• Le délire de Darwin, épisode 6

    L'eugénisme aujourd’hui ?


    Nous avons examiné dans l'épisode précédent la relation étroite entre darwinisme et eugénisme. Lorsqu'on met en évidence cette relation, certains ont vite fait de rétorquer : "Mais Darwin n'a jamais rien enseigné de tel !" Ben voyons sarcastic. Et la citation ci-dessous de Darwin, qui reflète ses opinions au sujet du rapport entre charité chrétienne et eugénisme, qu'est-ce que c'est ?

    "[Notre civilization fait de son mieux] pour endiguer le processus d'élimination ; nous construisons des asiles pour les imbéciles, les mutilés et les malades ; nous instituons des lois en faveur des pauvres ; et nos médecins déploient le summum de leur talent pour sauver la vie de tout le monde jusqu'au dernier moment. Il y a des raisons de croire que la vaccination a préservé des milliers de personnes qui, de par leur faible constitution, auraient auparavant succombé à la variole. Ainsi, les membres faibles des sociétés civilisées propagent leur espèce. Aucune personne qui ait assisté à l'élevage d'animaux domestiques ne doutera que cela doive être très préjudiciable à la race des hommes. C'est surprenant à quel point un désir d'attention, ou une attention mal dirigée, conduit à la dégénérescence d'une race domestique ; mais excepté dans le cas de l'homme lui-même, peu de gens sont si ignorants qu'ils laissent leurs pires animaux se reproduire."1

    Même C. Richard Dawkins pense que l'eugénisme, c'est pas si mauvais après tout, que même s'il ne s'agit pas d'être d'accord avec Hitler, l'eugénisme est souhaitable :
    "Mais si nous pouvons sélectionner du bétail pour la production laitière, des chevaux pour la vitesse et des chiens pour rassembler les troupeaux, pourquoi ne sait-il pas possible de sélectionner des humains pour leurs aptitudes en mathématiques, en musique ou en sports ?"

    Donc, en clair, tous ceux qui n'ont pas ces talents-là, on les laisse pas procréer oh ?

    Il continue :
    "Je me demande si, 60 ans après la mort d'Hitler, on ne pourrait pas se risquer à se demander enfin la différence qu'il y a entre sélectionner [ang. to breed] les humains pour leurs capacités musicales et forcer un enfant à prendre des cours de musique. Ou pourquoi est-il acceptable d'entraîner des coureurs rapides et des sauteurs qui sautent haut mais pas de les sélectionner ? Je peux penser à certaines réponses, et elles sont bonnes, ce qui pourrait finir par me persuader."2

    Mais pourquoi se sent-il obligé de mentionner ce bon vieil Adolf shocked ? Élementaire, mon cher Watson, celui-ci a fait des 2/3 de l'Europe un immense laboratoire eugénique erf!

    Ci-dessous, le logo de la 2e conférence internationale sur l'eugénisme :



    La symbolique est claire : il est estimé que les sciences doivent toutes concourir pour produire les êtres humains les plus intelligents et les plus vigoureux. Captain America, quoi happy...

    On a même créé un magazine spécial eugénisme. Il s'intitulait "Eugenics quarterly" jusqu'en 1969, où son nom fut changé en "Social Biology".



    Vous voulez savoir pourquoi wink2 ? Et bien, j'ai jugé utile de copier ce paragraphe de l'article Wikipedia sur la fondation Rockefeller, vous allez voir, c'est savoureux :
    "Dès 1913, la Fondation Rockefeller finance les programmes eugénistes américains ainsi que la Société eugénique Française en 1912. Elle finance également les programmes eugénistes de l’Allemagne nazie en aidant à la création et en finançant la Société Kaiser-Wilhelm et ce jusqu’en 1939[réf. nécessaire]. La fondation Rockefeller contribue également "à l'institutionnalisation de l'eugénisme au Danemark en finançant, en 1938, la création de l'Institut de génétique humaine de l'université de Copenhague. Elle avait auparavant joué un rôle dans la carrière de celui qui allait devenir son premier directeur et l'une des figures majeures de l'eugénisme danois : Tage Kemp. Médecin et biologiste, Kemp est parti en 1932 étudier la génétique aux États-Unis avec une bourse de la fondation Rockefeller puis a fait, en 1934, à la demande de la fondation, le tour des principaux centres de recherche d'Europe. Il a en particulier rencontré Otmar von Verschuer, figure majeure de l'eugénisme nazi dont il reconnaît, dans son rapport, les qualités scientifiques tout en soulignant l'engagement national-socialiste"3. Après la guerre, la fondation décide de changer le nom d’eugénisme pour celui d’étude de biologie sociale qu’elle intègre dans la nouvellement créée Society for the Study of Social Biology."

    1. Darwin, C., "La descendance de l'homme", p. 168. Revenir au texte.
    2. Dawkins, C. R., lettre au rédacteur du Sunday Herald (Écosse) 19/11/2006. Revenir au texte.
    3. Drouard, A., "Un cas d'eugénisme « democratique »". Revenir au texte.
    « Le délire de Darwin, épisode 5Le délire de Darwin, épisode 7 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :