• Fils de Dieu et Néphilim, épisode 6

    Sur la piste historique des Néphilim

    Vous connaissez sans doute les livres apocryphes, qui n'ont pas été inclus dans le canon des Écritures Saintes (et donc pas dans la Bible protestante), mais qui sont considérés par le catholicisme romain comme canoniques. Beaucoup dans l'église primitive avaient une grande estime pour ces livres, mais une des raisons pour lesquelles ils n'ont pas été inclus dans la Bible est qu'aucun concile de l'Église primitive entière ne les a approuvés. Jésus Christ n'a jamais cité aucun de ces livres1.

    Toutefois, Jude, le frère de Jésus, l'a fait. Les apocryphes ne sont peut-être pas "théopneustés" (2 Tim. 3:16), mais ils présentent un intérêt certain au niveau historique, comme, par exemple, les œuvres de Josèphe, qui nous ont permis de glaner des informations intéressantes et utiles sur le contexte historique du Nouveau Testament. Jud. 14-15, en particulier, est intéressant dans le cas qui nous occupe :
    "C'est aussi pour eux qu'Hénoc, le septième depuis Adam, a prophétisé en ces termes: «Voici que le Seigneur est venu avec ses saintes troupes pour exercer un jugement contre tous et pour faire rendre compte à tous les impies [qui sont parmi eux] de tous les actes d'impiété qu'ils ont commis et de toutes les paroles dures qu’en pécheurs impies ils ont proférées contre lui.»"

    Ici, Jude cite le livre d'Énoch. Contrairement aux catholiques romains, les protestants ne le considèrent pas comme faisant partie des apocryphes en tant que tel, mais plutôt à une catégorie d'apocryphes qui brasse plus large.
    Énoch était le bisaïeul de Noé. Il a appelé son fils Mathusalem, dont le nom hébreu signifie "quand il mourra, ça viendra", et Mathusalem a ceci de particulier que d'une part, il détient le record de longévité de l'humanité avec 969 ans (Gen. 5:27) et qu'il est mort l'année exacte du Déluge. Énoch était un homme juste qui avait une relation intime avec Dieu (Heb. 11:5), et Gen. 5:24 nous dit : "Hénoc marcha avec Dieu, puis il ne fut plus là, parce que Dieu l’avait pris".

    Bien qu'il n'y ait aucun manuscrit ancien pour confirmer l'historicité du livre d'Énoch, au XVIIIsiècle, on en trouva des fragments dans la région de la même morte qui ont été datés d'environ le IIsiècle avant Jésus Christ, ce qui est antérieur à tous les textes de ce livre connus jusque là. Ça prouve au moins que ce n'est pas une fraude moderne. Toutefois, il reste considéré comme un pseudépigraphe (écrit par qqn d'autre que celui qu'il prétend être, même s'il peut y avoir des citations du vrai Énoch). Mais au moins, il peut être considéré comme représentatif des croyances qui avaient cours à l'époque de sa rédaction.

    Énoch 2:1 : "Voici ! il arrive avec dix mille de ses saints, pour juger toutes les créatures pour détruire la race des méchants, et réprouver toute chair à cause des crimes que le pécheur et l'impie ont commis contre lui."

    Ça ressemble à s'y méprendre au passage de Jude ci-dessus. Cela démontre aussi que ce livre était en circulation au début du christianisme, et que l'église primitive croyait en son historicité, même si elle ne croyait pas en son inspiration divine. Nous allons donc examiner un passage de ce livre à cette lumière (et une bonne pincée de sel, bien entendu), et nous verrons pourquoi les croyances juives traditionnelles comportent le point de vue qui veut que les fils de Dieu de Gen. 6 soient des anges déchus, et pourquoi les Néphilim étaient (tristement) fameux. Le livre d'Énoch est aussi un livre prophétique qui rejoint la Bible en maintes occasions, notamment en ce qui concerne les prédictions du Déluge à l'époque de Noé et les "temps de la fin" de l'Apocalypse.

    Énoch 6-7 : "Quand les enfants des hommes, se furent multipliés dans ces jours, il arriva que des filles leur naquirent élégantes et belles. Et lorsque les anges, les enfants des cieux les eurent vues, ils en devinrent amoureux ; et ils se dirent les uns aux autres : choisissons-nous des femmes de la race des hommes, et ayons des enfants avec elles. Alors Samyaza leur chef leur dit : je crains bien que vous ne puissiez accomplir votre dessein. Et que je supporte seul la peine de votre crime. Mais ils lui répondirent : nous vous le jurons. Et nous nous lions tous par de mutuelles exécrations ; nous ne changerons rien à notre dessein, nous exécuterons ce que nous avons résolu. En effet ils jurèrent et se lièrent entre eux par de mutuelles exécrations. Ils étaient au nombre de deux cents, qui descendirent sur Aradis, lieu situé près le mont Armon. Cette montagne avait été appelée Armon, parce que c'est là qu'ils avaient juré et s'étaient lié par de mutuelles exécrations. Voici le nom de leurs chefs ; Samyaza, leur chef, Urakabarameel, Akibeel, Tamiel, Ramuel, Danel, Azkeel, Sarakmyal, Asael, Armers, Batraal, Anane, Zavebe, Samsavel, Ertael, Turel, Yomyael, Arazeal. Tels furent les chefs des ces deux cents anges ; et le reste étaient tous avec eux. Et ils se choisirent chacun une femme, et ils s'en approchèrent, et ils cohabitèrent avec elles ; et ils leur enseignèrent la sorcellerie, les enchantements, et les propriétés des racines et des arbres. Et ces femmes conçurent et elles enfantèrent des géants, dont la taille avait trois cent coudées. Ils dévoraient tout ce que le travail des hommes pouvait produire, et il devint impossible de les nourrir (Une coudée = entre 44cm et 52cm). Alors ils se tournèrent contre les hommes eux même, afin de les dévorer. Et ils commencèrent à se jeter sur les oiseaux, les bêtes, les reptiles et les poissons, pour se rassasier de leur chair et se désaltérer de leur sang. Et alors la terre réprouva les méchants."


    Représentation d'Ashtar Sheran

    Ce passage nous décrit donc ce que l'auteur prétend s'être passé à l'époque de Noé. Il est censé montrer que les Néphilim ravageaient la terre de plus d'une manière. On peut relever bien entendu de belles incohérences comme des géants censés faire 150 m de haut, mais passons smile.


    Dessin de Jim Nichols à partir d'un contact. À gauche, Billy Meier, à droite, Semjase.

    Ce passage nomme aussi plus d'anges déchus que ceux que nous connaissions. Bien sûr, nous connaissons déjà, par exemple, le soi-disant commandant extraterrestre "Ashtar", à rapprocher d'Astarté, abomination des Sidoniens (1 Ro. 11:5, 33 ; 2 Ro. 23:13). Il est intéressant aussi de noter que Samyaza est presque le même nom que Semjase, l'entité extraterrestre qui serait entré en contact (physiquement) avec le "célébrissime" Billy Meier (n'oubliez pas qu'il n'y a pas de voyelles en hébreu ancien) régulièrement pendant plusieurs années. Soit dit en passant, ce n'est clairement pas un hasard si elle a interdit à Meier de prendre des photos d'elle alors qu'elle l'a laissé prendre des photos de sa soucoupe volante en pagaille ;). Semjase a fourni à Meier une théologie de substitut au christianisme biblique. Si ce n'est là qu'une allusion effrontée, pourquoi Meier aurait-il nommé son entité à partir de ce texte religieux si mal connu ? Semjase/Samyaza apparaît dans de nombreuses autres œuvres d'ufologie, notamment l'œuvre des fameux Steiger.

    De plus, Énoch 7 décrit les anges comme descendant d'une montagne, dans un contexte qui n'est pas sans parallèle avec la mythologie grecque. Ailleurs dans le livre, ces anges déchus auraient fourni à des humains un savoir et une technologies supérieurs à ceux de l'époque, ainsi que des formules magiques, ce qui rappelle clairement les activités occultes et paranormales que les anges déchus, prétendant être des extraterrestres, enseignent aujourd'hui.


    Brad et Sherry Steiger

    De même, le livre du Juste (nous n'en disposons pas d'ancien manuscrit, uniquement des copies tardives), auquel Jos. 10:13 et 2 Sam. 1:18 font allusion, décrit aussi des évènements semblables à ceux relatés par le livre d'Énoch. Il dit aussi :
    "et les fils des hommes en ces jours prirent du bétail de la terre, les bêtes des champs et les oiseaux des ciels, et firent le mélange des animaux d'une espèce avec une autre, afin de, avec cela, de provoquer Adonaï ; et Elohim vit toute la terre et elle était pervertie, car toute chair avait corrompu sa voie sur terre, tous les hommes et tous les animaux." (Juste 4:18).
    Il y a des limites à l'hybridation naturelle d'espèces d'animaux différentes, aussi cette affirmation a de quoi rendre perplexe. On peut imaginer qu'ils ont fait comme le docteur Moreau. D'autre part, ces limites sont en train d'être repoussées actuellement, à grands coups d'implantation et d'amélioration génétiques, et ces apocryphes suggèrent qu'il y avait pas mal de pratiques impies à l'époque. En tout cas nous pouvons être sûrs que l'état du monde était si lamentable que Dieu a jugé indispensable de le détruire.

    En conclusion, nous avons présenté 4 points de vue courants sur l'identité des fils de Dieu de Gen. 6, et nous avons exploré la question des Néphilim avec les indices dont nous disposons. Certains ont très peu de preuves qui permettent de les soutenir. D'autres génèrent beaucoup plus de discussion et peuvent constituer un véritable défi à nos schémas de pensée et de raisonnement traditionnels. On pourrait écrire beaucoup plus à ce sujet, mais la conclusion est la même : une longue tradition de documents indique que les anges déchus n'ont eu de cesse d'égarer l'humanité depuis le début de la Création.

    Merci de m'avoir suivi jusqu'au bout. Soyez bénis.

    1. Si le thème du canon des Écritures vous intéresse, vous pouvez vous référer à ma série d'articles sur le sujet : Revenir au texte.
    « Fils de Dieu et Néphilim, épisode 5Qu'est-ce qu'un chrétien doit penser des NDE/EMI ? »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :