• Le canon des Écritures, épisode 1

    L'Écriture Sainte était l'autorité ultime pour les saints de l'Ancien Testament, le Christ et les Apôtres (cf. par ex. Mt. 5:18). Pour le Christ, en particulier, quand les Écritures parlent, Dieu parle. Il accordait d'ailleurs une importance particulière aux parties des Saintes Écritures que les incroyants et les chrétiens du dimanche aiment à ridiculiser.

    Nous allons ici réfuter les arguments utilisés pour mettre en doute l'autorité et l'infaillibilité des Saintes Écritures. Un chrétien qui veut bien faire preuve de logique ne se permettra pas d'insinuer que le Christ enseignait des erreurs ou qu'il s'accommodait aux vues erronées de ses auditeurs. Nombreux sont les arguments qui réfutent l'idée que faire de la Bible son autorité ultime est un raisonnement circulaire : d'une part les confirmations internes et externes de la véracité de la Bibles, d'autre part le rôle des axiomes dans un système philosophique.

    L'Ancien Testament

    Moïse



    Il a souvent témoigné de ce que son œuvre lui venait de Dieu :
    Ex. 24:4 : "Moïse écrivit toutes les paroles de l'Éternel."

    Voyez aussi le v. 7, Ex. 17:14; 34:27-28, Nb. 33:1-2 et De. 31:9, 22, 24.

    De. 31:11 : "quand tous les Israélites viendront se présenter devant l'Eternel, ton Dieu, à l'endroit qu'il choisira, tu liras cette loi devant eux, en leur présence."

    Josué



    Jos. 1:8 : "Que ce livre de la loi ne s'éloigne pas de toi! Médite-le jour et nuit pour agir avec fidélité conformément à tout ce qui y est écrit, car c'est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c'est alors que tu réussiras."

    Le livre de la Loi est la Torah, ou le Pentateuque, à savoir les 5 1ers livres de la Bible.
    Voyez aussi 8:32-34.

    David



    Le grand roi d'Israël aussi avait une immense estime pour l'Écriture Sainte. À cette époque, il n'y avait guère que le Pentateuque comme livres de la Bible qui aient déjà été couchés sur le papier, mais David le considérait comme la parole de Dieu.

    Ps. 1:1-2 : "Heureux l’homme qui ne suit pas le conseil des méchants, qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs et ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel et la médite jour et nuit!"

    ...et les autres

    Il y a encore, bien entendu, bien d'autres livres du Nouveau Testament qui confirment que Moïse est bien l'auteur des 5 livres qui portent son nom :

    Jg. 3:4
    1 Ro. 2:3
    - 2 Ro. 14:6 ; 21:8
    2 Chr. 25:4
    Esd. 6:18
    Né. 8:1
    Da. 9:11-13

    Pour finir, il faut faire attention à ne pas confondre l’inerrance des écrits de Moïse et leur applicabilité dans la Nouvelle Alliance, sous le régime de la Grâce. Ce n’est pas vraiment le sujet abordé ici mais disons, pour faire simple, que si manger des moules est une abomination pour un signataire de l’Alliance sinaïtique (autrement dit un Juif rabbinique ou un membre d’une de ces sectes chrétiennes d’excités qui veulent absolument revenir sous le joug de la Loi de Moïse), ça ne l’est pas pour un signataire de la Nouvelle Alliance de Jésus Christ (Mc. 7:15-20 ; Ac. 10:15 ; Rom. 3:19 ; 6:14 ; 7:4-6 ; 8:2 ; 14:17 ; 2 Cor. 3:6 ; Gal. 3:18 ; 1 Tim. 4:3-5 ; Tit. 1:5 ; Héb. 9:10 ; 13:9.

    « La véritable histoire des dinosaures, appendice ALe canon des Écritures, épisode 2 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :