• Poussé par Satan ou par Dieu ?

    Est-ce Dieu ou Satan qui a poussé David au recensement ?

    2 Samuel 24:1 : "  La colère de l’Éternel s’enflamma de nouveau contre Israël, et il excita David contre eux, en disant : Va, fais le dénombrement d’Israël et de Juda."

    1 Chroniques 21:1 : Satan se leva contre Israël, et il excita David à faire le dénombrement d'Israël.

    D'abord, affirmons d'emblée une chose : nous pouvons être sûrs que Dieu n'est pas l'auteur du péché et qu'Il ne tente aucun homme au péché (Ja. 1:13) cool. Un recensement en soi n'est pas un péché, mais Ex. 30:12-16 donne des exigences très précises sur la façon dont un recensement devait être mené sous peine de fléau, et ce recensement par David n'a pas suivi les instructions données par Dieu. David a fait preuve d'orgueil et il voulait juste afficher sa propre puissance au lieu de sa foi en Dieu.
    Or, voilà-t-il pas que 1 Chr. 21:1 nous dit que c'est Satan qui a excité David à faire le dénombrement d'Israël. Comment concilier cela avec 2 Sam. 24:1 oh ? Est-ce Dieu qui a incité David à faire recenser Israël, ou est-ce Satan arf ?

    La colère de Dieu envers le péché d'Israël

    Il n'est pas surprenant que la colère de l'Éternel ait été dirigée contre Israël à cette époque : il y avait certainement de quoi. Les Israélites étaient ingrats envers les bénédictions auxquelles ils avaient droit sous le gouvernement de David, et avaient une étrange propension à prendre part aux rébellions menées envers David d'abord par Absalom (2 Sam. 15:1-12), ensuite par Schéba, fils de Bicri (2 Sam. 20:1-2). Il y avait des conflits constants entre les commandants des armées, et Joab s'est avéré un meurtrier sans scrupules à plusieurs reprises (2 Sam. 3:27, 18:14, 20:10). Nous avons des raisons de penser que leur paix par rapport aux ennemis extérieurs et la prospérité du pays sous le règne de David les avait rendus sûrs d'eux et sensuels, et que Dieu était donc en colère après eux.

    Satan tente activement, Dieu permet la tentation

    Satan, en tant qu'Adversaire, a suggéré ce recensement parce que c'était une occasion à inciter à un péché, tout comme il a également mis dans le cœur de Judas de trahir le Christ. Satan est fréquemment décrit dans les Écritures comme faisant uniquement ce que Dieu lui permet de faire ; et donc, dans ce cas, il a permis à Satan de tenter David. Satan était le moteur actif, tandis que Dieu n'a fait que retirer Sa grâce, et le grand Adversaire a prévalu contre le roi. (Pour d'autres exemples de Dieu permettant la tentation et celle-ci Lui étant attribuée, voir 2 Sam. 16:7-13 ; 1 Ro. 22:20-23 ; Ps. 105:24-25.) Dieu, en tant que juste juge, en l'occurrence, a permis cela avec l'idée que de ce péché de David Il prendrait l'occasion pour punir Israël pour d'autres péchés, pour lequel Il aurait pu à juste titre les punir même sans ça.

    Il convient de noter que lorsque Dieu a un plan en tête, il permettra parfois à Satan et ses démons de faire ce qu'ils veulent (par exemple, mentir et causer catastrophe et mort), alors qu'en fait, ils exécutent la volonté de Dieu (qui, ici, voulait punir Israël pour leur idolâtrie et leur méchanceté). Quelques exemples bibliques : 2 Chr. 18:18-22 (version Semeur), où Dieu permet à un démon d'utiliser les faux prophètes pour convaincre Achab d'aller à la bataille et, finalement, à sa mort, et Job. 1-2, où Satan persécute Job.

    Dieu a jugé le péché d'Israël et ils ne se sont pas repentis

    Rappelez-vous que Dieu a apporté la famine sur la nation pour le péché de la maison de Saül (2 Sam. 21:1), qui, selon Ussher et Nolen Jones, venait de se terminer l'année précédente1. Après le recensement, Dieu a décidé une peste de 3 jours pour le péché de David. Peut-être que cette famine est venue pour que les dirigeants du peuple apprennent à reconnaître le jugement de Dieu, à soupçonner que leurs péchés en sont la cause, et à se repentir et se tourner vers Dieu subséquemment. Cela aurait eu une grande influence sur la repentance nationale et la réforme, ce qui aurait poussé les gens à apprendre à prier pour les personnes en autorité, que Dieu les préserve du péché, parce que, si les dirigeants s'engagent ouvertement dans le péché, toute la nation languit (Pr. 29:2). En effet, il nous est ordonné de prier pour les personnes en autorité (1 Ti. 2:1-3), car cela est agréable à Dieu. Mais (vous et moi pouvons le dire par expérience), nous ne voyons pas de repentir de ce genre chez les dirigeants ou les personnes qui se livrent à la rébellion ouverte, apparemment à la moindre incitation.

    Le plan de Satan, mais l'intervention de Dieu

    L'auteur de 1 Chroniques attribue cette histoire de recensement à Satan, qui voulait s'opposer à Israël et lui faire autant de mal que possible, peut-être même espérait-il détruire l'oint du Seigneur (David et/ou Salomon) qui aurait mis fin à la lignée terrestre à travers laquelle le Christ devait venir. Mais Dieu voulait punir Israël pour leurs péchés (notamment la rébellion), et il a permis à Satan de tenter David pour qu'Il puisse éradiquer les traîtres qui méprisaient le Seigneur et Son oint.

    Il n'y a pas de problème à réconcilier les 2 versets cités au début de l'article. Toute tentation est permise, mais pas causée, par Dieu. Quand les esprits mauvais nous tentent, ils ne le font que par permission (Job. 1:12, 2:6 ; Luc. 22:31).

    Dieu contrôle tout

    L'auteur de 2 Samuel (probablement Nathan ou Gad) a choisi de montrer toute cette affaire sous l'angle ultime de Dieu contrôlant toutes choses, tandis que l'auteur de 1 Chroniques (probablement Esdras) voulait mettre en valeur le complot satanique et comment Dieu a utilisé un outil pour Son jugement. C'est le même compte-rendu avec des emphases différentes. Cela se tient, car Nathan et Gad étaient des prophètes qui proclamaient que Dieu est au contrôle de toutes les affaires des hommes, et qu'Il sait et prédit les événements avant qu'ils ne se passent. Esdras, lui, était un prêtre qui avait plus à cœur de souligner la sainteté de Dieu, et sa haine du péché - la trahison et l'idolâtrie étant 2 des plus odieux, et les 2 auxquels Israël était le plus enclin. Le "point d'orgue" ici est que Dieu juge et punit le péché, et expurge le levain du péché de son peuple (cf. 1 Cor. 5:6-8). Satan avait à cœur le mal pour David et pour Israël, mais Dieu avait à cœur au final le bien de la nation sur le long terme cool, et a ainsi permis à Satan de provoquer David.

    Que les chrétiens, sur lesquels le doute pèse quelquefois, se souviennent de la promesse que ce qu’ils ne connaissent pas encore, ils le sauront plus tard. Qu’ils continuent à creuser dans cette mine inestimable que représente la Parole inspirée.

    1. Ussher, J., "The Annals of the World", p. 62–63 ; Jones, F. N., "The Chronology of the Old Testament", p. 100. Revenir au texte.
    « HalloweenLes attentats du 13/11/15 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Cyrille
    Mardi 21 Mai 2019 à 16:06
    Bel article
    2
    Tresor Mayaya
    Vendredi 21 Juin 2019 à 23:15
    Salut, Moi, personnellement je crois que David, avait commis un péché en dénombrant le peuple, sans exiger de l’offrande aux peuples d’Israël comme dans le livre de Exode 30.11 à 15. Si peut-être, il avait respecté l’instruction liée au dénombrement, peut-être, Dieu n’allait pas frapper. Comment trouvez-vous mon avis ? Merci beaucoup, Frère Trésor Mayaya.
      • Vendredi 22 Novembre 2019 à 13:17

        Effectivement. En fait, c'est exactement ce qui est dit dans le premier paragraphe de l'article smile.

        Merci pour ton message, Frère.

    3
    Regis
    Dimanche 17 Novembre 2019 à 11:19
    Il n'existe pas d'être appelé satan.
    Dans ces passages, on voit simplement dieu qui se place en adversaire, opposant (ce que signifie satan) à David.
      • Vendredi 22 Novembre 2019 à 13:14

        À affirmation péremptoire et non-étayée, réponse péremptoire et non-étayée :

        Euh... Non :)

    4
    Yann
    Dimanche 5 Avril à 13:56
    Merci Beaucoups pour cette explication, soyez béni au nom de notre Seigneur Jesus Christ!
    5
    Samedi 25 Avril à 08:35

    Le terme "satanas" signifie en tout premier lieu et avant tout "adversaire", il a souvent été appliqué par extension au diable. Mais pareil "diabolos" signifie avant tout le diviseur. Satan n'est pas un prénom ou un nom de famille, mais une qualification de l'ennemi de nos âmes. Le contexte d'Israêl permet de penser qu'un adversaire s'était levé (traduction proposé dans les notes de la Bible du semeur) et que cette situation a fait peur à David et l'a incité à faire le recensement pour montrer à cette puissance qui se levait contre lui, cet adversaire, qu'il était le plus fort. Je pense que l'on fait de l'ethnocentrisme en traduisant "Satan" plutôt que "adversaire". Notre culture occidental a fait du mot adversaire dans la Bible une généralisation systématique au diable. Mais très souvent il n'est pas traduit ainsi dans la Bible. Ceci explique pour quelles raisons ces deux textes sont dans le corpus biblique sans que personne n'y ait vu pendant des siècles une quelconque contradiction.

    Compte tenu de cet éclaircissement, il n'y a plus aucune contradiction. David a eu peur d'un adversaire, et cela l'a incité à pécher, mais comme Dieu gouverne tout et que David n'a pas voulu écouter Dieu, Dieu l'a livré à sa volonté d'homme. En un mot, c'est notre ethnocentrisme qui nous fait trouver une contradiction là où il n'y en a aucune.

      • Samedi 2 Mai à 03:27

        C'est en effet une possibilité, mais honnêtement, peu probable à mon sens : le verbe traduit par "inciter" dans ces 2 versets ne traduit jamais dans la Bible l'influence qu'une situation peut avoir sur les actions d'un individu. Au contraire, il traduit toujours l'influence qu'une personne tente d'avoir sur une autre en s'adressant à elle. De plus, on constate que ce verbe est utilisé de Satan (le vrai clown) en Job. 2:3.

        Il faut faire attention avec l'excès dans la mentalité de "vouloir se détacher à tout prix de la culture occidentale", car c'est ironiquement une mentalité occidentale (je le sais, j'étais bien près d'y tomber, et je ne suis pas occidental)... Il y a des vérités qui transcendent toute culture.

    6
    Benjamin
    Samedi 2 Mai à 15:20
    Bonjour,
    La traduction du verbe n’a aucune incidence, puisque dans le cadre de l’interprétation que je propose c’est bien un adversaire, un déni, certainement une nation belliqueuse ou un ennemi précis, qui incite David. Et si tu regardes bien dans notre vie personnelle, ça nous arrive souvent, que les circonstances d’une adversité nous pousse à faire des choses contre Dieu
      • Dimanche 3 Mai à 09:18

        Je me suis peut-être mal exprimé : par "traduire", je voulais parler de la notion que le verbe סוּת (suth) transmet. Est-il un seul exemple dans la Bible où ce verbe est employé pour parler d'une personne qui en incite une autre à qqch autrement qu'en s'adressant directement à elle ? Si oui, l'argument a une chance de tenir.

        Edit : en plus, si vous ne le savez pas, je vous l'apprends, mais un recensement prenait au bas mot des mois à l'époque. David aurait-il engagé une démarche prenant des mois pour faire face à un ennemi effrayant ?

    7
    Benjamin
    Dimanche 3 Mai à 23:38
    Bonjour,
    Mon hébreu est pas super bon et je n’ai pas ma biblio pour vérifier dans mes bouquins, mais c’est quasi sûr que ce soit le cas. Pour la pratique du recensement, oui elle est pratiquée dans le but de montrer qu’on a une armée puissante, et justement c’est précisément le péché de David : avoir voulu compter sur sa propre force humaine (son armée et son potentiel) plutôt que de faire confiance à Dieu qui peut libérer le peuple de Dieu de 1001 façons. Et c’est pourquoi Dieu le jugera si sévèrement dans l épisode juste après. Donc oui la pratique de recenser est quasi tout le temps en rapport avec le fait de « montrer ses muscles »
    8
    DKMG
    Mardi 5 Mai à 17:25
    Le point qui m'intéresse est celui où David reconnut ses faiblesses et accepta les corrections divines. Bon nombre, malgré leurs péchés continue dans l'orgueil vis-à-vis de Dieu. Aussi n'arrive-t-il pas à recevoir la rémission de leurs péchés. Bien-aimés, regrettons nos mauvais pas, confessons les puis abandonnons les. Quand on s'humilie à Dieu, il exerce envers nous sa bonté, sa compassion, son amour... Sa colère ne dure pas longtemps si on se repent.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :