• Fils de Dieu et Néphilim, épisode 5

    La légende des "géants"

    Il est probable que les Néphilim aient été en quelque sorte des icônes, ce qui tendrait à abonder dans le sens de l'idée qu'ils aient été surhumains. Lorsque les espions ont diffamé la Terre Promise, il semblerait qu'ils aient enjolivé la puissance des Anakim en prétendant qu'ils étaient de la race des Néphilim. S'ils étaient des êtres surhumains (comme la tradition juive le maintient aussi), pas étonnant que les Israélites aient trop eu les chocottes pour entrer.

    En hébreu, le mot traduit par "héros" en Gen. 6:4 est HaGibborim, qui veut plutôt dire "hommes puissants", et c'est d'ailleurs comme ça que le traduisent les versions Martin et Ostervald. Le même mot est utilisée en Gen. 10 à propos de Nemrod, l'instigateur de la rébellion à Babel et le pire idolâtre de l'Histoire. La ziggourat qu'il a commencé à faire construire était destinée à "toucher au ciel" (les ziggourats jouaient un rôle important d'observatoire astrologique dans le culte démoniaque des astres qui avait cours à Babylone). Ses bâtisseurs voulaient qu'elle soit un symbole de leur usurpation de l'autorité divine et de leur volonté de désobéir au clair commandement de Dieu qu'ils peuplent toute la Terre, le point central d'un nouvel ordre mondial avant l'heure. Dieu a donc puni ce système impie en provoquant l'apparition miraculeuse de nouvelles langues, qui entraîna la confusion parmi les bâtisseurs, les forçant à se disperser sur toute la Terre au final. La notoriété de Nemrod était légendaire, et il est mentionné ailleurs dans la Bible (1 Ch. 1:10).

    Le mot "fameux" dans Gen. 6:4 est traduit de l'Hébreu "shem" qui désigne des personnes notoires, en bien ou en mal. Nous pouvons donc comprendre que les Néphilim étaient notoires. Qui qu'ils aient été, quoi qu'ils aient été, ils ont eu un impact marquant sur leur époque.

    Les versions françaises traduisent invariablement "Néphilim" par "géants" parce qu'elles sont influencées par la Vulgate, la traduction latine de la Bible qui a fait l'unanimité pendant des siècles dans les pays catholiques, qui est elle-même influencée par la Bible des Septante qui traduit par gigantes (γίγαντες). Mais ce n'est pas tout à fait correct car "gigantes" est le mot grec qui désigne les Titans.
    Si vous connaissez votre mythologie grecque, vous savez que les Titans étaient les fils du Ciel (Ouranos) et de la Terre (Gē, Γῆ, ou Gaïa Γαῖα), et qu'ils étaient considérés comme étant mi-humains, mi-dieux. Le plus notoire d'entre eux est Chronos, celui qui dévorait sa progéniture (et dont le nom, de manière très intéressante, est lié à celui de Nemrod dans les légendes1. D'après la mythologie, Chronos a fait la guerre avec Zeus, le plus puissant des Olympiens, il fut vaincu, et lui et les siens furent précipités dans le Tartare.

    On sait que l'équivalent romain de Chronos est Saturne, associé à la planète éponyme (comme beaucoup de fausses déités de l'Ancien Testament). Les légendes égyptiennes et indiennes abondent d'histoires similaires, et beaucoup d'autres cultures du monde comportent des légendes de visiteurs divins venus faire des enfants avec des filles des hommes, de la même manière qu'on retrouve des légendes de Déluge dans presque toutes les cultures du monde, bien que passablement déformées. Cela vous a peut-être déjà traversé l'esprit aussi, mais ce n'est sans doute pas un hasard si les géants tiennent le rôle des déités du Mal dans la mythologie scandinave.

    Il ressort de tout ceci :

    1. qu'il n'y a rien qui nous permette de dire à coup sûr que les Néphilim étaient gigantesques, mais plutôt qu'ils étaient surhumains. Les traducteurs de la Bible des Septante ont choisi de traduire par gigantes pour mettre en relief leur nature mi-humaine, mi-céleste. De plus, ce n'est pas la seule traduction en grec ancien dont nous disposons : Aquila a traduit le terme par "epipiptontes", ἐπιπίπτοντες (ceux qui chutent), ce qui rend mieux le sens du terme hébreu ;
       
    2. que les Néphilim ont eu une influence colossale (si vous me passez le trait d'esprit happy) sur l'histoire de l'humanité, à tel point qu'ils ont laissé leur marque dans beaucoup de cultures du monde.

    1. Hislop, A., "The 2 Babylons", Chapitre 2, article 2, section 1. Revenir au texte.
    « Fils de Dieu et Néphilim, épisode 4Fils de Dieu et Néphilim, épisode 6 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :