• Le délire de Darwin, épisode 4

    Darwin et l'anthropologie



    C'est à Woollya (prononcé Woullaya), en Terre de Feu1, que Darwin a eu son 1er contact avec l'anthropologie.


    Capitaine Robert FitzRoy

    Une belle nuit de 1829, alors que le HMS Beagle, commandé par le capitaine Robert FitzRoy (1805-1865), des Fuégiens volèrent la chaloupe, qu'un groupe de 7 matelots avait accosté pour se protéger d'un orage soudain. Les matelots durent se fabriquer un radeau de fortune avec des branches et la toile de leur tente pour rentrer sur le Beagle.

    L'équipage du Beagle chercha ardemment sa chaloupe, car ils en avaient besoin pour explorer les canaux trop étroits pour le Beagle, mais sans succès. En guise de représailles, FitzRoy prit quelques fuégiens en otage. Voici comment l'historienne Gertrude Himmelfarb, spécialiste de la vie de Charles Darwin, raconte cet épisode :
    "Malheureusement, de telles mesures de rétorsion ne servirent à rien avec les fuégiens, qui transformèrent l'histoire en farce quand les adultes, après avoir mangé le meilleur repas de leur vie, sautèrent à l'eau et nagèrent jusque chez eux."2

    Il ne resta du groupe d'otages qu'une jeune fille, deux jeunes hommes et un garçon qui aurait été échangé contre un gros bouton de perle. Les marins les baptisèrent respectivement Fuegia Basket, Boat Memory, York Minster3 et Jemmy Button.

    FitzRoy décida alors de tenter une "expérience évangélique" : il allait les amener en Angleterre où ils apprendraient la civilisation anglaise et le christianisme, puis seraient renvoyés chez eux pour servir de missionnaires à leur peuple.

    Une fois en Angleterre, Boat Memory mourut promptement de la variole, malgré qu'il eût été vacciné4. Les 3 autres furent éduqués dans la civilisation anglaise victorienne et la foi chrétienne anglicane. Ils apprirent le jardinage, l'agriculture, l'élevage et "les fondements de la foi chrétienne". Ils s'avérèrent d'excellents élèves, au point qu'ils furent présentés au roi de Grande-Bretagne William IV et à sa femme Adélaïde.


    Fuegia Basket                                                  York Minster                                               Jemmy Button

    Le 27/12/1831, le Beagle, sous le commandement de FitzRoy, accompagné de son naturaliste bénévole Charles Darwin, appareilla de nouveau d'Angleterre pour un voyage d'exploration autour du monde, avec nos 3 lascars fuégiens à son bord. De ce fait, c'est en tant que personnes "civilisées", propres sur elles et distinguées que Darwin eut l'occasion de les connaître. Il raconte dans son journal que tous les 3 étaient intelligents. Fuegia Basket avait un talent pour les langues. Jemmy Button était très prés de la propreté de ses souliers, comme un vrai gentleman anglais5.


    Charles Darwin au moment du 2e voyage du Beagle


    C'est en 1834, soit un an après, que Darwin eut de nouveau l'occasion de rencontrer Jemmy Button. Il fut bouleversé par le changement :
    "Le 5 mars, nous jetâmes l'ancre dans une baie à Woollya [...] Bien vite, une pirogue avec un petit drapeau qui flottait approcha, avec l'un des hommes qui y étaient qui rinçait son visage de sa peinture. Cet homme était le pauvre Jemmy, devenu un sauvage mince et hagard, avec de longs cheveux en désordre, et nu, à part un morceau de couverture autour de la taille [...] Nous l'avions laissé rondouillard, grassouillet, propre et bien habillé - je n'ai jamais vu un changement aussi complet et bouleversant [...] Il semblerait qu'il ait appris à toute sa tribu un peu d'anglais : un vieil homme a annoncé spontanément "Jemmy Button's wife."


    Jemmy Button a déclaré être pleinement satisfait de son sort à Woollya.

    Puis, quand Jemmy Button retourna sur le rivage, "il alluma un feu en guise de signal, et les volutes de fumée montèrent, nous souhaitant un dernier et long adieu, alors que le navire s'éloignait sur l'océan."6

    Il faut savoir que la manière que Darwin avait de parler des Fuégiens dans son journal était empreinte de mépris, de racisme et d'ignorance crasse. Il les qualifiait souvent de "sauvages" et les comparait souvent, de manière péjorative, aux animaux. Il a notamment écrit :
    "Je n'aurais jamais cru que la différence entre le sauvage et l'homme civilisé était aussi grande : elle est plus grande que celle entre un animal sauvage et un animal domestique, quand on songe que l'être humain a un plus grand potentiel d'amélioration... Leur peau est d'un rouge cuivré sale [...] Le groupe entier ressemblait de près aux diables qui entrent en scène dans des pièces comme Der Freischutz."7
    [...]
    "Ces pauvres hères étaient freinés dans leur croissance, leurs visages hideux badigeonnés de peinture blanche, leurs peaux sales et graisseuses, leurs cheveux entremêlés, leurs voix discordantes et leurs gestes violents. En voyant de pareils hommes, on peut difficilement se pousser à croire que ce sont des congénères, et des habitants du même monde. On spécule souvent sur le plaisir que certains animaux inférieurs peuvent bien avoir dans la vie, on peut se poser d'autant plus raisonnablement la question au sujet de ces barbares ! La nuit venue [...] [ils] se couchent sur le sol humide enroulés sur eux-mêmes comme des animaux."8

    Le plus frappant de l'histoire, c'est qu'un observateur aussi intelligent et cultivé que Darwin n'ait pas été fichu de tirer la conclusion qui s'imposait, et c'est normal, car il était aveuglé par ses préjugés victoriens.
    Il estimait que Jemmy Button et sa tribu étaient trop "primitifs" pour assimiler et appliquer la "civilisation". Mais ce n'est pourtant pas sorcier : à quoi ça servait à Jemmy Button de savoir faire un thé, jardiner ou mettre sa cravate en Terre de Feu, un des endroits les plus hostiles de la planète ? Comment aurait-il pu appliquer la civilisation victorienne sans les infrastructures de l'empire britannique derrière ? Comme tout ça lui faisait une belle jambe, il est revenu à la façon de vivre qui lui permettait de survivre au mieux en Terre de Feu. C'est un exemple flagrant de sélection naturelle !

    Dans le dernier livre de Darwin, "La Descendance de l'Homme", publié en 1872, Darwin soutient que l'homme descend d'"un quadrupède chevelu à queue, de mœurs probablement arboricoles, habitant de l'Ancien Monde". Pour appuyer cette thèse, il évoque ses contacts avec les Fuégiens, et là, son ton est, si j'ose dire, édifiant.

    "La stupéfaction que j'ai ressentie en voyant pour la première fois un groupe de Fuégiens sur un rivage sauvage et accidenté restera dans ma mémoire, car la réflexion frappa mon esprit - ainsi étaient nos ancêtres. Ces hommes étaient absolument nus et badigeonnés de peinture, leurs longs cheveux étaient emmêlés, leurs bouches plissées d'excitation, et leur expression était sauvage, surprise et désagréable. Ils n'avaient pratiquement pas d'art, et vivaient de ce qu'ils pouvaient attraper comme des animaux sauvages ; ils n'avaient pas de gouvernement, et étaient sans merci envers ceux qui n'étaient pas de leur petite tribu. Celui qui a vu un sauvage dans sa terre natale ne ressentira que peu de honte, s'il se trouve forcé de reconnaître que le sang d'une plus humble créature coule dans ses veines. Pour ma part, je préfère autant descendre d'un petit singe héroïque [...] ou d'un vieux babouin [...] que d'un sauvage qui trouve son plaisir à torturer ses ennemis, qui offre des sacrifices sanglants, pratique l'infanticide sans remords, traite ses femmes comme des esclaves, ne connaît aucune décence et est hanté par les superstitions les plus grossières."

    De quoi faire dégobiller un singe, hein beurk ? Soit dit en passant, c'est curieux comme la description de Darwin des peuples sauvages correspond bien à notre "civilisation" aww.
    Ici, je ferai appel à toute votre indulgence pour ce qui va suivre, le jeu de mots est grossier, certes, mais je trouve que c'est encore ce qu'il y a de plus percutant pour exprimer la chose : Darwin était raciste sa race bad ! On est loin là du mythe du gentil naturaliste introverti sans préjugés imbéciles et qui ne ferait pas de mal à une mouche.
    Et encore, je ne mentionne même pas les idées sexistes de Darwin faute de place, mais qu'on sache qu'il estimait que les femmes sont moins avancées dans l'échelle de l'évolution que les hommes no.


    D'ailleurs, puisqu'on parle de la Bible, voyons plutôt ce qu'un compatriote de Darwin, l'explorateur William Parker Snow, partant d'axiomes d'origine biblique plutôt que les préjugés racistes et évolutionnistes de Darwin, a observé et conclus au sujet des Fuégiens : bien qu'il ait remarqué leur apparence peu soignée et leurs mœurs primitives, il a écrit : "plusieurs des Fuégiens des Îles Orientales étaient bien de leurs personnes et certains d'entre eux étaient même beaux. Je sais que cela est différent de ce que M. Darwin peut dire d'eux : mais je ne peux parler que de ce que j'ai trouvé, et donc mentionner ce que j'ai vu moi-même." Il a aussi mentionné qu'ils habitent en familles et a dit : "J'ai vu plusieurs cas d'affection chaleureuse pour leurs enfants et les uns envers les autres."9
    Snow a conclu : "La différence véritable entre un sauvage et un homme civilisé est simplement le degré de culture qu'on donne à l'esprit. Dans tous les autres aspects, le sauvage de chez nous est identique au sauvage d'ailleurs. [...] En parlant de ces sauvages, je ne puis m'empêcher de dire que je ne les considère pas comme étant aussi dégradés que certaines personnes les considèrent. Je regarde de l'effet à la cause, et ainsi j'attribue leur condition présente à la nature des circonstances."

    Mais revenons à "La Descendance de l'Homme". Dans ce livre, Darwin expose ses idées sur l'anthropologie et l'évolution de l'homme. Voici les principales :

    • Les êtres humains n'ont pas d'esprit à proprement parler. Celui-ci n'est que le résultat d'un processus d'évolution de cause uniquement matérielle (c-à-d des réactions chimiques aléatoires dans le cerveau). Alors évidemment, on pourrait faire remarquer que si tel est le cas, cette idée de Darwin aussi n'est que le résultat de réactions chimiques aléatoires, et à ce moment, pourquoi devrait-on le croire quand il nous dit ça happyhappyhappy ? Mais passons ^^
    • Ce sont les hommes les plus adaptés (les plus forts, les plus beaux, les plus intelligents,...) qui survivent, font la loi, et font des enfants auxquels ils transmettent leurs caractéristiques génétiques.
    • Les nations "civilisées" éradiqueront les peuples de "sauvages".
      Et pour bien enfoncer le clou (c'est au pied du mur qu'on reconnaît le franc-maçon), concluons avec ces 2 citations du même livre :
      "Dans une période future, pas très distante en terme de siècles, les races d'hommes civilisés extermineront, et remplaceront, presque certainement les races sauvages de par le monde. Au même moment, les singes anthropomorphes seront sans doute exterminés. Le fossé qui séparera l'homme et ses parents les plus proches sera plus large, car il se retrouvera entre l'homme dans un état plus civilisé, comme nous pouvons l'espérer, plus encore que le Caucasien, et un singe aussi inférieur que le babouin, et non pas entre le nègre ou l'Australien [aborigène] et le gorille"
      "Quand une nation civilisée rencontre un peuple de sauvages, la lutte est courte, à moins que les indigènes ne soient aidées par un climat mortel."10

    De quoi faire pâlir d'envie BHL. Si vous vous demandez comment les colons britanniques installés en Australie ont trouvé la justification morale pour persécuter et opprimer de manière inhumaine les aborigènes, ne cherchez pas plus loin.

    1. Au départ, Fernand de Magellan a appelé cette contrée "Terre des Fumées" à cause des centaines de feux que les fuégiens allumaient sur la côte pour se réchauffer par leur climat d'un froid rigoureux et pour faire cuire des coquillages et le produit de leur pêche. Revenir au texte.
    2. Himmelfarb, G., Darwin and the Darwinian Revolution, p. 55. Revenir au texte.
    3. Ce nom lui a été donné du fait qu'on l'a capturé à côté d'une formation géologique à laquelle le capitaine Cook avait donné le nom de la grande cathédrale gothique de York de par leur ressemblance. Revenir au texte.
    4. Ou peut-être à cause même du vaccin, vu que son système immunitaire n'avait jamais eu affaire à la variole. N.B. : je reconnais tout à fait les bienfaits du vaccin. Revenir au texte.
    5. Darwin, C., "The Voyage of the Beagle: Journal of Researches into the Natural History and Geology of the Countries Visited During the Voyage of HMS Beagle Round the World, Under the Command of Captain FitzRoy", p 198–99. Revenir au texte.
    6. Ibid., p. 217-218. Revenir au texte.
    7. Ibid., p. 196. Revenir au texte.
    8. Ibid., p. 203-204. Revenir au texte.
    9. Snow, W.P., "A few remarks on the Wild Tribes of Tierra del Fuego from Personal Observation", Transactions of the Ethnological Society of London, Vol. 1, 1861, pp. 261–67. Revenir au texte.
    10. Darwin, C., "La Descendance de l'Homme", 2e ed., p. 156, 1887. Revenir au texte.
    « Le délire de Darwin, épisode 3Le délire de Darwin, épisode 5 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :