renouveau du Soleil, liée au solstice d'hiver ! Essaie un peu de répondre à ça pour voir trolololololololololololololol XDXDXDXDXDXDXDXDXDXDXDXDXDXDXDXDXDXD !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"

    Avant de répondre à ça, je m'en vais t'apprendre un truc, grinch : corrélation n'est pas synonyme de relation de cause à effet ! C'est comme si tu me disais que parce que tu as mangé de la saucisse fumée la veille du tsunami de 2004, manger de la saucisse fumée provoque des tsunamis...

    D'abord et d'une, tu n'es pas sans savoir que le solstice d'hiver, c'est le 21 décembre. Les Saturnales, qui s'étendaient sur 7 jours autour du solstice, se fêtaient donc du 17 au 23 (ce qui est corroboré par Macrobe). Il n'y a donc pas de corrélation avec une fête qui se fête le 25. Et si tu as l'intention de te rabattre sur les Brumalia, comme certains, c'est peine perdue : ça se fêtait du 24 novembre au 17 décembre. Tu percutes ?

    La véritable raison pour laquelle les 1ers chrétiens ont choisi le 25 décembre pour date d'anniversaire du Christ est la tradition juive extra-biblique de l'année intégrale : la longévité d'un prophète était censée être un nombre rond d'années, aussi la date de sa mort devait-elle être celle de sa conception (le moment où la vie commence). La mort de Jésus a été estimée être le 25 mars par l'Église Occidentale et le 6 avril par l'Église Orientale. Ils ont donc estimé que Jésus fut conçu à la même date. Si t'ajoutes 9 mois au 25 mars, tu obtiens... le 25 décembre wink2. Idem, si t'ajoutes 9 mois au 6 avril, tu obtiens le 6 janvier, date de l'Épiphanie pour nous, mais date de l'anniversaire de Jésus pour l'Église Orthodoxe.

    Faut te rendre à l'évidence, grinch, ce sont les fêtes païennes qui ont pompé sur la fête chrétienne, et pas l'inverse. En fait, les Chrétiens observent cette fête au moins depuis l'an 202, (longtemps avant le concile de Nicée) puisque Hippolyte de Rome dit, dans son "Commentaire sur Daniel" :
    Pour le premier avènement de notre Seigneur dans la chair, quand il est né à Bethléem, huit jours avant les calendes de Janvier [25 décembre], le quatrième jour de la semaine [mercredi], tandis qu'Auguste était dans sa quarante-deuxième année, [2 ou 3 av. J.-C.], et qu'il s'était écoulé cinq mille cinq cents ans depuis Adam. Il a souffert dans la trente-troisième année, huit jours avant les calendes d'avril [25 mars], le jour de la préparation, la quinzième année de Tibère César [29 ou 30], tandis que Rufus et Roubellion et Gaius César, pour la quatrième fois, et Gaius Cestius Saturnin étaient consuls.
    Quant au Sol Invictus, il fut institué en 274 par Aurélien, qui voulait non seulement utiliser le solstice d'hiver pour s'affirmer politiquement, mais qui voulait sûrement donner une signification païenne à une date déjà importante pour les chrétiens romains. Par la suite, les chrétiens se sont réapproprié la "naissance du Soleil Invaincu" pour en faire la "naissance du Soleil de justice", à savoir Christ. Pour te donner une image, c'est exactement comme le débarquement allié : reconquérir le terrain conquis par l'ennemi.

    Le grinch : "Ah ? Euh... D'ac-o-d'ac, mais de toute façon, c'est pas possible que Jésus soit né un 25 décembre ! Tu vois vraiment les bergers paître leurs brebis par le froid de canard qu'il devait faire en Palestine au beau milieu de l'hiver ? Même Jacob y fait allusion en Gen. 31:38-40 ! Nananananèreuh !"

    Ce que tu omets, grinch, c'est que Paddan-Aram est en Mésopotamie, beaucoup plus au nord que Bethléem, la différence de température entre ces 2 lieux est au moins aussi grande que celle entre Anvers et Montpellier. La température minimum en décembre à Bethléem est d'en moyenne 6 °C. C'est supportable. En plus, il y a beaucoup plus de pluie à ce moment-là que dans le semestre précédent, donc plus d'herbe pour les moutons. Si on garde les moutons à l'intérieur par temps froid, ils ont plus de chance de choper une pneumonie à cause de l'accumulation d'ammoniac et d'humidité qui facilite la propagation des virus. Les moutons se portent bien mieux s'ils vivent à l'extérieur, il suffit qu'ils aient quelques arbres pour s'abriter du vent, d'autant plus que ça représenterait trop de travail sinon. Les moutons peuvent s'en sortir : leur laine les tient au chaud, même par temps neigeux (ce qui est de toute façon plutôt rare à Bethléem), et la lanoline de leur laine empêche l'humidité d'atteindre leur peau.

    Le grinch : "Attends un peu, j'ai lu quelque part sur le net un truc sur Zacharie, le père de Jean-Baptiste. Vu qu'il est de la classe d'Abia (Lc. 1:5), on peut savoir à quel moment il officiait. Élizabeth a conçu immédiatement après le retour de Zacharie de Jérusalem (elle devait être contente de le voir). Et on sait qu'elle en était à son 6e mois lors de l'Annonciation (Lc. 1:36). De là, on n'a plus qu'à faire le calcul."

    Bien essayé, grinch. Sincèrement, là, tu me surprends agréablement. Mais il y a plusieurs problèmes : primo, ton hypothèse de départ à propos de la conception d'Élizabeth est improuvable ; secundo, rien ne nous dit que le Saint Esprit a recouvert Marie tout de suite après sa visite à Élizabeth ; tertio, rien ne nous dit que la grossesse de Marie a duré 40 semaines pile poil. Et quarto, là, essaie de suivre parce que j'ai pas envie de rabâcher : tu peux bien me citer 1 Chr. 24:10, mais c'est beaucoup plus compliqué que ça : il y a eu 2 moments entre 1 Chr. 24 et la visite de Gabriel à Zacharie où le Temple ne fut pas utilisé : lors de la déportation à Babylone et lorsqu'Antiochus IV Épiphane le profana. De plus, les classes des prêtres sont répertoriées ailleurs dans la Bible, mais la classe d'Abia manque en Esd. 2:36-39 et elle est listée en 17e dans Ne. 10:2-8, 12e en Ne. 12:1-7 et 11e en Ne. 12:12-21. L'historien juif pharisien Flavius Josèphe dit qu'il y avait 24  classes de prêtres avant la destruction du Temple en 70, mais même en admettant que c'étaient les mêmes que celles d'1 Chr. 24, il y a beaucoup trop d'inconnues dans cette histoire pour déterminer une date précise.

    Le grinch : "Mais alors, si je te suis bien, tu veux dire que Jésus est bien né un 25 décembre ???"

    Non, pas du tout, ce que je veux dire, c'est que ça n'a rien d'hérétique de le croire et rien de satanique non plus de fêter notre Seigneur le 25 décembre à la base. Tout ce bigntz que font certains chrétiens comme toi contre Noël, c'est beaucoup de bruit pour rien ! Certains, au IIe siècle, ont supputé que Jésus est né un 20 mai, d'autres le 19 ou le 20 avril. Si tu veux fêter l'anniversaire de notre Seigneur à une de ces dates-là ou à n'importe quelle autre, il n'y a pas de problème !

    Pour nous les chrétiens, Noël est la fête où nous commémorons ce miracle mirobolant : le Dieu Créateur s'est rabaissé jusqu'à devenir un nourrisson, pour nous sauver de nos péchés et nous donner la vie éternelle ! Quoi de plus important ?

    Le grinch : "Tu oublies un truc : si Jésus nous a bel et bien demandé de commémorer Sa mort avec la Cène, la parole de Dieu ne nous demande nulle part de commémorer Sa naissance."

    Et pourtant, il y a un précédent biblique : les anges et les bergers ont loué Dieu pour avoir envoyé Son Fils dans le monde. Nous, les chrétiens, avons permission pleine et entière de le faire, et devrions en fait le faire chaque jour. Après tout, si tu ne veux pas faire un truc juste parce que la Bible ne nous le commande pas, qu'est-ce que tu fais là à la base puisque la Bible ne nous commande pas de surfer sur le net ? La commémoration a une importance bien réelle dans les Écritures : par exemple, tu as les 12 pierres en Jos. 4:5-7. De plus, Col. 2:16 et Rom. 14:5-6 nous font savoir que le chrétien est libre de choisir quel jour fêter. Les sapins de Noël, les guirlandes et les boules, les cadeaux, la buche, l'oie ou la dinde, s'échanger des cadeaux et des cartes de vœux, savourer un délicieux repas de Noël, tout cela, ce sont des plaisirs innocents et qui ne sont pas contre la Bible.

    Le grinch : "Attends, mais tu te f... de ma figure, j'espère ? Où est-ce que tu vois qu'on fête Noël avec révérence envers l'œuvre du Seigneur pour nous, toi, que ce soit ici en France ou ailleurs en Occident, à part peut-être dans foyers les plus chrétiens ? Noël n'est plus qu'un jour de marché effréné et de goinfrerie mondaine ! Les dessins animés et films de Noël ne mentionnent pratiquement jamais la naissance de notre Seigneur si ce n'est que pour la présenter comme un conte pour bébés ! Plus personne ne va à la messe ou au culte de Noël ! Les petits enfants n'attribuent plus leurs cadeaux au petit Jésus mais au petit papa Noël dont l'apparence a été décidée par Coca-Cola et qui en plus est censé être omniscient !!! C'est y pas de l'idolâtrie, oui ou crotte !?"

    Calme-toi, grinch. Je comprends tout à fait ton indignation. Et je suis de tout cœur avec toi, en fait. L'esprit de Noël, le vrai, celui qui consiste à rendre gloire à notre Sauveur, n'existe plus. Et c'est pour ça que c'est à toi et moi de répandre cet esprit de Noël, pas seulement en cette période mais toute l'année, comme dirait Frank Sinatra. Si nous en sommes là, c'est parce que l'Occident a rejeté ses racines chrétiennes. La plupart des Occidentaux n'y connaissent presque rien à la Bible désormais, c'est pour ça que le message de la croix est une folie pour eux (1 Cor. 1:18). C'est pour ça qu'il est si important de leur expliquer les fondements du message de l'Évangile, qui se trouvent dans la Genèse, quand nous prêchons.

    Nous devons expliquer aux gens que le message de l'Évangile est plus important que jamais en notre époque de suicides et d'anti-dépresseurs, pour que les chrétiens soient affermis comme jamais pour répandre ce message autour d'eux. Ramener nos pays à l'autorité de la parole de Dieu doit commencer par nous. Ce n'est qu'ensemble que nous y parviendrons, pas en nous disputant sur des broutilles comme l'arbre de Noël. Nous devons aussi réaliser que même si nous y arrivons, ce ne sera qu'une victoire temporaire si nous n'instaurons pas les commémorations nécessaires pour la génération suivante.

    Allez, qu'est-ce que tu dirais qu'on se retrouve pour déguster des chocolats de Noël, grinch ?

    Le grinch : "Vraiment ? Oh... c'est vraiment très gentil, surtout après que je t'en aie fait suer comme je l'ai fait... Tu m'as convaincu, je te souhaite joyeux Noël !"

    Et paix sur terre aux hommes de bonne volonté !

    1. Rohrbaugh, R. L. et Malina, B. J., "Social Science Commentary on the Synoptics", p. 42. Revenir au thème.
    « Des licornes dans la Bible ?Noël, épisode 2 »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    laure
    Dimanche 20 Décembre 2015 à 13:28
    Merci mon frère pour cet articlE. Tu m'as convaincue sois béni
      • Jeudi 10 Novembre 2016 à 02:46

        @Moh Tsu : ton 1er commentaire est une véritable insulte à l'intelligence des gens où tu te planques derrière le sophisme du "faites des recherches" (comme si ça n'avait pas déjà été fait) et en plus tu affirmes sans argumenter une idée qui est déjà réfutée dans le texte, à savoir que Mithra serait né un 25 décembre. En accord avec les règles de ce blog, il est donc supprimé.

        Pareil avec ta vidéo : pour faire court, c'est du grand n'importe quoi. Soit elle donne des arguments qui ont leur réponse dans ce blog, soit elle cite des sources fumeuses. Et puis franchement, quand on voit que la description parle d'Illuminati... Ce commentaire-là sera donc pareillement supprimé.

        J.P. Holding disait qu'il n'y a que les dingues pour croire un truc pareil. Autant dire que je me permets d'émettre d'énormes doutes sur ta santé mentale...

        Maintenant, si mes doutes sont injustifiés, sache qu'il y a des règles à ce blog et qu'on ne peut pas juste ramener sa fraise comme ça et faire ce qu'on veut. Je t'invite donc à les consulter ici. Tu verras que l'une d'elles stipule que l'objecteur ou le questionneur doivent d'abord faire une recherche sur ce blog pour voir si l'objection ou la question qu'il veut poser n'y aurait pas déjà sa réponse. Si tu refuses de t'y plier, tu seras banni purement et simplement : ce n'est pas un endroit pour les christophobes enragés ici.

        Une dernière chose : la prochaine fois que tu veux faire un commentaire d'ordre général, ne le fais pas en réponse à un autre commentaire qui n'a rien à voir avec ce que tu écris, d'accord ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :